Tempo Rives : Birth of Joy, un power trio à la sauce revival, ce mardi


Rédigé par Rédaction Angers Mag Info - Angers, le Lundi 22 Juillet 2013 à 07:46


Birth of Joy s'installe ce mardi soir sur la scène de Tempo Rives. Un power trio néerlandais aux influences multiples : MC5, Doors, Pink Floyd ou encore The Queens Of The Stone Age. Du gros son revival, tout comme Bud McMuffin, duo bluesy garage angevin, en première partie.



Birth of Joy.
Birth of Joy.
la rédaction vous conseille
Influencé par la musique psychédélique des 70's, le blues garage et le rock & roll, ce power trio néerlandais nous ramène aux temps anciens de MC5, des Doors et même parfois des Pink Floyd ! Ce combo est d'une composition aussi simple qu'efficace : un guitariste-chanteur (Kevin Stunnenberg) qui réveille le fantôme de Jim Morrison des Doors, un batteur à la frappe de bûcheron (Bob Hogenelst) et un organiste penché sur son Hammond et connecté au cosmos (Gertjan Gutman).

Sachez-le, on ne reste pas de marbre face Birth of Joy. Révélation des derniers Transmusicales en décembre dernier, son live évoque des rencontres inespérées entre Led Zeppelin et The Queens Of The Stone Age, The Seeds et Fu Manchu. Un psychédélisme stoner qui évoque aussi les plus belles heures d’un désert californien perdu en plein brouillard acide. Du revival à la sauce bien actuelle…

Un concert à ne pas manquer sous aucun prétexte, cale de la Savatte, ce mardi soir à partir de 21 heures.

Bud McMuffin en guest…

Bud McMuffin
Bud McMuffin
En première partie, Tempo Rives fait la part belle à la scène angevine. C'est Bud McMuffin qui s'y colle, en s’associant à son cousin batteur angevin, Tony, pour nous livrer un blues rock énergique.

Ils ne sont que deux mais les instruments fourmillent sur scène, ils alternent les positions, duo, solo ou double one man band mutli-instrumentistes, un format original pour une musique créative mais surtout rock’n roll ! On entend parfois quelques riffs et chants proches d'un Jon Spencer Blues Explosion, version duo… A découvrir sur scène.













Angers Mag