Technicolor : l'agglo arrête (presque) les frais et revend les machines


Rédigé par - Angers, le 27/03/2015 - 19:30 / modifié le 17/05/2015 - 10:06


Plus de deux ans après l'avoir acquis aux enchères pour plus d'1M€, l'agglomération d'Angers envisage de vendre le parc de machines conservé sur le site de Technicolor. Trop cher à entretenir, estime la commission permanente de l'agglo qui vient d'acter la décision.



Elie de Foucauld, alors directeur d'Angers Loire Développement, avait acquis, pour le compte de l'agglo, l'ensemble du matériel de Technicolor, le 19 décembre 2012.
Elie de Foucauld, alors directeur d'Angers Loire Développement, avait acquis, pour le compte de l'agglo, l'ensemble du matériel de Technicolor, le 19 décembre 2012.
la rédaction vous conseille
Dans la friche industrielle que constitue aujourd'hui Technicolor, elles dorment au chaud. Pour quelques mois encore. "Elles", ce sont les machines - principalement les lignes de production - rachetées au prix fort par l'Agglomération d'Angers (voir notre article à l'époque), fin décembre 2012, afin de sanctuariser l'outil de production dans l'attente d'une reprise industrielle du site.

Un douloureux souvenir pour les ex-salariés de Thomson, qui voient alors, quelques semaines seulement après la fermeture du site, à l'automne 2012, leur outil de travail démembré et vendu au plus offrant. Devant le refus de l'administrateur judiciaire d'étudier ses propositions de rachat, la collectivité décide à l'époque d'enchérir et d'acquérir, par le biais de son bras armé Angers Loire Développement, les machines permettant de constituer des lignes de production... avant de faire jouer la faculté de réunion et d'emporter l'ensemble de la vente pour près de 1,1 M€ hors taxe.
430 000 € de chauffage par an, pour maintenir les machines en état d'usage
Voilà pour l'historique. Seulement, depuis plus de deux ans et demi, le site industriel est devenu friche. Et pour cause : il n'appartient toujours pas à l'Agglo, mais au liquidateur judiciaire, le principal point d'achoppement entre les deux étant la dépollution. L'Agglo bénéficie pourtant d'un bail précaire sur le site et a en charge le gardiennage, l'électricité et le chauffage des lieux... indispensables pour maintenir les machines en état d'usage, mais cher, trop cher pour du matériel qui ne sert pas.

Lors d'un conseil d'agglo, à l'automne dernier, le président de la collectivité, Christophe Béchu, avait détaillé les frais liés à cette prise en charge : 430 000 €/an pour le chauffage, 300 000 €/an pour le gardiennage et un total annuel de près d'un million d'euros.

Il y a quelques jours, les maires de l'Agglo, réunis en commission permanente, ont décidé d'arrêter les frais - en tout cas ceux liés au chauffage - et acté la vente prochaine des machines achetées il y a deux ans et demi.

Une décision inéluctable qui met un terme définitif à l'espoir de réindustrialisation du site - un temps évoqué, la fabrication des compteurs Linky d'ErDF a filé sous d'autres cieux en octobre 2014 - en tout cas sous sa forme ancienne, mais ne clôt pas pour autant le dossier Technicolor, puisque la cessation d'activités n'a toujours pas été prononcée.

Reste plusieurs interrogations, auxquelles les prochaines semaines devraient permettre de répondre :  elles concernent notamment le prix de vente -certainement plus bas que le prix d'acquisition, le temps faisant son œuvre-, mais également les futurs acheteurs. Dans un contexte de renouveau de l'électronique angevine -cristallisé par la future ouverture de la Cité de l'Objet connecté- les industriels locaux ne trouveraient-ils pas un intérêt à investir dans deux lignes de production ?

Rappel : Technicolor Angers a été liquidé début octobre 2012, laissant 350 salariés sur le carreau.




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par tonton flingueur le 29/03/2015 14:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
merci à l'équipe de bras cassés précédemment au pouvoir (je ne cite pas les noms mais tout le monde les connait) , qui ont si bien œuvré pour plomber notre agglo.
pas grave, ils n'auront pas à assumer leur incompétence et leur irresponsabilité...aux suivants de se débrouiller avec le lot de casseroles qu'ils nous ont laissé....

2.Posté par Philippe LEGEAIS le 30/03/2015 10:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vendre ce matériel, c'est le bon choix.
En attendant quel gâchis,
Acheter du matériel la veille des élections pour un coût politique !
Annoncer acheter un bâtiment de 86 000 m² sans que la cessation d'activité ne soit validée par le Préfet !
Nous faire croire qu'on va loger une industrie nouvelle dans une quasi friche industrielle !
On se moque du contribuable.
Misons sur le bon sens de la nouvelle municipalité, si elle veut bien écouter les sachants !








Angers Mag















Angers Mag : Le SCO passe à l’orange: Tenus en échec à Jean Bouin samedi par la lanterne rouge du... https://t.co/QADPR1iLiN https://t.co/YP52GPOoB9
Dimanche 4 Décembre - 13:50
Angers Mag : #Angers En panne d'idée de cadeaux ? @Revue_BDM #carnetsdevoyage #publicité https://t.co/VsebE5LDp8
Samedi 3 Décembre - 18:56
Angers Mag : RT @IncroyableSCO: Angers SCO à la pêche aux points face aux Merlus du @FCLorient ce soir (20h) à Jean-Bouin ! #SCOFCL #VibrezSCO https://t…
Samedi 3 Décembre - 12:56
Angers Mag : ChroniK'Ô Noir - #18 : "Plateau", de Franck Bouysse: Chaque mois, la journaliste Martine... https://t.co/V0soKdy4ie https://t.co/07YeiZrSfq
Samedi 3 Décembre - 09:00


cookieassistant.com