"Tomboy", la saine mise au point des enseignants de Saint-Martin


Rédigé par - Angers, le 10/02/2014 - 08:06 / modifié le 10/02/2014 - 10:25


"Nous ne cèderons pas à la censure". C'est, en substance, le message adressé par les enseignants du collège Saint-Martin d'Angers après la polémique provoquée la semaine passée par l'annulation de la projection du film "Tomboy". Explications et mise au point.



Jeanne Disson (Lisa) et Zoé Héran (Laure / Michaël) dans Tomboy ( Photo © Pyramide Distribution)
Jeanne Disson (Lisa) et Zoé Héran (Laure / Michaël) dans Tomboy ( Photo © Pyramide Distribution)
la rédaction vous conseille
On ne peut pas dire qu'il avait beaucoup fait parler de lui jusqu'alors. Réalisé par la scénariste et cinéaste française Céline Sciamma, avec le soutien de la chaine Arte, Tomboy n’avait pas déchainé les passions lors de sa sortie en 2011. Plutôt bien accueilli par la critique, ce film avait même obtenu un prix du public, dans la catégorie des films LGBT, au 61e Festival international du film de Berlin en 2011.

2012, 2013... Deux ans et une loi sur le mariage gay plus tard, il aura suffit, à l’automne dernier, que des parents d'élèves des Deux-Sèvres s'indignent du fait que dans ce film, proposé aux établissements scolaires dans le cadre de l'opération culturelle Collège au Cinéma, deux enfants du même sexe (mais l'un d'entre eux ne le sait pas) puissent tomber amoureux, pour déclencher les hostilités.

Posté sur les réseaux sociaux, leur mécontentement a rapidement pris de l’ampleur. Une fondation européenne qui se présente comme étant au service d’ "une conception chrétienne de la personne et de l’ordre social", CitizenGO, met en ligne une pétition qui s’oppose à la projection du film dans les écoles. A ce jour, elle a recueilli 32.300 signatures.

Le collectif d’associations de la Manif pour Tous, toujours en lutte contre le mariage des homosexuels et la « théorie du genre », - idéologie selon laquelle on deviendrait homme et femme autant par construction sociale et culturelle que par différences biologiques -, s’en saisissent et demandent le boycott pur et simple du film au motif qu’il ferait "l’apologie de la théorie du genre".

"Une propagande pour rendre nos enfants homosexuels" !

Le collège Saint Martin, rue Chevreul à Angers
Le collège Saint Martin, rue Chevreul à Angers
La semaine passée, le ricochet est donc arrivé jusqu'aux portes du collège Saint-Martin à Angers, établissement catholique sous contrat d’association (*). Un homme s’affichant comme le représentant de La Manif pour Tous à Angers, étranger à l’établissement, s’y est introduit pour s’opposer au départ des 120 élèves des classes de 4eme le cinéma les 400 Coups, où était projeté le film.

"Tomboy est un moyen de diffuser la théorie du genre à l’école Saint Martin. Il fait partie de la propagande LGBT diffusée à l’école dès le CE2 pour rendre nos enfants homosexuels", pouvait-on lire sur le tract laissé sur place par l’individu.

Ne sachant pas si d’autres comparses l’attendaient à l’extérieur, - des familles lui ayant emboité le pas en retirant leurs enfants, - le directeur, Alain Bizon, soutenu par ses 52 enseignants a préféré annuler la séance au grand dam des collégiens, préparés à la projection de ce film. D'autres s'en sont félicités, à commencer par l'Association des Familles Chrétiennes pour qui "la lutte contre les stéréotypes et pour l’égalité garçon/fille n’est qu’une vitrine de la théorie du genre", et le candidat du Front National à la mairie d'Angers, Gaëtan Dirand, évoquant une "tentative de prise d'otage idéologique" des enfants de la part des lobbies LGBT et des théoriciens du genre.

Au sein de la communauté éducative du collège Saint-Martin, c'est le choc. "Ce film a été retenu par un comité de sélection de l’Éducation Nationale dans lequel siègent des représentants de l’Enseignement catholique. Nous ne comprenons pas", affirment, au nom de leurs collègues, Virginie Moreau, enseignante en histoire et Jean-Philippe Verheye, enseignant en technologie.

"Les trois films, dont Tomboy, que nous retenons chaque année, font l’objet d’un travail en amont et en aval et ne sont pas choisis au hasard", poursuivent les enseignants qui n’acceptent pas l’intervention "intrusive" du représentant de la Manif pour Tous. "Les enfants ont souvent des difficultés d’intégration dans la société, ce film dont c’est le sujet principal (et non pas l’idylle qui se noue entre deux enfants : NDLR), sert de base de travail. Il permet l’ouverture d’esprit de nos élèves, rien de plus".

Des enseignants sous pression

Plus encore depuis les manifestations d’avril 2013 contre le mariage pour tous, les enseignants estiment que la situation s'est tendue au sein des établissements catholiques sous contrat, sur les questions pédagogiques. "Ce sont de véritables talibans, en croisade contre l’homosexualité. Ils s’octroient des droits et essaient de nous influencer par des notes sur les livrets scolaires contestant nos méthodes d’éducation, pas conformes avec ce qu’ils souhaitent", poursuivent-ils.

"Sur les réseaux sociaux, ils diffusent des mots d’ordre : infiltrez-vous. Ils vont chercher à le faire par le biais des associations de parents d’élèves. Ils nous demandent de ne plus utiliser le mot genre même pour définir ce qui est féminin et masculin". Heureusement, "une large majorité" de parents, selon les enseignants, apporte leur soutien. "Nous sommes enseignants de l’Éducation Nationale, comme nos collègues des établissements publics. Pour ce cas nous avons exercé notre droit de retrait, mais nous avons décidé de résister pour protéger la liberté de pensée. C’est une démarche citoyenne".

Les enseignants sont bien décidés à poursuivre leur travail d’apprentissage sur l’égalité entre les hommes et les femmes sur le plan social et culturel, « une démarche entreprise depuis plusieurs années pour mettre fin aux stéréotypes ».

A noter, pour ceux qui souhaiteraient se faire leur propre idée, que le film "Tomboy" est programmé sur la chaine ARTE le mercredi 19 février à 20h50. Pour en savoir plus



(*) L’enseignement privé

En France, la liberté de l'enseignement fait partie des principes fondamentaux. Si l'enseignement public est majoritaire, l'enseignement privé, le plus souvent catholique, est juridiquement encadré et une partie de son financement est assurée par les parents ou/et des organismes privés.

L'enseignement privé existe sous quatre formes : l’enseignement privé sous contrat d'association avec l'État, de loin la plus importante (près de 1,2 million d'élèves en 2010) ; l’enseignement privé sous contrat simple (écoles primaires soumises au contrôle pédagogique) ; l’enseignement privé hors contrat, plus rare ; l’enseignement familial, très marginal. Pour les deux derniers, les élèves se présentent aux examens en candidats libres.

Les établissements sous « contrat d'association » sont soumis aux règles et aux programmes de l'enseignement public en matière d'enseignement et préparent aux mêmes diplômes. Les enseignants sont soit des fonctionnaires (maîtres titulaires de l'enseignement public), soit des maîtres contractuels.




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur




Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

6.Posté par Philippe Markowicz le 19/02/2014 22:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Eh bien voilà: grâce à Civitas et à certains excités de la Manif pour tous qui se sont crus autorisés à interférer avec le programme des enseignants du collège Saint Martin, nous venons avec mes enfants de voir Tomboy, film que nous n'aurions sans doute jamais vu sans tout ce ramdam. Joli jeu d'acteur sans conteste. Mais tout ça pour ça !
Imaginer qu'un enfant ayant vu ce film pourrait se trouver en danger .......... Je ne me harsarderai pas à faire de commentaire, cela relève plus de la compé...

5.Posté par Markowicz le 19/02/2014 13:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le rôle des parents n'est pas de sélectionner le contenu des enseignements prodigués par l'école. C'est le travail des enseignants et ils le font très bien. Dans les cas contraire on pourrait voir des enfants ne pas aller au cours de sport parce que les parents ne voudraient que leur fille fasse du sport avec des garçons, ou bien des enfants ne pas aller à un cours de science naturelle parce qu'on y enseigne la reproduction animale et humaine etc etc.
Lorsque les communautarismes arrivent à en...

4.Posté par eugenie le 19/02/2014 00:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Avoir ses convictions est une chose, tenter de les imposer aux autres, et qui plus est de façon autoritaire est l'antithèse parfaite de ce qu'on doit inculquer dans une école républicaine." MAIS Madame, les autres non plus n'ont pas a impôser de façon autoritaire ce film à des enfants dont les parents ne le souhaitent pas !!! Vous ne voyez le problème que dans Votre sens, mais vous oubliez les autres !! LA LIBERTE DES UNS s'arrête là où COMMENCE la iberté des autres !!! à méditer !

3.Posté par Philippe Markowicz le 10/02/2014 21:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il faut avoir une bien piètre opinion des enseignants (qu'ils soient du public ou du privé) pour imaginer qu'ils accepteraient de transmettre à leurs élèves je ne sais quelle soi disant théorie du genre ou des messages visant à orienter leur sexualité. Les enseignants sont des gens remarquables auxquels on doit la plus grande confiance quant au contenu de leur enseignement et il est parfaitement évident qu'ils seraient les premiers à refuser d'enseigner des contenus dont la teneur serait inad...

2.Posté par de Fran le 10/02/2014 18:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les parents d’élèves des écoles catholiques n'inscrivent pas leurs enfants dans ces établissements pour que l'on perturbe les jeunes esprits avec cette théorie fumeuse et néfaste dit du genre .Cette théorie du genre vient de l'extréme-gauche féministe américaine .

1 2







Angers Mag















Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de décembre signé Fañch Juteau #prevention #VIH https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/oAZR7nNURX
Vendredi 9 Décembre - 12:01
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de septembre signé Fañch Juteau #accrochecoeurs https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/Jkrkty2UMe
Vendredi 9 Décembre - 10:51


cookieassistant.com