Trélazé ouvre sa seconde coopérative jeunesse de Services


Rédigé par - Angers, le 06/07/2015 - 19:00 / modifié le 06/07/2015 - 16:10


Nées il y a 25 ans au Québec, les Coopératives Jeunesse de Services (CJS) permettent aux adolescents et jeunes adultes de s’initier très tôt à l’entrepreneuriat collectif et d’organiser leur job d’été. Pour la seconde année, en collaboration avec « Coup de Pouce 49 (CDP49) et la DSP Léo Lagrange du Centre Ginette Leroux, des jeunes de Trélazé viennent d’ouvrir leur coopérative de services.



Les jeunes entrepreneurs entourés des élus et des éducateurs
Les jeunes entrepreneurs entourés des élus et des éducateurs
la rédaction vous conseille
L’initiative de Trélazé, unique dans la région, a reçu l’an dernier le prix « la France s’engage », attribué par le Président de la République », se félicite Pascal Viau, gérant de Coup de Pouce 49, une structure d’accompagnement à la création de coopératives et d’entreprises de l’économie sociale et  solidaire. Appuyée par l’IRESA (l’inter réseau  de l’ESS en Anjou), la ville de Trélazé et plusieurs acteurs locaux dont le Centre Social Ginette Leroux qui en assure l’hébergement, une seconde coopérative éphémère vient de voir le jour.
 
Sous l’enseigne « Trélaz’ & vous », cette petite entreprise collective assurera des services facturés allant des courses au gardiennage, en passant par le soutien scolaire, le dépannage informatique, le baby-sitting, le lavage de voiture, le jardinage ou encore le déménagement. Celle-ci, comme la précédente durera deux mois, le temps de vacances d’été et permettra à 15 jeunes trélazéens de s’initier au fonctionnement d’une entreprise, en rendant des services de proximité, avec une finalité en fin de saison, obtenir un premier salaire.
 
«  Ça a déjà démarré par un déménagement dans nos locaux », explique Christian Coppo, le Directeur de la délégation de service public Léo Lagrange du Centre Ginette Leroux. « On avait besoin de déplacer des bureaux, alors on a fait appel à la CJS.  On les a vus courir, s’activer de bon cœur malgré la chaleur. C’est très dynamique ».
 
« Dans ce pays où l’on attend tout de l’État providence, La CJS permet de mettre le pied à l’étrier » - Marc Goua, député-maire de Trélazé.

Mais entreprendre, surtout lorsque l’on a entre 16 et 20 ans et que l’on est lycéen, étudiant ou à la recherche d’un emploi, ce n’est pas si simple. Encadré par deux éducateurs, Julie qui se charge de l’animation du groupe et Ali qui leur apprend à gérer leur modèle économique, les jeunes doivent apprendre au cours de l’été, le fonctionnement d’une microentreprise, des relations humaines à  la comptabilité, en passant par la logistique, le marketing et la publicité. Et tous affichent un potentiel et une envie de réussir. «  On ne se connaissait pas et on s’est retrouvé avec un même objectif, celui de rendre service tout gagnant un peu d’argent », explique Pierre, le jeune président de la CJS de Trélazé.
 
« Je constate qu’il y a une grande diversité dans cette équipe. Ce sont des jeunes qui ont envie d’avancer dans la vie, d’innover. Mais le plus dur c’est de faire en sorte qu’ils s’entendent dans la répartition des tâches et qu’ils ne partent pas avant la fin », note Grégory Blanc, adjoint au maire de Trélazé et conseiller général. « Ils vont découvrir ce qu’est la solidarité, ce qu’est le fonctionnement d’une entreprise. Mais pour cela il va falloir qu’ils activent leurs réseaux ».
 
Marc Goua, le député-maire de Trélazé salue l’initiative. « Dans ce pays où l’on attend tout de l’État providence, il va falloir apprendre à se prendre par la main. La CJS permet de mettre le pied à l’étrier ».
 
L’an dernier la coopérative avait généré un chiffre d’affaires de 5000 €, ce qui est peu au regard des 20 000 € que coute son installation. « Le profit n’est pas l’objectif », souligne Pascal Viau. « C’est le côté humain qui nous intéresse. Pendant deux mois ils vont faire du relationnel et montrer que faire quelque chose pendant les vacances c’est possible. Et ce genre de comportement, ça fait changer le regard des adultes ».
 
À l’issue du fonctionnement de la CJS, les jeunes recevront leur premier bulletin de salaire. Pour la plupart, cette première expérience constituera un point de départ pour une nouvelle formation ou un emploi. Et pour rentrer dans le vif du sujet, après le déménagement de leurs bureaux, les jeunes entrepreneurs ont lancé leur campagne de communication pour se faire connaître auprès de leurs futurs clients.
 
CJS « Trélaz’ & vous » 
54, avenue de la République
49800 Trélazé
Tél. 07.80.70.42.70 / 02.41.69.73.14
cjstrelaze@gmail.com
Permanences le lundi de 14h à 19h, le mercredi de 9h à 12h30 et le vendredi de 14h à 17h
 




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag















Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17


cookieassistant.com