Angers Mag Info

Un autre regard sur l'actualité d'Angers et sa région

Document sans nom

Samedi 25 Octobre 2014





Tempo Rives : une brise d’Afrique de l’ouest a soufflé sur la Maine


Rédigé par - Le Vendredi 10 Août 2012 à 13:54


Il y avait foule hier soir sur les pelouses du quai de la Savatte, sur les bords de Maine, pour écouter la musique de Zita Swoon, Awa Démé, Mamadou Diabate Kibié et leurs musiciens. La douce moiteur qui s’est installée depuis quelques jours sur l’Anjou se prêtait merveilleusement bien à cette ambiance, rappelant même quelques bons souvenirs à ceux qui ont eu l’occasion de séjourner en Afrique.



Stef Kamil Carlens, Awa Démé et Mamadou Diabate Kibié, hier soir, sur la scène de Tempo Rives à Angers
Stef Kamil Carlens, Awa Démé et Mamadou Diabate Kibié, hier soir, sur la scène de Tempo Rives à Angers
C’est amusant, ce type a quelque chose de Johnny Clegg (le Zoulou Blanc) », disait un ami en regardant Stef Kamil Carlens, le chanteur du groupe Zita Swoon. Comme son homologue sud africain, totalement imprégné de la musique traditionnelle il se fondait dans l’ambiance, parlant et gesticulant comme ceux qui l’accompagnait sur scène : Awa Démé au chant et Mamadou Diabate Kibié au balafon.

Zita Swoon Group est au départ un collectif musical polymorphe belge de pop et blues indépendant et principalement anglophone fondé vers 1990 à Anvers, par Stef Kamil Carlens (Ex Deus) qui en est le chanteur et l’auteur et Aarich Jespers à la batterie.

Influencé par Frank Zappa, Bob Dylan ou encore Neil Young, ce groupe produit une musique de bonne facture, un brin envoutante, née d’un mélange de rock, pop, blues, disco et même afro-cubaines. En mars 2007, le groupe élargit son univers musical en y ajoutant le ska, la soul, le reggae, le funck et même chanson française.

L’alchimie prend enfin forme quand Stef rencontre deux autres artistes au Burkina Faso : la diva Awa Démé et le musicien Mamadou Diabate Kibié. Le trio qui démontre une fois de plus que la musique n’a pas de frontières est fait pour s’entendre et les sons qu’ils distillent surtout en ces périodes de forte chaleur, permettent de passer des soirées bien agréables.

Originaire du Burkina Faso, Awa Démé est née dans une famille de musiciens et conteurs Africains, les « djélis » que l’on appelle aussi « griots ». Chanteuse depuis l’âge de 4 ans, elle participe à de nombreux événements culturels avant de rencontrer Adama Dramé, l’un des grands maîtres du djembé d'Afrique de l'Ouest. Avec sa voix chaude, au timbre légèrement rauque, Awa Démé trouve sa place dans la musique contemporaine et le jazz avec une capacité de passer facilement des accents mandingues (*), à ceux du soul ou rock comme elle l’a démontré hier soir à Angers.

Mamadou Diabaté Kibié, considéré comme l’un des maitres du balafon, cet instrument de percussion, sorte de xylophone fait avec des lattes de bois dur et des calebasses, originaire d'Afrique occidentale, compte pour beaucoup dans ce savant mélange musical entre l’Europe et l’Afrique. Il apporte la petite touche traditionnelle, qui se fond aisément avec les sons aigus de la guitare acoustique de Stef Kamil Carlens.

Tout au long de ce concert nocturne l’association de ces musiciens aux influences diverses, mais pas si éloignées, si l’on y regarde de près ont tressé le fil de multiples échanges où s’entrecroisent pour le plus grand plaisir des oreilles, les rythmes mandingues (*) et les formes plus occidentales du folk ou du rock.

(*) Les Mandingues (ou Mandinka, Mandés) sont un peuple d'Afrique de l'Ouest originaire du territoire occupé par l'actuel Mali. Ils vivent essentiellement au Sénégal, au Mali, en Côte d'Ivoire, en Gambie, en Guinée, en Guinée-Bissau, au Burkina Faso et en Mauritanie (définition Wikipédia)




Yannick Sourisseau
Directeur publication Angers Mag et Angers Mag Info Journaliste web suivant plus particulièrement... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par barreau le 10/08/2012 19:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Encore un excellent concert, en effet avec des musiciens remarquables.
J'ai particulièrement apprécié Karen Willems à la batterie se donnant à 100%, à l'image du groupe.
Très beau concert, donc, qui s'est terminé sous les étoiles et à la lueur des éclairages du château.
Tiens, à propos du château, serait-ce l'émotion de la soirée ou serait-ce dû à un remaniement de la puissance de l'éclairage car celui-ci n'a jamais semblé aussi lumineux ?
Le grand (et onéreux) artiste Kersalé serait-il venu af...







Angers Mag




















cookieassistant.com