Tchat du Maire d’Angers : un début encourageant


Rédigé par Yannick Sourisseau - Angers, le 09/07/2010 - 19:37 / modifié le 11/07/2010 - 09:16


Lundi dernier, le Maire d’Angers proposait aux angevins de dialoguer avec lui en direct, via un « tchat », sur le point d’étape de l’action municipale. S’agissant d’un première demandant tout de même une certaine organisation, le nombre de questions – réponses n’a pas atteint des records. Toutefois l’expérience est satisfaisante puisque le Maire la renouvellera en Septembre.



Le Maire dictant les réponses à des opératrices de saisie. (Photo Ville d'Angers - Communication)
Le Maire dictant les réponses à des opératrices de saisie. (Photo Ville d'Angers - Communication)
la rédaction vous conseille
Après la réunion publique du Théatre Chanzy, le 14 Juin, peu suivie, le Maire d’Angers Jean Claude Antonini a décidé d’ouvrir le dialogue via un moyen moderne d’information : la messagerie instantanée, plus connue sous le nom de « chat ou tchat » ou « clavardage » chez nos amis canadiens. Cette technique, que les plus jeunes utilisent avec MSN (Microsoft) permet aux internautes de poser des questions à un autre interlocuteur et d’obtenir des réponses en temps réel. Entre les questions et les réponses il s’écoule un certain temps, surtout si le texte saisi est relativement long.

Le « tchat » du Maire d’Angers a été ouvert pendant 45 minutes. Pendant ce temps imparti plus de 300 internautes locaux se sont connectés et 28 questions ont été posées, ce qui n’est pas si mal pour une première, d’autant que les réponses étaient souvent longues. Pendant le temps du « tchat », le Maire à répondu à 14 d’entre elles, les autres auront une réponse par courriel. Dans la plupart des cas, les « tchat » sont anonymes, les internautes utilisant des pseudos. Dans le cas présent, afin d’éviter les débordements, inévitables dans le cas d’échanges anonymes, les internautes étaient invités à décliner leur identité avant de poser leur question.

Afin d’en savoir plus sur cette grande première, qui se renouvèlera le 13 Septembre à 18h30, nous avons posé quelques questions au Maire sur ses pratiques en matière d’utilisation d’Internet et sur cette première expérience.

AMI : Monsieur le Maire, avez-vous déjà une pratique de la navigation sur Internet et plus particulièrement du dialogue en direct (tchat, messageries, instantanée, réseaux sociaux,…)
Jean Claude Antonini : Oui bien sûr, j’ai je crois la pratique « normale » d’un élu local et à titre personnel je suis présent sur certains réseaux sociaux. Mais je suis aussi d’une génération qui n’est pas née avec l’informatique donc j’ai une approche très modeste.

AMI : Qu’avez vous retiré de ce premier dialogue en ligne. Est ce que ce type de communication vous apporte plus ou moins de satisfaction qu’une réunion publique sur le même sujet, par exemple celle de Chanzy qui n’avait pas attiré les foules ?
JCA : Ce n’est pas en « plus » ou « moins » que je vois les choses. À mon sens, le contact avec les Angevins, le dialogue, la proximité, sont des priorités et il faut tirer parti de toutes les occasions d’échanges avec les habitants.

Il y a quinze ans ce tchat aurait été un rendez-vous de type « allo M. le maire » que nombre d’élus pratiquaient alors. Pour répondre directement, oui, ce tchat me satisfait.


AMI : Le temps était court et l’accès sécurisé, mais d’une manière générale pensez-vous que les angevins ont été réceptifs à ce nouveau moyen de communication. Avez-vous rencontré des difficultés particulières pour dialoguer ?
JCA : Je voudrais pour les prochains rendez-vous répondre à davantage de questions, le rythme de cette première était un peu lent. Mais des difficultés particulières à signaler, je n’en vois pas. J’ai répondu à 14 questions sur une trentaine posées, donc je crois que c’est un début encourageant.

AMI : Pensez-vous que le web est aujourd’hui un bon moyen pour dialoguer avec vos concitoyens ou l’avez-vous utilisé parce que c’est dans l’air du temps ?
JCA : C’est un moyen efficace pour échanger avec les internautes angevins. C’est une nouvelle opportunité pour les habitants qui ne peuvent pas toujours se rendre aux réunions publiques. Personnellement, il me tient à cœur de développer la proximité par de nouveaux moyens tels que ce tchat, parmi d’autres bien sûr….

AMI : Vous avez donné rendez-vous aux Angevins en septembre pour un second « tchat ». Envisagez-vous développer les interventions sur le web (Webcam, WebTV, MSN, facebook, etc…). Si oui, pourquoi ?
JCA : Je ne m’interdis rien mais je n’ai pas vocation à être omniprésent sur la toile Angevine. Le tchat en vidéo n’est pas dans mes projets à court terme.

Pour lire les questions posées pendant ce premier « tchat » : www.angers.fr




Yannick Sourisseau
Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Anthony le 15/07/2010 21:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On voudrait nous prendre pour des cons, on s'y prendrait pas autrement. Âpres le site de la ville que Mr le Maire s'est approprié, les vidéos habilement sectionnées, après les enquêtes commandées par ce même Mr le Maire qui comme par magie dépeignent un tableau idyllique de notre ville, voilà que notre digne représentant vient causer sur la toile....

Mais qu'imagine t-il, que nous sommes des idiots, que nous allons croire deux secondes à des réponses qui une fois publiées et soigneusement sect...

2.Posté par Yannick Sourisseau le 15/07/2010 23:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci d'avoir saisi l'occasion d'exprimer votre opinion sur l'action de la municipalité d'Angers et de son Maire. Angers Mag Info, journal indépendant et contributif, est fait pour cela et souhaite donner la parole à tous les citoyens. Vous en avez profité, nous ne pouvons que vous féliciter d'avoir pris la parole dans nos colonnes et fait partager votre avis sur le sujet.















Angers Mag