Tempo Rives : "Tout était réuni pour faire une belle édition"


Rédigé par - Angers, le Lundi 17 Août 2015 à 07:55


Alors ce cru 2015 de Tempo Rives ? Quatre jours après la clôture du festival musical angevin, Didier Granet, son programmateur, fait le point. Ravi par la confirmation du succès populaire que rencontre l'événement culturel, il estime que c'est dans l'accueil du public que peuvent encore de trouver ses marges d'amélioration.



Didier Granet sur la pelouse de la cale de la Savatte, laquelle accueille plusieurs milliers de spectacteurs les soirs de concert
Didier Granet sur la pelouse de la cale de la Savatte, laquelle accueille plusieurs milliers de spectacteurs les soirs de concert
la rédaction vous conseille
Quelles impressions vous laissent cette édition de Tempo Rives ?

"C'était bien ! Dans l'ensemble, il a fait beau et nous avons eu beaucoup, beaucoup de monde : jusqu'à 5 000 personnes certains soirs, voire un peu plus pour Jeanne Added par exemple. Ça confirme que Tempo Rives, même si on le savait déjà, est plus qu'identifié par les Angevins et que la magie opère. On regrettera bien entendu la soirée annulée à Monplaisir, parce qu'on y tenait beaucoup, mais tout était réuni pour faire une belle édition."

Et d'un point de vue artistique ?

"On a réussi, je pense, ce que l'on sait faire : un mélange des genres entre musiques actuelles d'origine diverses, à l'exemple de Chico Trujillo, et des groupes quasi-inconnus ou en phase de décollage comme I Me Mine. Il y a des projets encore très, très verts, y compris celui de Jeanne Added, et qui demandent à être revu. C'est "work in progress".

Au cours de quelle soirée, avez-vous le sentiment que la magie, dont vous parlez, a le mieux opéré ?

"Fadda Freddy (le 16 juillet, NDLR) certainement, parce qu'il y a la qualité l'artistique, l'originalité du propos et l'exigence du bonhomme et de l'équipe. On l'a vu après le concert, il a été extrêmement sollicité pour des autographes, des échanges et il s'est prêté à ce jeu sans compter son temps, heureux d'être là. Selon moi, le festival compte dans le parcours de tournée des artistes. Ils le disent, ils l'expriment : Tempo Rives, c'est un des points qui les marquent, parce que le lieu est magique avec le château et la rivière, mais aussi parce que le public répond. Il est presque sur la scène, il y a une proximité... On peut dire ce que l'on veut du public angevin, sauf qu'il est passif."

Une déception ?

"Oui, sans doute le groupe Dafuniks (le 21 juillet, NDLR). Ce n'était pas mon premier choix puisqu'au départ j'avais programmé un groupe emmené par le rappeur Boots Riley, mais la tournée a été annulée au dernier moment. Pour Dafuniks, c'était leur seule date en France, ils avaient joué la veille à Monaco devant un public complètement confidentiel et ils étaient super contents d'être là. J'ai trouvé le concert un peu horizontal, ça manquait de folie."
 
"Réunir 1200 personnes pour une première à la Roseraie, ça nous satisfait d'autant qu'on a craint là aussi pour la météo jusqu'au matin."

Revenons à l'annulation à Monplaisir, un repli n'était-il pas possible ?

"Les possibilités de repli au dernier moment n'étaient pas réunies. C'est le jeu du plein air : faire pour faire, non; faire bien, oui et si on ne peut pas réunir les conditions, on préfère annuler. C'est vrai aussi Cale de la Savatte, où un repli sur le forum du Quai engendrerait trop de contraintes. A commencer par les conditions d'accueil : quand on ne peut recevoir que 1500 personnes, qu'est ce qu'on fait des autres ? La règle du jeu est assez simple : il n'y a pas de billetterie, le seul risque c'est donc la frustration mais quand on est adulte, c'est quelque-chose qu'on a logiquement appris à intégrer (rires)."

La moindre affluence du concert à la Roseraie, doit-elle interroger sur la pertinence des concerts dans les quartiers ?

"Le constat est là : on a beaucoup moins de monde dans les quartiers, parce que les gens aiment à se retrouver cale de la Savatte. Il y a un charme du lieu qui est forcément différent. Maintenant quand j'ai dis ça, réunir 1200 personnes pour une première à la Roseraie, ça nous satisfait d'autant qu'on a craint là aussi pour la météo jusqu'au matin. Les gens du quartier étaient présents et des fidèles aussi, ce n'est pas mineur. Après, ça demande à retravailler peut-être encore ces soirées en associant plus les gens du quartier au projet."

Des idées d'évolution pour les années à venir ?

"Sans doute, ce sur quoi on peut travailler, c'est la manière de vivre et apprécier le concert. Améliorer peut-être le dispositif scénique, la diffusion dans son ensemble. Ça demandera des ressources et, sans doute, la recherche de nouveaux partenariats, pour apprécier ce qui est proposé. Mais on n'est vraiment pas dans la recherche d'une augmentation de la fréquentation, car la dimension conviviale et humaine de Tempo Rives est ce qui fait son identité."




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Pascal B le 18/08/2015 07:37 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Belle programmation estivale qui réunit qualité, découverte et convivialité. L''objectif déclaré est la rencontre avec le public et non la course à la fréquentation.








Angers Mag












Angers Mag : Report'Cité : portez la plume, s'il vous plaît !*: Un an et demi après son lancement, le... https://t.co/Qf1FyGW1iJ https://t.co/P8YYlZPYdm
Vendredi 2 Décembre - 19:06
Angers Mag : #musique De Macao à Pergolèse,la riche actualité de l'ensemble Amarillis @Angers https://t.co/hAW8WkdOUw
Vendredi 2 Décembre - 10:46
Angers Mag : #Angers Le jour d'après #PSGSCO, le billet @LardeuxT. Comme quoi on peut supporter @SCO et admirer @ECavaniOfficial https://t.co/nA3Ivf5HEE
Jeudi 1 Décembre - 18:18
Angers Mag : Au musée des Beaux-Arts, l'énigme Peter Briggs: Jusqu'au 26 mars, le musée des... https://t.co/Ys4SmHHl6M https://t.co/4mARuYnceC
Jeudi 1 Décembre - 07:30







cookieassistant.com