Technicolor Angers : les élus locaux interpellent Arnaud Monteboug


Rédigé par - Angers, le 23/05/2012 - 17:35 / modifié le 23/05/2012 - 21:01


À peine élu, le ministre du redressement productif, lequel a pour mission, entre autres de stopper l’hémorragie industrielle de la France, a du pain sur la planche. Parmi les dossiers chauds qu’il aura à traiter rapidement, celui de Thomson – Technicolor d’Angers, le Maire, le président de l’agglomération et celui de la Région des Pays de la Loire venant de lui demander de se saisir de l’affaire.



Le site Thomson Technicolor d'Angers (photo Google)
Le site Thomson Technicolor d'Angers (photo Google)
la rédaction vous conseille
Lors d’un passage éclair à Rennes, le 1er mai dernier, Arnaud Montebourg avait assuré aux syndicats de Technicolor que leur dossier devrait être une des priorités du gouvernement sorti des urnes. Désormais c’est chose faite, il est ministre du « redressement productif » et il se doit de prendre les choses en main, pour Technicolor et pour les autres, sous peine de perdre de sa crédibilité.

Après l’avoir félicité pour sa nomination, Jacques AUXIETTE, Président de la Région des Pays de la Loire, Jean Claude ANTONINI, président d’Angers Loire Métropole et Frédéric BEATSE, maire d’Angers, tous les droits élus socialistes, ont rappelé au ministre la situation critique du site angevin de Technicolor.

Le mandataire ayant confirmé qu’une déclaration de cessation de paiement interviendra d’ici fin mai, faute d’actifs, et qu’une décision de mise en redressement judiciaire sera très probablement actée par le tribunal de Nanterre le 1er juin, les ouvriers angevins risquent fort de se retrouver rapidement à la rue.

Confirmant leur sentiment de faillite organisée par le groupe électronique Technicolor, les élus angevins et régionaux, affirment que « la sauvegarde de l’emploi et des savoir-faire technologiques est leur priorité », proposant que le potentiel de production du site de Thomson, un des fleurons de l’industrie française, soit partagé dans le cadre du regroupement d’entreprises de la filière électronique locale (Loire Electronic Application Valley).

« Ce projet d’atelier partagé pourrait aboutir sous 12 à 18 mois et assurer la pérennité d’une partie des emplois », déclarent les élus.

Mais pour cela il faut un peu de temps et surtout que Technicolor maintiennent de l’activité à Angers, laquelle serait confiée à un industriel intéressé pour faciliter la montée en charge du site et sauver le maximum d’emplois.

« Nous vous demandons, Monsieur le Ministre, d’interférer auprès de la direction du Groupe Technicolor afin qu’un moratoire soit décidé. Nous comptons sur votre action, urgente sur le plan économique et politique pour sauver 350 emplois », concluent les élus en ajoutant que « la fermeture du site serait un traumatisme (un de plus…) pour Angers ».

À noter que le député UMP Jean-Charles TAUGOURDEAU a également écrit hier au nouveau ministre pour lui demander d’« imposer un moratoire au groupe Thomsom Technicolor ».

La demande du maire, du président de l’agglomération et du président de la région, plus proches sur le plan politique aura peut-être plus de poids, surtout en cette période électorale.

Lire le courrier rédigé par les élus angevins




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag