ThyssenKrupp Ascenseurs, une mauvaise nouvelle attendue


Rédigé par - Angers, le 24/09/2014 - 18:28 / modifié le 04/10/2014 - 15:24


Seul site de production en France du fabricant d'ascenseurs allemands, l'usine de Saint-Barthélémy-d'Anjou (450 salariés) s'attend à l'annonce d'un projet de réduction d'effectifs ce jeudi matin. Reste à en connaître l'ampleur et les répercussions.



ThyssenKrupp Ascenseurs, une mauvaise nouvelle attendue
la rédaction vous conseille
Quand le bâtiment va, tout va" laisse entendre un adage bien connu - et généralement assez juste - du monde économique. Quand le bâtiment va moins bien, pour paraphraser Bourvil, "ça marche beaucoup moins bien, forcément". A commencer pour tous les acteurs du secteur du bâtiment lui-même. Aussi, l'annonce attendue jeudi matin d'un projet de réduction d'effectifs chez ThyssenKrupp Elevator Manufacturing France (TEMF) à Saint-Barthélémy-d'Anjou, annoncée dès ce mercredi par nos confrères de Ouest-France, ne semble pas surprendre outre mesure les observateurs.

Il y a un an, la fragilité du site de production - le seul en France du n °3 mondial du secteur (ThyssenKrupp Elevator) - avait été avancée sur la place publique lors de l'annonce du projet de réorganisation de l'autre entité du fabricant d'ascenseurs, ThyssenKrupp Ascenseurs France (TKAF), dédiée à la maintenance et à la télésurveillance des équipements. Ce projet, portant sur la suppression de 289 postes (sur 2500 partout en France) et d'un certain nombre d'agences, est entré en application et a entrainé, selon Ludovic Lemaire, délégué central CGT de TKAF, "70 licenciements depuis l'été" dans la division.

Mais parallèlement à sa mise en œuvre, les inquiétudes ont grandi autour de l'avenir du site industriel angevin, touché directement par la baisse du marché de l'ascenseur en France, passé de 2,8 milliards d'euros en 2009 à 2,4 milliards d'euros (estimation) attendus pour 2014. Au recul de la construction neuve, s'est ajoutée, pour le secteur, la chute des travaux de modernisation (-42% de commandes entre le 1er semestre 2012 et le 1er semestre 2014, selon la fédération française des ascenseurs), liée en particulier au gel de la loi sur la mise en sécurité des ascenseurs.

"Il y a eu une baisse d'activité, c'est net" confirme Pascal Bouet, le délégué CGT de l'entreprise. S'il s'attend à une mauvaise nouvelle ce jeudi - un comité d'entreprise extraordinaire est convoqué pour 8h30 - , le représentant syndical se refuse pour le moment à confirmer, infirmer voire même commenter l'information de Ouest-France, selon laquelle, 250 postes (sur 450) pourraient être concernés par un projet de réorganisation. "Il y a de l'inquiétude, mais les choses sont très, très verrouillées."

Reste donc à connaître la teneur de projet. Reste à savoir aussi quelle place stratégique la direction de ThyssenKrupp Elevator entend accorder dans les années à venir à son usine française, petit élément d'un empire (46 000 salariés, 5,3 milliards de CA) qui compte, notamment, deux autres sites de production en Allemagne et en Espagne.




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag















Angers Mag : #Angers Le directeur de Keolis Angers a été licencié pour fautes graves https://t.co/n6HJqX081U
Lundi 5 Décembre - 15:10
Angers Mag : Keolis Angers : Christophe Reineri a été licencié pour fautes graves: Trois semaines... https://t.co/d3ujV5hSiJ https://t.co/cPMN0twREP
Lundi 5 Décembre - 15:01
Angers Mag : Orphée aux enfers, mais aussi au Quai: Entretien croisé avec Jean-Paul Davois (directeur... https://t.co/NJjZLJnXMH https://t.co/pTRfJd77AD
Lundi 5 Décembre - 08:00
Angers Mag : Enseignement, quand l'instruction se "fait maison": Depuis trois ans, Barbara a décidé... https://t.co/2EbbolDZYe https://t.co/q2lbjICkRQ
Lundi 5 Décembre - 07:20


cookieassistant.com