Terra Botanica : « Est-ce que le ballon décolle aujourd'hui ? »


Rédigé par - Angers le Vendredi 3 Juillet 2015 à 20:41


A peine ouvert au public, le ballon captif des jardins extraordinaires Terra Botanica à Angers reste cloué au sol depuis plusieurs jours, malgré un temps chaud et sec. Une situation que ne comprennent pas toujours les visiteurs dont certains sont venus tout spécialement. Petite leçon d’aérologie.



En attendant une météo plus favorable le ballon est au garage
En attendant une météo plus favorable le ballon est au garage
la rédaction vous conseille
Visible à plus de 20km à la ronde et dès en arrivant sur Angers, le ballon captif du parc Terra Botanica se positionne comme un point de repère qui attire inévitablement les visiteurs. Mais depuis sa sortie officielle, l’engin connait quelques difficultés liées aux conditions météorologiques que connaît le territoire Français.
 
Si certains crient au scandale, le directeur du parc avait déjà prévu cet inconvénient. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le vol en ballon n’est pas compris dans le prix de l’entrée. « Le ballon ne peut pas voler par tous les temps pour des raisons évidentes de sécurité  », avait expliqué Denis Griffon lors de présentation de l’engin. Une fois sur place, si les conditions météo sont remplies, il suffit de s’acquitter des 2 € supplémentaires pour enfin découvrir les jardins et la ville d’Angers, vu du ciel.
 
« Ces problèmes de sécurité, de météorologie et plus particulièrement d’aérologie, les visiteurs ne les comprennent pas forcément », explique Guillaume Génon, gérant de Montgolfière d’Anjou, structure auprès de laquelle le directeur du parc a pris tous les conseils nécessaires avant de lancer ce projet.  « Que ce soit une montgolfière ou un ballon a gaz comme celui de Terra Botanica, ils ne peuvent pas s’élever lorsque le vent est trop établi ou lorsque le temps est orageux. C’est un risque pour les passagers et une responsabilité pour l’aéronaute comme pour le parc », précise Guillaume Génon qui est également pilote instructeur de montgolfière, mécanicien et l’un des quatre aéronautes du ballon de Terra Botanica.
 
« Selon les données constructeur, que nous devons scrupuleusement respecter, nous ne pouvons pas décoller lorsque le vent est supérieur à 22 km/h au sol », ajoute le pilote. « En-dessous, selon la force du vent il faut réduire le nombre de passagers. Plus la nacelle est chargée plus le ballon dérive sur son câble, plus il y a de risque pour se poser, avec à la clé un accident préjudiciable aux passagers. Nous ne pouvons pas nous permettre de prendre ce risque ».
« Il vaut mieux regretter de rester au sol que regretter d’avoir voler » - Guillaume Génon
Alors pourquoi le ballon ne décolle-t-il pas en ce début d’été ? « Nous vivons une période anticyclonique exceptionnelle, avec des vents du sud assez forts et de fortes amplitudes thermiques (risque d’orage et de coup de foudre sur le ballon – NDLR). Les montgolfières ne volent pas non plus », souligne le pilote. Mais ça ne devrait pas durer, le site doit permettre selon les analyses des experts de faire décoller le ballon environ 200 jours par an. Il suffit de venir au bon moment. « C’est mieux que les autres ballons installés en France. En plus, contrairement à une montgolfière, le ballon captif peut voler tout au long de la journée ».
 
Selon Guillaume Génon, le ballon du parc Citroën qui doit tenir compte des mouvements aérauliques d'une grande ville comme Paris, n’atteint pas cette fréquence. Quant à celui de Vulcania (Auvergne), il décolle moins de 100 jours par an.
 
« Ca fait de Terra Botanica le meilleur site de France pour ce genre d’expérience », conforte l’aéronaute. « Il faut que les visiteurs soient patients et consultent la météo avant de venir ». Et d’ajouter : « Il vaut mieux regretter de rester au sol que regretter d’avoir volé ».
 
