THV : la culture, le mouvement, la Cité


Rédigé par - Angers, le Samedi 18 Mars 2017 à 07:55


Du 21 mars au 1er avril, le THV de Saint-Barthélemy-d’Anjou accueille la 3e édition des &[mouvantes], un festival dédié aux « arts du mouvement ». Le nouveau marqueur d’une politique culturelle qui perpétue sa singularité sur le territoire angevin.



La Cie 47.49 sera sur la scène du THV jeudi prochain (photo Laurent Philippe).
La Cie 47.49 sera sur la scène du THV jeudi prochain (photo Laurent Philippe).
la rédaction vous conseille
A gauche, les bureaux de Monsieur le Maire, de ses adjoints et des services. A droite, ceux de l’équipe du THV. Au centre, un même accueil. Au milieu du hall d’entrée de la mairie de Saint-Barthélémy-d’Anjou, sans doute faut-il être étranger aux lieux pour s’en étonner encore : administration municipale et responsables de l’établissement culturel cohabitent ici depuis 1984 et le temps semble avoir inscrit cette proximité dans l’ordre naturel des choses. Pour cause, l’équipement théâtral en question jouxte l’hôtel de ville. Et c’est même pour cela qu’il a pris son nom.

« A l’origine, il y a d’abord eu un très grand choix politique de la part des élus. Celui de construire le théâtre au cœur même de la cité (le chantier a démarré en 1982, NDLR), adossé à la mairie » recadre Brigitte Livenais, la directrice du THV. L’époque ? En ce début d’années 80, elle est porteuse de changements. Sur le plan national, François Mitterrand, le nouveau président de la République, a fait doubler le budget du ministère de la culture où le jeune Jack Lang se démène pour traduire ses orientations décentralisatrices. Localement surtout, Saint-Barthélemy goûte les fruits de l’essor de ses zones industrielles, en pensant aux nouveaux besoins d’une population de 9 000 habitants qui vient plus que de doubler en 15 ans.
"Les enjeux culturels vont peut-être moins de soi que l’urbanisme ou les écoles, mais ils ont toujours fédéré ici" - Isabelle Bailleul-Nithard, adjointe à la culture

Bref, la commune prospère. Et son maire, Jean Gilles, n’a pas besoin d’être à gauche pour voir en la culture, un axe essentiel de son développement. Pour faire vivre ce nouveau théâtre, il fixe haut la part du budget communal dédié à la culture : entre 10 et 11%. Ce qui placera longtemps la ville dans le top 10 du genre en France. Cette année encore, en dépit d’un environnement budgétaire plus contraint, l’enveloppe dédiée au THV s’est stabilisée à près de 900 000€. « Nous l’avons votée il y a quelques jours à l’unanimité alors même que nous avons deux minorités. Les enjeux culturels vont peut-être moins de soi que l’urbanisme ou les écoles, mais ils ont toujours fédéré ici, se réjouit Isabelle Bailleul-Nithard, l’adjointe à la culture et au tourisme. Saint-Barthélemy croit beaucoup aux vertus sociales de la culture. »

Pourquoi ? « Tout simplement parce qu’elles participent des facteurs d’intégration, d’harmonie et de partage entre habitants. La culture, c’est la rencontre » appuie l’élue, qui préside aussi le Syndicat Intercommunal Arts et Musiques, lequel assure les missions d’enseignement d’artistique –musical en particulier- sur ce secteur nord-est angevin (1). Peut-être aussi parce que ça marche. Avec plus de 900 abonnés cette saison, le THV voit son audience progresser encore : les deux tiers de son public ne sont pas bartholoméens.
"On a sur le plateau des êtres vivants qui portent en commun cette idée de mouvement. Et l’art lui-même est fait pour nous déplacer" - Brigitte Livenais, directrice du THV

L'équipe du THV au complet. Brigitte Livenais, la directrice, est tout au centre.
L'équipe du THV au complet. Brigitte Livenais, la directrice, est tout au centre.
« L’ambition du THV, c’est de mettre la culture au service de la cité et la rendre accessible au plus grand nombre, en commençant par la politique tarifaire » prolonge Brigitte Livenais. Danseuse et chorégraphe, passée par le CNDC d’Angers, c’est elle qui a repris il y a huit ans le flambeau de Michel Auger, l’homme qui a porté le développement du THV et son rayonnement, en ouvrant notamment avec Alain Crendal, son alter-égo du Centre Georges Brassens d’Avrillé, les voix d’un travail culturel en réseau. Un choix qui n’a cessé de se renforcer.

Avec 13 autres structures de diffusion (Le Quai, Villages en Scène, le Cargo de Segré, Doué, Beaufort…), le THV a impulsé le dispositif Partenaires Jeune Public pour soutenir la création professionnelle en direction de la jeunesse. Via un apport en co-production (2000€), un pré-achat de diffusion et des actions culturelles, les partenaires s’engagent à soutenir chaque année un spectacle. « C’est la force du groupe qui a permis que ce soit faisable, insiste Brigitte Livenais, Tout ce qui permet de mettre le THV au cœur de la création est un objet d’intérêt. »

Le discours vaut pour l’accompagnement artistique - le danseur Yvann Alexandre termine cette saison un travail d’action culturelle entamé en 2013-, le soutien aux pratiques amateures (en lien avec le Département de Maine-et-Loire) comme la programmation elle-même. Réputés courageux et exigeants, les choix du THV mélangent les genres et, depuis l’arrivée de Brigitte Livenais, s’inscrivent autour du thème des « arts du mouvement ». « Cirque, danse, théâtre ou musique, on a sur le plateau des êtres vivants qui portent en commun cette idée de mouvement. Et l’art lui-même est fait pour nous déplacer » explique t-elle, soucieuse qu’on ne cantonne pas son idée à une lubie de chorégraphe.



(1) Le SIAM rassemble les communes d’Ecouflant, Le Plessis-Grammoire, Saint-Barthélémy-d’Anjou et Verrières en Anjou (St-Sylvain et Pellouailles)

Les &[mouvantes] : 4 dates, 5 spectacles
Pas de chance pour le THV, le premier spectacle des &[mouvantes], "Zutano Bazar", programmé en ouverture mardi 21 mars, a du être annulé en raison de la blessure d'un musicien. Le spectacle sera reprogrammé à une date ultérieure. Les billets peuvent être échangés contre un autre spectacle du festival ou de la saison (sous réserve de place disponible, ou bien encore remboursés. 

24 mars – 20h30 : « Sisyphe Heureux » Cie 47.49 / François Veyrunes. Le dernier opus d’un triptyque consacré aux mythes fondateurs. Et à nos limites humaines.

26 mars – 20h30 : « Mutants » Cie Sous la Peau / Brumachon – Lamarche. Solos, duos, trios interrogeant la communication. La dernière création par Claude Brumachon et Benjamin Lamarche avant leur départ du Cetre chorégraphique national de Nantes.

29 mars – 20h30 : « Suite & [Oscillare] » / Cie La Cavale. Déjà accueillie au THV en novembre, la compagnie poitevine La Cavale (Julie Coutant et Eric Fessenmeyer) revient avec un duo « magique » autour du couple. Et une pièce qui se joue des frontières entre réalité et irréalité.

1er avril – 20h30 : « Flux Tendu »  L’Eolienne / Florence Caillon + « P = mg » Cie Burnout / Jann Gallois. Une performance pour  5 trapèzes autour des normes de production de notre société, suivie d’un solo expérimental multirécompensé sur la notion de pesanteur.

Infos et réservations : www.thv.fr – 02 41 96 14 90  




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag












Angers Mag : #Angers REPORT'CITÉ trace sa route @Angers @MinistereCC @KeolisAngers https://t.co/5jrXBWmmjE https://t.co/dULolkaDWK
Mercredi 21 Juin - 12:33
Angers Mag : #Angers Ouest eMedia Presse (@angersmaginfo) a été placée en liquidation judiciaire https://t.co/vMG2O392Qi https://t.co/N9IyhvEjS3
Mercredi 21 Juin - 12:23
Angers Mag : « En Indonésie, le tourisme engendre des transformations profondes » #Angers https://t.co/gJQfDIqgwP https://t.co/bn8ODsUAFu
Jeudi 15 Juin - 10:03
Angers Mag : JoeyStarr, les différents visages de l'éloquence: Sur la scène du Festival d'Anjou le 15... https://t.co/9fZW6XZ2i2 https://t.co/bB4ZKtREuR
Mercredi 14 Juin - 12:03