"Terra Botanica n'est pas un fiasco"


Rédigé par - Angers, le 05/09/2014 - 18:18 / modifié le 18/09/2014 - 07:42


Il y a t-il le feu à la maison Terra Botanica ? Dans un article publié vendredi, le quotidien Ouest-France laisse entendre que le parc de loisirs ne devrait pas dépasser 130 000 entrées payantes cette saison, très, très loin de ses objectifs d'équilibre financier. Dans une interview à Angers Mag, Christian Gillet, le président du Conseil Général de Maine-et-Loire, propriétaire du parc, fait part de son agacement tout en annonçant le déblocage prochain... d'une aide exceptionnelle d'1,5 million d'euros.



"Terra Botanica n'est pas un fiasco"
la rédaction vous conseille
Que vous inspirent les informations publiées ce vendredi par Ouest-France ?

"J'ai été très surpris, pour ne pas dire agacé par l'article que j'ai lu. Parce que le terme de "fiasco" est très excessif. Souvenez-vous du Futuroscope qui a déposé son bilan avant d'être repris puis de redresser la tête : Terra Botanica connaît, comme tous les parcs en leur temps, une crise de croissance mais ce n'est pas la catastrophe qu'on nous annonce. Et je suis vraiment désolé qu'on ait fait parler des acteurs qui sont incompétents et qui ne connaissent pas la réalité des choses, y compris des anciens adjoints au maire d'Angers qui n'ont eu de cesse de critiquer et de démonter ce parc."

Seulement 130 000 visiteurs payants annoncés pour cette saison, tout de même...


"L'année 2014 a été difficile pour tous les parcs. J'ai les chiffres de fréquentation nationale qui montrent un retrait de 5% pour tous les équipements de loisirs de ce type. Terra Botanica, selon les indications qui m'ont été données par un certain nombre d'acteurs compétents du tourisme, est considéré comme un jardin extraordinaire et l'un des mieux côtés au niveau européen. Il a un problème de communication. Il n'est pas suffisamment connu au niveau national et international."

Quelle est la réalité des chiffres, Christian Gillet ?

"A ma connaissance, il avait été annoncé une espérance de 230 000 à 240 000 entrées l'an passé, ce qui correspond au "petit équilibre", c'est à dire ce qui permet de ne pas faire de déficit. Il y a eu un certain nombre d'entrée réelles, des entrées gratuites délivrées et les entrées du centre d'affaires qui fait partie de Terra Botanica, et dont la comptabilité est la même. Ceux qui fréquentent le centre sont donc comptés dans les entrées. Pour 230 000 personnes espérées, on en a eu autour de 200 000. C'est un petit peu moins que prévu mais ce n'est pas ce qu'on nous dit."

Ce chiffre de 200 000 intègre donc les entrées gratuites ?

"Oui, mais c'est vrai partout ainsi. Au Bioparc de Doué-la-Fontaine, le nombre d'entrées communiqué intègre aussi les gratuites. Ce sont des entrées quand même."

Soyons précis. Le "petit point d'équilibre" du parc repose sur 230 000 entrées payantes et gratuites ?

"Non, sur 230 000 entrées payantes ce qui fait que le petit point d'équilibre n'a pas été atteint. Mais ce n'est pas la peine de dire que c'est un fiasco. J'ai décidé, depuis ma prise de fonction, de publier la réalité des chiffres. Sans doute qu'avant, et c'est vrai pour tous les sites, vous aviez des chiffres plus élevés que la réalité des entrées payantes, je dis bien. Maintenant, nous avons un problème de croissance qui va nous obligé à revoir la structuration de ce parc qui est à la fois ludique et scientifique. J'ai fait venir des experts cet été dont celui qui a relevé le Futuroscope et d'autres spécialistes mondiaux des parcs, qui m'ont tous dit que c'était le meilleur "jardin extraordinaire" d'Europe, mais qu'il avait un problème de communication et de renouvellement."

"On peut parvenir à 250 000 entrées payantes"

Comment comptez-vous vous y prendre ?

"Il faut que nous revoyons la structure juridique du parc. C'est une société d'économie mixte qui l'administre, nous allons la transformer et y faire entrer, je le souhaite, la ville et l'agglomération d'Angers qui étaient totalement absentes de Terra Botanica, ce qui est quand même un non sens. Le parc restera l'entité du Conseil général de Maine-et-Loire et nous l'aiderons financièrement, en proposant au mois d'octobre une dotation exceptionnelle d'1,5 million d'euros. Une dotation unique, qui ne sera pas renouvelée, et permettra de repartir en janvier sur de nouvelles bases. Je souhaite aussi que nous conjuguions les efforts de tous les acteurs du tourisme en Anjou pour engager une campagne de communication qui n'a jamais eu lieu réellement, à Paris et ailleurs."

"Le parc restera l'entité du Conseil général de Maine-et-Loire et nous l'aiderons financièrement" affirme Christian Gillet, écartant toute idée de cession. Pour le moment du moins.
"Le parc restera l'entité du Conseil général de Maine-et-Loire et nous l'aiderons financièrement" affirme Christian Gillet, écartant toute idée de cession. Pour le moment du moins.
Et l'idée de vendre le parc à terme ne fait pas partie de vos projets ?

