Un club DSK en Maine et Loire


Rédigé par Yannick Sourisseau - Angers, le 10/05/2011 - 14:21 / modifié le 10/05/2011 - 23:38


Alors qu’il n’a pas encore annoncé officiellement sa candidature aux prochaines primaires du Parti Socialiste et encore moins aux présidentielles de 2012, Dominique Strauss-Kahn, l’actuel directeur général du Fond Monétaire International (FMI) est déjà plébiscité. Pour preuve une poignée d’élus angevins ont présenté hier le premier DSK de Maine et Loire.



Les initiateurs du premier club DSK de Maine et Loire
Les initiateurs du premier club DSK de Maine et Loire
Vous avez devant vous des récidivistes, nous n’avons pas changé d’opinion », disait hier le Sénateur Daniel Raoul, l'un des plus fervents supporters de Dominique Strauss-Kahn. Entouré du maire d’Angers, Jean Claude Antonini, de Jean Claude Bachelot, adjoint, de Marc Goua, le député-maire de Trélazé, de Pierre Laugery, conseiller municipal et Pauline Gaillard, suppléante aux dernières cantonales, il a officiellement lancé hier après-midi le premier club DSK de Maine et Loire.

« Il faut à notre pays un autre type de gouvernance, plus juste, plus équitable, plus cohérente, et nous pensons que Dominique Strauss-Kahn est celui qui est le plus crédible. Il a une vrai stature de président », poursuivent les participants à cette première réunion dont l’objectif est d’encourager le patron du FMI a se porter candidat aux primaires socialistes qui auront lieu du 28 juin au 13 juillet prochain.

Mais faut-il pour cela que celui qui fait déjà l’objet d’attaques de la part de ses concurrents potentiels, tant dans son propre camp qu’à l’extérieur, se porte candidat. « Il le sera, ça ne fait aucun doute », affirment les initiateurs du club, lesquels ne sont d’ailleurs pas favorables aux primaires, mais puisqu’il faut y passer, ils mettront tout en œuvre pour que leur candidat soit celui du PS aux prochaines présidentielles. D’où le lancement de ce club, pour que l’idée fasse son chemin et qu’il soit celui qui incarne l’alternative dont chacun se réclame.

« Son départ de Bercy, a été une perte pour la France, alors qu’il fut le seul, pendant qu’il était ministre des Finances, à faire progresser le PIB de notre pays plus vite que celui de l’Allemagne. Depuis, si la France était une entreprise, elle serait en cessation de paiement », poursuit Daniel Raoul. « Souvenez-vous, la droite nous reprochait d’avoir une cagnotte. C’est à ce moment là », reprend Marc Goua.

Pour ces élus territoriaux qui connaissent les difficultés du terrain notamment depuis la décentralisation, DSK apparaît comme le messie, celui qui a le plus « d’expérience, de crédibilité, de constance et de ligne politique claire ». Ce n'est par hasard s'ils ont choisi de lancer ce club la veille de l'anniversaire du 10 mai.

Pour eux, il y a bien un second candidat potentiel : François Hollande, mais il n’a jamais été ministre et son expérience internationale est limitée. Pour eux Dominique Strauss-Kahn est l’homme providentiel, ils ne lui trouvent d’ailleurs aucun défaut.

Reste à ce qu’il se présente officiellement et qu’il soit élu lors des primaires, auxquelles tout citoyen inscrit sur les listes électorales, socialiste ou non, peut participer. En attendant les initiateurs de ce nouveau club DSK, appellent toutes les personnes qui veulent soutenir la candidature de Dominique Strauss-Kahn à les rejoindre.

Dominique Strauss-Kahn (dit « DSK ») est un homme politique français né le 25 avril 1949 à Neuilly-sur-Seine.

Professeur d'économie à l'Institut d'études politiques de Paris, il est élu député socialiste de Haute-Savoie en 1986 puis élu dans la 8e circonscription du Val-d'Oise et préside la commission des finances de l'Assemblée nationale de 1988 à 1991. Dans les gouvernements Édith Cresson et Pierre Bérégovoy, il est ministre de l'Industrie et du Commerce extérieur.

Maire de Sarcelles de 1995 à 1997, il contribue à la victoire de la majorité plurielle et devient ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie du gouvernement Lionel Jospin. Mis en cause dans des affaires judiciaires en 1999, il démissionne et retrouve son siège de député en 2001, après un non-lieu.

Candidat à la primaire présidentielle socialiste de 2006, il est battu par Ségolène Royal. Soutenu par le président Sarkozy, Dominique Strauss-Kahn devient directeur général du Fonds monétaire international (FMI) le 1er novembre 2007. (source Wikipédia)



Yannick Sourisseau
Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Deçus ? le 17/05/2011 11:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On souhaite bonne vacances aux membres de ce club qui ne devrait plus beaucoup travailler dans les années à venir.

"Vous avez devant vous un récidiviste, il n'a pas changé d’opinion"...















Angers Mag











Angers Mag : #Angers REPORT'CITÉ trace sa route @Angers @MinistereCC @KeolisAngers https://t.co/5jrXBWmmjE https://t.co/dULolkaDWK
Mercredi 21 Juin - 12:33
Angers Mag : #Angers Ouest eMedia Presse (@angersmaginfo) a été placée en liquidation judiciaire https://t.co/vMG2O392Qi https://t.co/N9IyhvEjS3
Mercredi 21 Juin - 12:23
Angers Mag : « En Indonésie, le tourisme engendre des transformations profondes » #Angers https://t.co/gJQfDIqgwP https://t.co/bn8ODsUAFu
Jeudi 15 Juin - 10:03
Angers Mag : JoeyStarr, les différents visages de l'éloquence: Sur la scène du Festival d'Anjou le 15... https://t.co/9fZW6XZ2i2 https://t.co/bB4ZKtREuR
Mercredi 14 Juin - 12:03