Angers Mag - information, actualités locales, politique, culture

Un autre regard sur la région angevine

- Angers Mag Mobile
   





Tous derrière les Ducs d'Angers !


Rédigé par - Le Samedi 25 Janvier 2014 à 08:52


La finale de la Coupe de France de hockey-sur-glace se dispute dimanche au palais omnisports de Paris-Bercy, entre les Ducs d'Angers et les Dragons de Rouen. Dominateurs en championnat, les Normands partiront favoris mais sur un match tout est possible. Et les Angevins ne manquent pas d'atouts pour le faire valoir.



Tous derrière les Ducs d'Angers !
Depuis 2010, c'est une constante. La finale de Coupe de France de hockey met à l'affiche Rouen ou Angers, quand ce ne sont pas ces deux clubs rivaux de la Ligue Magnus. Ce fut le cas en 2011, les supporters angevins s'en souviennent, lors de ce match épique remporté par les Normands (5-4 t.a.b.). Et ce sera donc de nouveau le cas dimanche devant plus de 10 000 spectateurs au Palais Omnisports de Paris Bercy.

C'est le huitième année que le prestigieux POPB accueille ce qui est devenu la grande fête du hockey-sur-glace en France. La première fois, c'était en 2007, année du seul et unique trophée... d'Angers (victoire face à Epinal, 4-1). Depuis, Grenoble (2008 et 2009), Briançon (2010 et 2013), Rouen (2011) et Dijon (2012) s'y sont imposés. Qui réalisera le nouveau double à Bercy ?

On notera que c'est la seconde finale consécutive pour les Ducs, battu l'an passé donc par les Diables de Briançon (2-1). Auparavant et depuis que la finale se joue au POPB, seule une équipe avait réussi cet exploit, il s'agissait de Rouen qui, battu en 2010 par... Briançon, avait remporté la Coupe l'année suivante face... à Angers. Et si on inversait les rôles ?

Ne nous mentons pas, les Normands sont favoris. Dire le contraire serait insensé. Mais les Angevins ont des arguments à faire valoir pour rendre la rencontre palpitante et, pourquoi pas, faire mentir les pronostics.

De l'expérience eux-aussi

Si Angers ne dispose pas d'une équipe aussi performante en apparence que la saison passée (trois finales... perdues), elle possède en son sein des joueurs d'expérience et de talent qui peuvent relever le défi de cette finale.

Bellemare, Baluch, Hardy et Albert étaient déjà là lors de la victoire à Bercy en 2007, sans oublier le coach Simon Lacroix, sur la glace à l'époque. Börjesson, Custosse et Mrena l'étaient eux aussi lors de la victoire bourguignonne face à Rouen en 2012.

L'expérience, c'est aussi celle du duo Crowder-Skinnars, autres anciens dijonnais, en pleine forme en ce moment.
Ils ont cumulé, à eux deux 18 points depuis le début de l'année 2014, soit plus d'un tiers des points angevins et presque la moitié des buts inscrits par l'effectif au cours de cette période.

Même pas peur de Rouen

Même si les Ducs alternent le bon et le moins bon depuis le début de la saison, ils sont aussi les seuls à avoir battu Rouen par deux fois (en Coupe de la Ligue, 4-7 à Rouen et 1-0 à Angers). Malgré la défaite, la dernière rencontre de championnat entre les deux équipes a confirmé que les Ducs pouvaient tenir la dragée haute à l'invincible dragon de l'époque (3-4 ; 3-0 avant le dernier tiers). Dans la pure logique statistique, Angers mène 2 victoires à 1 face à Rouen cette année.

Ensuite, les Angevins sont, cette saison, accrocheurs et déterminés. Ils sont, en effet, invaincus dans toutes les rencontres du championnat qu'ils ont dû disputer après le temps réglementaire que ce soit en prolongation ou aux tirs aux buts. Quand on sait que 4 des 7 finales à Bercy se sont prolongées après les 60 premières minutes, cette détermination pourrait s'avérer utile.

Emoussés les Dragons ?

Rouen reste Rouen. La célèbre maxime du footballeur anglais Gary Lineker (parlant de l'Allemagne) a été transposée à juste titre aux hockeyeurs normands : "Le hockey sur glace se joue à 6 et à la fin, c'est toujours Rouen qui gagne". Et bien pas forcément ! Certes, Rouen est l'équipe la plus titrée en Coupe de France avec quatre couronnes mais elle a perdu aussi quatre finales.

Surtout, les Normands vivent actuellement leur plus délicat passage de la saison. Décevant en Conti-Cup (coupe européenne) qu'ils ont quitté après 2 défaites et 1 victoire, les Dragons ont cédé par deux fois, ce mois-ci, face à des équipes du bas de classement de la Ligue Magnus (Gap et Caen). Ils ont semblé émoussés physiquement après un mois de janvier plus que surchargé (9 matchs depuis début 2014 soit un match tous les deux jours).

Mais attention, lors de deux dernières journées, les Rouennais ont aussi engrangé un peu plus de confiance en s'imposant à l'arraché à Strasbourg (4-5 t.a.b) et face à Dijon (3-1), quand Angers s'inclinait face à Morzine et Amiens.

Enfin, et pour terminer cette analyse sur une note plus amusante, gageons que l'étagère des trophées de Rouen est déjà bien remplie (une coupe de la Ligue s'y est rajoutée début janvier). Alors messieurs les Rouennais, celle-ci, laissez-là à Angers s'il vous plaît !

Allez les Ducs !!!

La rencontre pourra être suivie en live sur notre twitter @angersmaginfo #Ducsbercy




Matthieu ROULLIER
Correspondant Sport pour Angers Mag. Intervient pour les Ducs d'Angers et en remplacement pour... En savoir plus sur cet auteur