Télé locale, Groussard ne la sent vraiment pas


Rédigé par Rédaction Angers Mag Info - Angers, le 30/11/2012 - 13:02 / modifié le 30/11/2012 - 14:33


Quatre jours après avoir fait part de ses réticences au conseil municipal d'Angers, Gilles Groussard, l'un des porte-parole de l'opposition en remet une couche sur le dossier de télé locale. Selon lui, les difficultés de la télé lyonnaise le prouvent, le contexte économique n'est pas favorable au projet.



Télé locale, Groussard ne la sent vraiment pas
Au conseil municipal d'Angers, lundi dernier, Gilles Groussard, était monté au créneau pour rappeler les "réticences " de l'opposition à l'égard du projet de télévision locale porté par la ville et l'agglo d'Angers.

Reçus récemment au CSA, ses acteurs n'attendent plus que le feu vert de l'autorité audiovisuelle française, pour s'installer concrètement dans les anciens locaux d'Angers 7, rue de la Rame, et se mettre en mouvement.

Si Frédéric Béatse, le maire, affiche un optimisme sans faille quant aux chances de réussite du projet, Gilles Groussard n'est pas sur la même longueur d'onde. A l'appui de son propos, le fait que les dirigeants de Télé Lyon Métropole, explique-t-il dans un communiqué, viennent de demander "au tribunal de commerce de bénéficier d’une procédure de sauvegarde face à la baisse de leurs recettes publicitaires".

Télé locale, Groussard ne la sent vraiment pas
"Après un carton jaune, je ne tarderai pas à donner un carton rouge si la situation d’autres télés locales devaient suivre celle de TLM !" écrit l'élu d'opposition. "En effet, la plus ancienne télé locale de France accuse une baisse de 12 % de son chiffre d’affaires depuis la rentrée et des licenciements ne sont, à ce jour, pas exclus."

"Vu d’Angers cet évènement m'interroge : comment le projet de télé locale du Maire a-t-il ses chances dans un contexte aussi compliqué pour les médias ? Et quelle sera la solution pour gérer les (éventuels) déficits ?" interroge Gilles Groussard.

"Moi, hélas, je parie sur l’argent du contribuable et la hausse des impôts" conclut l'élu. Pessimiste, on l'a compris.


















Angers Mag