The Social Network : David Fincher «s’exprime»


Rédigé par Option Cinéma Lycée Renoir - Angers, le Mardi 26 Octobre 2010 à 12:03


Un étudiant a priori quelconque. Un étudiant brillant. Un étudiant visionnaire. Un étudiant rebelle. Un étudiant asocial. Un étudiant touchant… Pour son huitième long-métrage, le talentueux David Fincher nous brosse le portrait de Mark Zuckerberg, cet étudiant marginal qui deviendra le plus jeune milliardaire de son époque, en créant le site de sociabilité que nous connaissons tous, Facebook.



Mark Zuckerberg (joué par Jesse Eisenberg)
Mark Zuckerberg (joué par Jesse Eisenberg)
la rédaction vous conseille
2003, un soir d’octobre, après avoir été quitté par sa petite amie, un jeune étudiant, Mark Zuckerberg (joué par Jesse Eisenberg) décide de se venger et pirate le système informatique de l’Université d’Harvard en créant un site sur lequel les étudiants peuvent classer les filles du campus selon leur beauté. Face au succès immédiat de cette nouveauté, Mark et ses amis ont alors l’idée de créer un site inédit de « sociabilité ».

Au fur et à mesure, cette invention révolutionnaire se transformera, progressera, s’améliorera et finira par devenir le site rassemblant actuellement 500 millions de membres à travers le monde entier, Facebook.

Mais la route menant vers la gloire et le succès sera semée d’embûches. En effet, l’invention de l’ambitieux Mark Zuckerberg engendrera de nombreux conflits et des problèmes juridiques. Frustrations, convoitises, jalousies, mensonges, trahisons… accompagneront dès lors l’existence du génial créateur de Facebook.

Celui qui voulait au départ simplement se venger de la copine qui l’avait quitté finira même par se mettre à dos son ami le plus proche.

S’éloignant de films comme «The Game», «Seven» ou encore «Fight Club», pour son huitième long-métrage, David Fincher en a surpris plus d’un avec son adaptation du livre de Ben Mezrich "The accidental Billionaires". Étant habitué à une ambiance assez sombre et oppressante, c’est à un tout nouveau registre que le réalisateur d’ « Alien 3 » s’attaque.

Pas de créatures étranges, pas de péchés capitaux, pas de clubs de combat, pas de tueur en série… Non, rien de tout ça, juste l’ascension d’un jeune étudiant, d’un petit génie et de son idée révolutionnaire.
Car ce n’est pas l’histoire de The Social Network (la création de Facebook) qui en fait un grand film. Étant classé parmi les réalisateurs « visuels », David Fincher maîtrise parfaitement les techniques permettant d'obtenir un rendu visuel exceptionnel. Dans The Social Network comme dans Zodiac, il a su rester classique dans la mise en scène et il a su laisser place au scénario complexe du talentueux Aaron Sorkin mettant en scène les différents points de vue contradictoires de chacun des personnages.

Malgré un certain classicisme dans la réalisation, une scène comme celle de la course d'aviron par exemple, nous montre bien que David Fincher est un maître de la mise en scène.

Et comment passer à coté de la première scène du film? Scène d’ouverture surprenante, déconcertante, troublante, haletante pour le spectateur : un simple champ contre-champ de Mark et de son amie (faisant écho à la touchante scène finale) mis en image avec une rapidité sans précédent renforçant ainsi l’impression de vitesse donnée par les paroles quasiment incompréhensibles de Mark. Cette scène met en évidence l’état d’esprit du personnage et nous montre son incapacité à communiquer avec sa petite amie.

D’emblée avec cette scène, nous comprenons que The Social Network ne sera pas principalement axé sur la création de Facebook, mais plutôt sur le portrait de cet étudiant fascinant. S’ajoutent à un artiste de la caméra et à un scénario solide, des acteurs brillants.

Personnage principal, Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook est incarné avec talent par Jesse Eisenberg (déjà remarqué dans le film « Bienvenue à Zombieland »). La personnalité de Mark est assez complexe : brillant, visionnaire, rebelle, déterminé, égoïste, asocial et touchant. Touchant ? Oui car en réalité, Mark Zuckerberg est terriblement seul. Le malaise est permanent… Rejeté par les filles, exclu des clubs de l’université, c’est pour se démarquer, faire parler de lui, être reconnu et être aimé qu’il mettra au point Facebook.

Celui qui créa le site de sociabilité le plus populaire dans le monde, n’est pas capable d’avoir un seul vrai ami… Quel paradoxe n’est-ce pas ?

Même si le film se focalise sur le personnage de Mark Zuckerberg, les seconds rôles ne sont pas effacés. Aux côtés de Jesse Eisenberg, on trouve Andrew Garfield dans le rôle d’Eduardo Saverin qui finira en procès contre son meilleur ami, Mark. Notons aussi que Justin Timberlake (Sean Parker) ou encore Armie Hammer (Cameron Winklevoss) excellent dans leur interprétation

Enfin, le film est cadencé par la musique hypnotique composée par Trent Reznor, leader du célèbre groupe rock industriel Nine Inch Nails et par Atticus Ross. Avec des consonances plutôt électroniques, la B.O de « The Social Network » est en corrélation avec le rythme soutenu du film.

En plus d’être un film sur la création de Facebook ou sur son inventeur, Mark Zuckerberg, The Social Network est un portrait passionnant de toute une génération, celle des années 2000, qui sacrifie souvent sa vie privée pour pouvoir «exister» virtuellement sur Facebook où le paraître l’emporte sur l’être.

Tous ces éléments rassemblés font de « The Social Network » un excellent film, voire un «grand film», un de plus pour David Fincher qui démontre encore une fois son immense talent.

À «partager» avec vos «amis» au plus vite!

Louise


LES TAGS : The Social Network










Angers Mag