Pour que les visiteurs puissent connaître les conditions de vol avant de venir, « une information devrait être prochainement disponible sur le site web du parc », indiquent les responsables de Terra Botanica. Pareille aux drapeaux de plage, l’indication sera verte si toutes les conditions sont remplies pour voler, orange s’il y a une possibilité de vol en cours de journée, rouge si les conditions météo sont trop mauvaises.
 
Comme sur les plages ou à la montagne où certains bravent les interdictions, « il y aura toujours des râleurs qui n’accepteront pas qu’on ne les fasse pas voler malgré les mauvaises conditions météo », note Guillaume Génon. « Le principe étant d’informer en amont pour qu’il y en ait le moins possible »

Dernière modification : C'est fait, depuis la mi-juillet un symbole situé au niveau du menu inférieur de la page d'accueil du site web de Terra Botanica indique les conditions de vol du ballon. Ces conditions sont mises à jour trois fois par jour, à 9h30, 13h30, et 19h. L'indice de vol  de 19h indique la tendance pour la journée suivante. Pour en savoir plus sur ces indices de vols cliquez ICI  

Ballon à gaz et montgolfière

Montgolfières au-dessus de la Loire
Montgolfières au-dessus de la Loire
Si les deux sont communément appelés ballons, la montgolfière créée par les frères Montgolfier est constituée d’une enveloppe ouverte dans laquelle on envoie de l’air chaud à l’aide de bruleurs à gaz et de ventilateurs. C’est cet air, plus chaud que l’air ambiant qui permet à la montgolfière de s’élever. C’est la raison pour laquelle ce type d’engin ne peut voler que le matin ou le soir, lorsque la température est plus basse. Il suffit de vider l’air chaud par une soupape située en partie supérieure de l’enveloppe pour faire redescendre le ballon.
 
Le ballon à gaz, appelé aussi «  charlière » , du nom de son inventeur Jacques Charles, est constitué d’une enveloppe fermée dans laquelle on emprisonne un gaz plus léger que l’air, le plus souvent de l’hélium, qui lui permet de s’élever. Cette enveloppe est gonflée en permanence car il faut pratiquement 24h pour remplir un ballon de 6000 m3 comme celui de Terra Botanica. On parle de ballon captif parce qu’il est retenu au sol par un filin qui s’enroule sur un treuil. Sans ce câble le ballon ne pourrait plus descendre, sauf à le dégonfler progressivement en vol. Le temps de se dégonfler, poussé par le vent, le ballon pourrait parcourir plusieurs centaines de kilomètres. Avantage, ce ballon peut voler toute la journée, quelque soit la température extérieure.
 




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par barreau le 05/07/2015 11:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
voilà un vrai travail d'information, merci à Angers Mag pour ces explications claires . cela permettra peut -être de faire taire les mauvaises langues qui cherchent à dénigrer systématiquement ce parc même quand cela ne se justifie pas.

Actualité | Société | Economie | Politique | Culture | Sports - Loisirs | Services | Zoom sur ... | Billet d'humeur | video | vacances | Administration - Gestion | Jeux | le mensuel Angers Mag | Archives | Publicité | L'oeil de Fanch Juteau










Angers Mag











Angers Mag : Le SCO passe à l’orange: Tenus en échec à Jean Bouin samedi par la lanterne rouge du... https://t.co/QADPR1iLiN https://t.co/YP52GPOoB9
Dimanche 4 Décembre - 13:50
Angers Mag : #Angers En panne d'idée de cadeaux ? @Revue_BDM #carnetsdevoyage #publicité https://t.co/VsebE5LDp8
Samedi 3 Décembre - 18:56
Angers Mag : RT @IncroyableSCO: Angers SCO à la pêche aux points face aux Merlus du @FCLorient ce soir (20h) à Jean-Bouin ! #SCOFCL #VibrezSCO https://t…
Samedi 3 Décembre - 12:56
Angers Mag : ChroniK'Ô Noir - #18 : "Plateau", de Franck Bouysse: Chaque mois, la journaliste Martine... https://t.co/V0soKdy4ie https://t.co/07YeiZrSfq
Samedi 3 Décembre - 09:00




cookieassistant.com