Angers Mag Info

Un autre regard sur l'actualité d'Angers et sa région

Document sans nom

Dimanche 26 Octobre 2014



Technicolor, l'avenir de l'usine en discussion ce jeudi


Rédigé par Lucien LUNEAU - Le 22/08/2012 - 18:12 / modifié le 22/08/2012 - 18:41


Où en est Technicolor Angers ? Trois mois après le dépôt de bilan de l'usine, son avenir et celui de ses 350 salariés seront de nouveau au centre des discussions ce jeudi après-midi à la préfecture de Maine-et-Loire. La pause estivale n'y a rien changé, selon les syndicats : l'horizon est sombre.



Le 31 mai dernier, les salariés avaient manifesté devant l'usine, Bd Birgé, leur opposition à la mise en redressement judiciaire, en présence des élus (photo d'archive).
Le 31 mai dernier, les salariés avaient manifesté devant l'usine, Bd Birgé, leur opposition à la mise en redressement judiciaire, en présence des élus (photo d'archive).
C'est en fait une réunion décentralisée du groupe de travail mis en place à l'initiative de la ministre déléguée à l'innovation, Fleur Pellerin, qui se tient ce jeudi en début d'après-midi en préfecture. Autour de la table, logiquement, des représentants du groupe et de l'usine angevine, des syndicats, des élus locaux et le préfet. La ministre devrait être représentée par son conseiller à l'innovation, Aymeril Hoang, qui avait visité les locaux industriels du Boulevard Gaston Birgé en juillet dernier avant, déjà, de conduire une réunion de travail sur l'avenir de l'usine.

Interrogés par Angers Mag, des représentants du personnel de l'ex-usine Thomson ont fait part, comme en juin, de leurs vives inquiétudes quant aux chances de voir se concrétiser rapidement les pistes de reprise. Celles-ci – au nombre de trois ou quatre – restent conditionnées, selon eux, au maintien au moins temporaire d'une charge de travail permettant aux repreneurs de se lancer en douceur. Mais, et les choses ne semblent pas avoir évolué au cours de l'été, le groupe électronique n'a toujours pas manifesté l'intention de remettre en cause son désengagement industriel effectif, programmé précisément ce mois de septembre.

La crainte d'une liquidation judiciaire

Au contraire, « Technicolor vient d’annuler une commande à hauteur d’un mois de charge, ce qui provoquera l’arrêt de l’activité à mi-septembre (plus tôt que prévu) » précise l'intersyndicale de Thomson Angers dans un communiqué. « Aucun des repreneurs ne souhaite s'engager s'il part sans cette sécurité. Il leurs faut bien un socle minimum d'activité pour pouvoir monter en puissance. Nous répétons que cette responsabilité sociale quant à la reconversion du site incombe à Technicolor » explique Odile Coquereau, la responsable CGT de l'usine, qui a été reçue mardi par le juge commissaire en charge du dossier au tribunal de commerce de Nanterre.

Celui-ci doit réétudier le 6 septembre la situation de l'usine. Une date qui, de fait, apparaît de plus en plus comme une date butoir, ravivant le spectre d'une liquidation judiciaire pure et simple de l'ex-usine Thomson. Ce serait la plus mauvaise des issues possibles pour les salariés, pas du tout certains dans ces conditions de pouvoir espérer autre chose que des indemnités légales de licenciement pour tourner la page. Leurs représentants le savent bien qui, en conclusion de leur communiqué, lancent un avertissement : « L’intersyndicale avec les salariés n’acceptera pas que 350 salariés soient jetés à la rue de cette manière inadmissible ! »











Angers Mag



















Instagram


cookieassistant.com