Un « Add-On », pour accélérer le développement du numérique angevin


Rédigé par - Angers, le 17/01/2014 - 09:11 / modifié le 17/01/2014 - 09:17


Déploiement de la fibre optique, 4 G, WiFi en liberté, entreprises innovantes, Angers qui ambitionne d’être une « smart city », c'est-à-dire une ville intelligente et créative, mise sur le tout numérique pour attirer de nouvelles entreprises, aidée en cela par la Région des Pays de la Loire.



Christophe Clergeau et Frédéric Béatse répondant aux questions des entrepreneurs du numérique
Christophe Clergeau et Frédéric Béatse répondant aux questions des entrepreneurs du numérique
la rédaction vous conseille
Le soutien de la métropole angevine à la filière numérique n’est pas nouveau. Mais le mouvement semble s’accélérer ces derniers temps. La perspective des élections sans doute, qui pousse les élus à faire des propositions, dans lesquelles le numérique constitue un enjeu. Sauf qu’à Angers, la filière numérique, forte de 700 petites et moyennes entreprises et associations, n’a pas attendu les élections pour agir. Et quel que soit le résultat de mars prochain, le mouvement est lancé et n’est certainement pas prêt de s’arrêter.

« Notre territoire est riche d’un potentiel d’innovation que nous souhaitons encourager et développer, en nous appuyant sur les forces en présence, c'est-à-dire les entreprises, l’enseignement supérieur, des structures dynamiques », déclarait Jean-Claude Antonini, le président d’Angers Loire Métropole, en préambule au lancement, le jeudi 16 janvier du programme « ADD-ON » pour « Angers Digital Dévelopment - Ouest Numérique », un projet qui se veut fédérateur et pas seulement comme on aurait pu l’imaginer, une simple extension de programme, selon le terme habituellement utilisé en développement numérique.

« C’est un choix porteur d’avenir », ajoutait le président qui quittera son statut d’élu en mars prochain, satisfait d’avoir réussi à contribuer au développement d’un écosystème complet de compétences prêt à s’investir dans le développement de l’économie numérique.

Et ce niveau de compétence, poussé par des entreprises qui s’installent progressivement sur les bords de la Maine, les universités, les lieux de soutiens aux initiatives démontrent que la filière numérique n’est plus souterraine, elle s’affiche en entrainant les autres dans son sillage.

« L’excellence numérique angevine est primée et reconnue » ajoute Frédéric Béatse, le maire, en citant les équipes d’étudiants angevins, vainqueurs dernièrement du Green Code Challenge européen, et les entreprises primées pour leur capacité à innover lors des premiers trophées de l’international du numérique en Pays de Loire « On est au début, le projet n’est pas encore abouti, mais les entreprises et les associations se mobilisent et avancent ensemble ».

Propos appuyés par Angers Technopole qui fait désormais figure d’amplificateur de compétences pour toutes les entreprises qui veulent s’investir dans ce domaine. « Nous accompagnons les projets et trouvons les outils adaptés afin de concrétiser le projet de ville numérique », ajoutait Christophe Angot, le directeur d’Angers Technopole, très impliqué, avec une pléiade d’entrepreneurs dans la démarche, à l’exemple de l’opérateur Afone qui vient d’installer Wifi Lib , un réseau accessible dans les rues du centre-ville d’Angers.

L’excellence numérique d’Angers n’est pas encore identifiée en national

Le programme « Add-on » se déclinera en six actions ciblées et porteuses de développement économique pour la ville et l’agglomération : accompagner le développement des entreprises du numérique, former et mettre en réseau les professionnels concernés, aborder la spécialisation intelligente au niveau du territoire sur la base de projets collaboratifs, développer un lieu dédié à l’échange des savoirs, à la créativité et à l’innovation (FabLab Angevin ), encourager la recherche et les usages du futur, ouvrir les données publiques sur le principe de l’Open Data, sur tous les territoires, métropolitains et régionaux.

« Nous avons accompagné Nantes dans cette démarche, maintenant nous le faisons pour les autres villes de la région », déclarait à cette occasion, Christophe Clergeau, le premier vice-président de la Région des Pays de la Loire. « Il y une excellence à Angers sur des projets qui ne sont pas encore identifiés en national. Nous allons nous donner les moyens de l’accompagner et de la faire reconnaître, sachant que nous avons désormais besoin du numérique pour revisiter tous les modèles économiques ».

La Région qui reconnaît enfin les valeurs d’Angers et surtout de ses entreprises débloquera donc les fonds nécessaires au développement de sa filière numérique, pour peu que les entreprises locales s’investissent. « Nous allons financer au moins la moitié des projets selon un partenariat public-privé (50 -50), mais il faut qu’il y ait des entreprises en face. IL s’agit pour nous d’une boite à outils financière sans équivalent qui doit permettre d’attirer des capitaux et de nouvelles entreprises ».

Les entrepreneurs du numérique, présents lors de la présentation du programme Add-on, à la maison des projets sont repartis à peu près satisfaits, certains doutant encore de la capacité de la métropole à s’investir dans la démarche. « Pourquoi attendre les élections pour lancer ce projet, ne pouvait-on pas le lancer plus tôt ? » questionnait un entrepreneur convaincu qu’il vaut mieux s’installer à Nantes.

« Ce sont les entreprises qui apportent les idées. Notre volonté c’est de les accompagner et si on est ici aujourd’hui c’est que nous avons la volonté d’agir », lui répondait Christophe Clergeau, considérant comme « stérile la comparaison systématique entre Nantes et Angers ». Et il suffit de regarder vers d’autres villes régionales, à l’exemple de Laval, aujourd’hui reconnue comme la ville de la « réalité augmentée », pour s’en convaincre. Angers a des atouts. La balle est désormais dans le camp des entrepreneurs, les politiques ayant, comme ils l'affirment désormais, la volonté de les aider.




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par MEDEF le 17/01/2014 16:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Qu'est ce qu'ils sont souriant, cela me donne une folle envie d'investir. (ailleurs)

2.Posté par PaulHagenlalane49du3èmétage le 20/01/2014 16:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Frédéric, tic tac, tic tac c'est bientôt la fin du mandat.....

3.Posté par Antoine Vincent le 22/01/2014 00:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En même temps, comment pourrait-il sourire, sachant qu'il n'a aucune chance de rempiler.....
Et puis, on en a assez d'entendre leurs sarcasmes et de subir leurs vielles recettes.....

Messieurs, il est temps de passer la main à Mr Rotureau ou Béchu, votre temps est écoulé.....








Angers Mag















Angers Mag : Report'Cité : portez la plume, s'il vous plaît !*: Un an et demi après son lancement, le... https://t.co/Qf1FyGW1iJ https://t.co/P8YYlZPYdm
Vendredi 2 Décembre - 19:06
Angers Mag : #musique De Macao à Pergolèse,la riche actualité de l'ensemble Amarillis @Angers https://t.co/hAW8WkdOUw
Vendredi 2 Décembre - 10:46
Angers Mag : #Angers Le jour d'après #PSGSCO, le billet @LardeuxT. Comme quoi on peut supporter @SCO et admirer @ECavaniOfficial https://t.co/nA3Ivf5HEE
Jeudi 1 Décembre - 18:18
Angers Mag : Au musée des Beaux-Arts, l'énigme Peter Briggs: Jusqu'au 26 mars, le musée des... https://t.co/Ys4SmHHl6M https://t.co/4mARuYnceC
Jeudi 1 Décembre - 07:30


cookieassistant.com