Angers Mag Info

Un autre regard sur l'actualité d'Angers et sa région

Document sans nom

Mardi 2 Septembre 2014


Technicolor : des négociations en bonne voie


Rédigé par Yves BOITEAU et Cédric SOULIÉ - Le 25/10/2012 - 18:18 / modifié le 25/10/2012 - 22:36


Après une semaine de discussions sur le plan social, les négociations entre Technicolor et les représentants des salariés d'Angers, semblent en voie d'aboutir. Mais, prudente, l'intersyndicale a demandé un renvoi de l'assignation programmée demain à Nanterre. En attendant une signature officielle.



Les salariés de Technicolor vont demander ce vendredi le renvoi de l'assignation du groupe devant le tribunal de Nanterre.
Les salariés de Technicolor vont demander ce vendredi le renvoi de l'assignation du groupe devant le tribunal de Nanterre.
Pour comprendre ce qui se joue aujourd'hui du côté de l'usine Thomson d'Angers, rappelons un épisode récent du dossier. Après la liquidation de la société prononcée il y a quinze jours, l'intersyndicale a fait assigner Technicolor devant le tribunal de grande instance de Nanterre. Moyen de pression pour obliger le groupe électronique a abonder convenablement au Plan de sauvegarde de l'emploi, cette assignation devait être étudiée demain, jour de réception attendu des lettres de licenciement pour la grande majorité des salariés.

"Devait", car l'intersyndicale a confirmé ce soir que son avocat allait demander le renvoi de l'audience. "L'échéance des négociations est désormais close depuis mercredi soir et nous sommes arrivés au bout des discussions. Au final, il m'apparaît que nous sommes sur la bonne voie", explique Me Jean-Pierre Bougnoux, sans en dire beaucoup plus, secret professionnel oblige.

Mais le secret n'est pas resté cloîtré longtemps ce jeudi, entre les murs des bâtiments du boulevard Gaston Birgé. Selon nos informations, après une ardente semaine de tractations, de va-et-vient et de réunions tardives entre avocats des deux parties, les 350 salariés de l'usine angevine auraient obtenu satisfaction. Notamment sur le montant des primes supra-légales de licenciement, sur les conditions de reclassement et les aides à la reconversion.

Une prime supra-légale de 1020€ par année d'ancienneté

Sur les primes, elles s'élèveraient désormais à 1020€ par année d'ancienneté, contre 500€ proposés initialement par les dirigeants du groupe électronique.

Concernant le reclassement, Technicolor se serait engagé sur un plan d'accompagnement d'une durée de 12 mois par salarié, allongée de 3 mois pour les plus de 50 ans. Un package d'aides à la reconversion, à la création d'entreprise (10000 euros pour une entreprise, 5000 pour un auto-entrepreneur) mais aussi un dispositif prévoyant de compenser pendant 24 mois les pertes de salaires à hauteur de 400€ maximum, font partie du plan proposé.

Enfin, des formations à la reconversion ou diplômantes pourraient être proposées aux personnels qui le souhaitent grâce à une enveloppe globale de 11 000 euros accordée par le groupe.

Toutes ces annonces issues des négociations auraient été affichées sur les mûrs de l'usine aujourd'hui. Chaque salarié était donc libre d'en prendre connaissance et de se positionner face aux offres de leur ex-direction.

Selon l'un d'entre eux, "plus de 90 % des salariés ont accepté les propositions de Technicolor ". "Elles ont été accueillies de façon positive" indique simplement Odile Coquereau, la porte-parole de l'intersyndicale, discrète et surtout très prudente.

"Tant qu'il n'y a pas de signature"

"Tant qu'on n'a pas de signature, nous restons extrèmement vigilants, confirme l'élue CGT de l'usine angevine, C'est pour cela que nous demandons un renvoi de l'assignation pour pouvoir finaliser vraiment les choses."

Reste à savoir quelle sera l'attitude du liquidateur de la société, qui s'était joint lui aussi à l'assignation. Reste à s'assurer surtout, pour les syndicats, que Technicolor ne changera pas son fusil d'épaule. "Je peux vous confirmer que les négociations sont bien avancées concernant le PSE (Plan de sauvegarde de l'emploi. Pour les modalités ensuite, comme nous sommes sur des négociations individuelles, c'est difficile de préciser les choses" nous a indiqué tard ce jeudi soir, un cadre du groupe, donnant un peu plus de crédit à un accord définitif.

A la veille des vacances de la Toussaint, comme un premier soulagement, cet accord est attendu avec impatience par nombre de salariés.
Odile Coquereau ne veut pas crier victoire tant que Technicolor n'aura pas signé ses propositions
Odile Coquereau ne veut pas crier victoire tant que Technicolor n'aura pas signé ses propositions



























Instagram

A PROPOS