Travail le dimanche, la CFDT relance les débats


Rédigé par - Angers, le 21/04/2016 - 07:40 / modifié le 28/05/2016 - 09:54


Les commerces d'Angers et des principales villes de l'agglomération ont été autorisés à ouvrir cinq dimanches cette année, par les municipalités concernées. Consulté simplement par courrier, le premier syndicat du Maine-et-Loire estime que les salariés et leurs représentants n'ont pas eu leur mot à dire. Et réclame l'ouverture d'une négociation à l'échelle de la communauté urbaine.



Antoine Lelarge (à droite), secrétaire départemental de la CFDT, et Jacques Cady, le secrétaire général du du syndicat CFDT des services de Maine-et-Loire.
Antoine Lelarge (à droite), secrétaire départemental de la CFDT, et Jacques Cady, le secrétaire général du du syndicat CFDT des services de Maine-et-Loire.
la rédaction vous conseille
A Angers, il n'y a pas qu'à la Cité de l'Objet Connecté qu'Emmanuel Macron a laissé son empreinte. En autorisant en décembre dernier l'ouverture des commerces de la ville cinq dimanches par an, le conseil municipal n'a fait que décliner une des possibilités offertes par la fameuse loi pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances du 6 août 2015, celle-là même qu'a portée haut et fort le ministre de l'Economie. 

Dans ce texte de plus de 300 articles destiné à lever certains blocages censés scléroser l'économie française, un dispositif laisse désormais la possibilité aux élus locaux de fixer eux-mêmes sur leurs territoires le nombre de jours d'ouverture des commerces le dimanche, entre 0 et 12 par an. Plus précisément, il précise qu'au delà de 5, les autorisations devront être soumises à l'avis de l'intercommunalité à laquelle est liée la commune concernée.

Sur Angers, Christophe Béchu a appliqué ce dispositif quasiment à la lettre. En autorisant l'ouverture 5 dimanches sur sa ville (10 janvier, 26 juin, 16 octobre,  11 et 18 décembre) mais en préférant, en concertation avec les maires des principales autres communes de la communauté urbaine, ne pas chercher à aller au delà. Parce que "le pouvoir d'achat des Angevins n'est pas extensible", avait-il notamment expliqué lors du vote de la délibération au conseil municipal en décembre.
"On aurait aimé pouvoir donner notre point de vue sur la zone géographique concernée, la question des horaires d'ouverture, la forme dans laquelle s'exerce le volontariat..." Antoine Lelarge, secrétaire départemental de la CFDT

"Cette délibération, comme dans les autres communes, s'est faite sans concertation avec les salariés et leurs organisations représentatives, alors qu'ils sont les premiers impactés" regrette aujourd'hui Antoine Lelarge, le secrétaire départemental de la CFDT. "J'ai reçu un simple courrier de Christophe Béchu me demandant quels dimanches nous convenaient le mieux. Mais la question du nombre de dimanche n'est qu'une facette du sujet, on aurait aimé pouvoir donner notre point de vue sur la zone géographique concernée, la question des horaires d'ouverture, la forme dans laquelle s'exerce le volontariat, la définition des contreparties etc..."  poursuit le responsable du premier syndicat de salariés de Maine-et-Loire.  

Un syndicat, pas opposé systématiquement à l'ouverture des commerces le dimanche, mais qui estime que celle-ci ne doit être "ni généralisée, ni banalisée". Dans son viseur, les petites et très petites entreprises où, faute d'accord de branche, horaires, compensations et exercice du volontariat risquent d'être laissés, craint la CFDT, au bon vouloir des patrons au détriment de la vie personnelle du salarié. "Les conséquences du travail le dimanche sur la vie personnelle sont, pour nous, un point essentiel" ajoute Antoine Lelarge. 

D'où la demande de la CFDT de voir s'ouvrir une négociation territoriale, avec les organismes consulaires, les syndicats patronaux et salariaux et les collectivités, avant que ne soient actées les décisions d'ouverture pour l'année 2017. "On a intérêt à mettre en place un socle social minimum qui aurait valeur à s'appliquer sur tout le territoire. Et pourquoi pas ensuite à l'échelle du département ? On sait que les autres communautés de communes regardent ce qui se passe à l'échelle d'Angers et risquent de se calquer sur les choix de la communauté urbaine."

Cette fois-ci, c'est la CFDT qui a écrit à Christophe Béchu. Et un autre courrier, annonce le syndicat, est en préparation pour le président de l'Association des maires de Maine-et-Loire. 




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag















Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17


cookieassistant.com