"C'est exclu. C'est un outil du Conseil général et du Département, il le restera. En tout cas, pour les deux ou trois prochaines années. Je suis persuadé que dans les trois ans, il aura retrouvé l'équilibre. Je suis persuadé de sa qualité, on peut parvenir à 250 000 entrées payantes. On a cumulé les handicaps cette année avec le temps, la concurrence des Floralies de Nantes et les difficultés économiques. Et puis, on va adapter les effectifs à l'activité réelle de ce parc, et créer des événements culturels, artistiques pour la prochaine ouverture, pour donner aux enfants et aux familles d'y revenir."

Ça veut dire supprimer des emplois ?

"On n'en est pas là. Il y a actuellement 40 salariés permanents, une soixantaine de saisonniers, peut-être que ces derniers sont un peu trop nombreux."

J'en reviens à l'article de Ouest-France, il y est évoqué un tour de passe-passe comptable pour faire prendre en compte des dépenses du parc par la Sodemel, et ne pas gréver ainsi son budget.

"Je me demande s'il ne faut pas introduire des actions en justice contre des allégations aussi scandaleuses. J'ai vu que Monsieur Motteau (ndlr : ex-adjoint au commerce d'Angers et ex-membre du conseil d'administration de Terra Botanica) avait été interviewé. Je trouve curieux qu'on sollicite l'avis de gens qui n'y connaissent rien et qu'on ne me demande pas celui du propriétaire. C'est étonnant. La Sodemel a rempli son contrat tel qu'il avait été prévu à l'origine mais il y a eu effectivement quelques malfaçons, pour lesquelles, elle nous a versé des compensations Mais elles sont minimes. Sur 100 millions d'investissement, qu'il y ait 1% de malfaçons ne me paraît pas scandaleux. Là encore, ces allégations participent au "bashing" voulu par certains politiques : il n'y a pas eu de malversations, sinon le commissaire aux comptes aurait certainement attiré l'attention dessus. Encore une fois, je regrette qu'on ne m'ait pas demandé mon avis avant de publier un article qui, en terme commercial et sur le plan de l'image, est tout à fait dommageable pour Terra Botanica."

Le PDG de Terra Botanica refuse de parler de déficit

"Terra Botanica n'est pas un fiasco"
"Je ne me fixe pas sur la fréquentation." Mis sous pression par les révélations de Ouest-France, le PDG de Terra Botanica, Jean-Pierre Chavassieux n'en conteste pas pour autant les chiffres relatés par nos confrères, à une nuance près : le chiffre de 170 000 entrées payantes qu'évoque le quotidien pour la saison intègre en réalité aussi... les entrées gratuites. "Oui, mais nous ne comptabilisons qu'une fois les congressistes (ndlr : qui fréquentent le centre d'affaires) là où les autres parcs le font pour chaque jour de présence" précise le conseiller général de Cholet 3, pour justifier sa différence de lecture avec Christian Gillet (voir plus haut). Pour un objectif de rentabilité fixé à 230 000 visiteurs payants, ça donne tout de même une idée de la marge.

Mais comme le président du Conseil Général de Maine-et-Loire, Jean-Pierre Chavassieux s'en prend surtout à la tonalité "catastrophiste" de l'article du quotidien breton : "Alors que le parc prépare déjà son ouverture en 2015, ces déclarations ne peuvent que nuire aux efforts constants d’améliorations et sont contreproductives pour le territoire Angevin" dénonce-t-il dans un communiqué.

S'il reconnait des difficultés financières, Jean-Pierre Chavassieux refuse de parler de déficit, arguant pour se justifier de toutes les dépenses et charges qui, selon lui, devraient incomber aux partenaires et collectivités qui profitent de l'infrastructure. C'est à dire ? "Si nous devions facturer toutes les mises à dispositions et accueil de groupes, il y en a pour 500 000 euros." Un deuxième exemple ? "Les travaux et fournitures qui devraient relever du propriétaire et qui avoisinent 1 million d'euros." Faites le calcul, le manque à gagner correspond peu ou prou au montant de l'aide exceptionnelle que compte verser le département à Terra Botanica.




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par christian le 06/09/2014 14:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Que voulez vous, en se contentant depuis le départ de faire la promotion de Terra Botanica uniquement dans les départements limitrophes et en Bretagne, il ne faut pas s'étonner..Un bel outil et encore une fois l'ambition nous fait défaut pour le pérenniser...

Quand on affirme être le 1er parc du genre en Europe, on se doit d'aller "commercialiser" notre parc un peu plus loin et notamment en région parisienne . Avec 12 millions d'habitants reliés en 1h30 à notre gare, pourquoi ne pas faire des ...

2.Posté par Christian le 06/09/2014 14:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
quant au Ouest France que nos chers élus fustigent, je rappelle que pas un n'a bougé quand le Courrier de l'Ouest est tombé dans l’escarcelle du groupe breton entrainant un monopole de la presse quotidienne de celui-ci sur le territoire angevin...

3.Posté par Philippe le 07/09/2014 09:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce monsieur n'as aucune connaissance du dossier, ce n'est pas possible d'être autant à côté de ses pompes. Les parcs puy du fou et Futuroscope se portent très bien et pour eux l'année a été bonne, avec près de 25 000 entrées le week end du 15 août sur 2 jours pour le Futuroscope. Il faut plutôt parler de l'offre Terra Botanica qui intéresse personne et le message est vite passé "tu paiera 20 euros" pour voir des fleurs ! remettre encore la main au porte monnaie pour rien, c'est un honte. C'ét...















Angers Mag











Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17



cookieassistant.com