Angers Mag Info

Un autre regard sur l'actualité d'Angers et sa région

Document sans nom

Dimanche 23 Novembre 2014







Technicolor, élargir les négociations ?


Rédigé par - Le 20/09/2012 - 07:26 / modifié le 20/09/2012 - 09:26


En sursis jusqu'au 11 octobre, l'avenir de l'usine Technicolor d'Angers revient sur le devant de la scène politique. Christophe Béchu, le président du Conseil Général, et Paul Jeanneteau, le patron du Comité d'expansion économique, demandent au préfet de Maine-et-Loire, de provoquer une nouvelle table-ronde avec " tous " les acteurs susceptibles de faire avancer le dossier.



Technicolor, élargir les négociations ?
L'initiative n'étonnera pas les observateurs qui suivent le dossier. Depuis quelques mois, la mainmise exercée par l'agglomération et la ville d'Angers, avec l'appui de la Région, sur les négociations autour de l'avenir du site industriel, irrite à droite. Mais aussi un peu à gauche où Philippe Bodard, le conseiller-général et maire de Mûrs-Erigné, notamment, s'est fait entendre pour réclamer l'élargissement du cercle des discussions.

Au delà du petit jeu politique des uns et des autres, la question est de savoir si pour donner toutes ses chances aux projets de reprise d'activité, il est pertinent, ou pas, de rassembler tous les acteurs du développement économique de la région. Le problème ainsi posé, la réponse semble tomber sous le sens. Mais sur le terrain, les choses se révèlent plus compliquées.

"On travaille tous pour le territoire. Je ne doute pas, si les engagements sont suffisants, que nous saurons nous réunir" nous avait glissé Jean-Claude Antonini, le président de l'agglomération, au soir du sursis accordé à Technicolor par le Tribunal de commerce de Nanterre. Dans leur lettre à François Burdeyron, le nouveau préfet, Christophe Béchu et Paul Jeanneteau semblent dire que c'est le moment : "Il nous paraît urgent que l'ensemble de ceux qui ont une capacité à agir puissent se retrouver et travailler ensemble sur ce dossier difficile."

Et les représentants des salariés, qu'en pensent ils ? "Oui, nous y sommes favorables. Plus il y a de monde, plus il y a des possibilités de réussir. Mais nous ne voulons pas nous retrouver étouffés" admet Martine Guilbert, pour l'intersyndicale CGT-CFDT-CGC de Technicolor, prudente.

Derrière les craintes de la cégétiste, et elle ne le cache pas, la peur notamment de voir valider des offres de reprise qui dévaloriseraient les contrats de travail actuels des salariés que ce soit au niveau de la rémunération ou de l'ancienneté. Comment ne pas comprendre ces réserves ? Mais entre ça et rien ? "Je sens la question piège. Les salariés n'ont pas envie de se faire arnaquer. Et il ne faut pas oublier la responsabilité de Technicolor" insiste Martine Guilbert.

Si la question embarrasse, c'est que son objet est tout sauf un détail. C'est même aujourd'hui manifestement l'un des nœuds des négociations. Et il y a "urgence" à le dénouer. Le tribunal de commerce de Nanterre doit se réunir de nouveau le 11 octobre pour statuer sur la poursuite ou non de la période d'observation judiciaire de l'usine.




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Bernard le 20/09/2012 07:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Mieux vaut tard que jamais" .... Mais quel aveuglement de la part de tous ces "acteurs" qui ont attendu des années (depuis que Thomson est devenu Technicolor) avant de s'apercevoir que le site d'Angers était condamné à terme par ce changement radical des activités de l'entreprise.

2.Posté par Marcel le 20/09/2012 13:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je partage complètement le précédent commentaire.J'ajoute que bien souvent il y a des sujets qui devraient être au dessus des clivages politiques.

3.Posté par Bernard le 06/10/2012 06:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Thomson Technicolor, la fin : la liquidation judiciaire sera prononcée jeudi 11 octobre....
Ou comment se faire enfumer cyniquement par la ministre des PME venue à Angers.

4.Posté par Laurent le 08/10/2012 13:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Comment ne pas constater ? "les incantations, les réactions, les publications, les déclarations de toutes parts certes, MAIS aussi l'absence de vision, de proposition, d'action...RIEN de CONCRET"! La Région Pays-de-la-Loire en particulier, dont l'une des compétences majeures est le développement économique, est passée totalement à côté, aucune mobilisation, Rien..;si ce n'est de la publicité!















Angers Mag













Instagram



cookieassistant.com