Tu seras artiste, mon fils !


Rédigé par Jacques FINOT - Angers, le 18/03/2010 - 15:56 / modifié le 19/03/2010 - 15:05


Comme tous les ans à pareille époque, l’Ecole Supérieure des Beaux Arts d’Angers (ESBA), organisait ce mercredi 17 Mars, sa journée porte ouverte. Occasion unique pour découvrir l’établissement, cette journée permet aux lycéens de prendre la température avant le concours d’entrée organisé en Avril prochain.



Un étudiant montrant le fonctionnement d'une presse à l'atelier gravure
Un étudiant montrant le fonctionnement d'une presse à l'atelier gravure
la rédaction vous conseille
A quelques jours du printemps, alors qu’un soleil radieux inondait Angers, étudiants, enseignants et personnel technique et administratif de l'Ecole Supérieure des Beaux Arts s’activaient pour recevoir leurs premiers visiteurs. Le Bureau des étudiants préparait le café et les gâteaux faits maison, pendant que les employés alignaient sagement sur des tables, le livre de l’étudiant, les formulaires d’inscription et tous les documents utiles. Une présentation qui tranchait un peu avec le joyeux bric à brac des espaces de travail des étudiants.

Malgré qu’elles soient organisées en milieu de semaine les portes ouvertes des Beaux Arts sont très courues et attirent plusieurs centaines de visiteurs pour environ 70 étudiants recrutés chaque année. La plupart visitent toutes les écoles afin de trouver celle qui convient le mieux.

Mais qu’est ce qui peut motiver ces jeunes pour entrer dans le milieu artistique ? Tout d’abord un choix personnel, souvent guidé par une réelle passion pour les arts plastiques. Dans la plupart des collèges ou des lycées des artistes dispensent des cours permettant d'initier et éveiller les adolescents à la culture artistique. L’école des Beaux-Arts, elle-même organise des ateliers pour les enfants, le mercredi et le samedi matin. De quoi se faire une idée et développer son sens artistique.

Ensuite, il y a ceux qui ne sont pas intéressés par des carrières techniques, commerciales ou encore sociales. Ce n’est pas pour autant que leur niveau est trop faible pour intégrer une école d’ingénieur. « Je suis d’un naturel, très curieux. Ce qui m’intéresse c’est de pouvoir créer, travailler la matière et surtout être libre dans mes études » affirme Kevin, un jeune lycéen un peu baba-cool, convaincu d’être dans bonne voie. Ça tombe bien, car dans les écoles d’art, une grande place est laissée à la recherche personnelle et à l’expérimentation

« Nous aurions aimé qu’il s’investisse dans un vrai métier. Artiste, ce n’est pas un métier, et combien gagnent vraiment leur vie ? » demandent un couple à la jeune étudiante qui guide le groupe de visiteurs.

La réponse ne viendra pas, d’autant qu’artiste n’est pas un métier, mais un statut qui conduit parfois à une belle renommée et une place dans un musée, à la postérité. Même si ce statut fait appel à un état d’esprit et un certain niveau intellectuel, n’est pas artiste qui veux. « Pour être artiste il faut avoir la foi, du courage et du talent, voire même du génie. Sur ce point ce sont les autres qui jugent, car être artiste c’est se soumettre sans cesse à l’opinion des autres » disait un visiteur, artiste lui-même et qui aimerait que sa fille s’investisse dans ce milieu qu’il connaît bien.

Que les parents qui seraient inquiets pour l’avenir de leurs enfants, sachent qu’ils ne seront pas tous peintre ou sculpteur. Les Beaux-Arts d’Angers préparent aussi à la communication visuelle, au design et à l’architecture d’intérieur. Enfin, pour d’autres les Beaux-Arts ne sont qu’un point de passage qui leur permettra de développer une certaine créativité, un regard, une analyse, un état d’esprit que l’on ne retrouve pas dans les écoles techniques. Et c’est peut-être çà qui attire.

Le concours de l’école des Beaux-Arts d’Angers aura lieu les jeudi 29 et vendredi 30 avril 2010. Le dossier d’inscription est téléchargeable sur le site web de l’école.





Jacques FINOT
Jacques FINOT
Web journaliste aux grandes oreilles, dont l'essentiel du travail consiste à écouter et relever les... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag