Un dimanche à Angers : permis de travailler... et de lire !


Rédigé par - Angers, le 18/12/2015 - 20:05 / modifié le 20/12/2015 - 10:28


Lors du dernier conseil municipal de l’année, vendredi soir, les élus ont causé du dimanche, et entériné deux décisions : la dérogation au repos dominical des salariés, 5 fois dans l’année et l’ouverture dominicale une fois par mois de la bibliothèque Toussaint. Explications.



La bibliothèque Toussaint à Angers.
La bibliothèque Toussaint à Angers.
la rédaction vous conseille
C’est un serpent de mer : un des ces sujets qui revient régulièrement sur le devant de la scène et au centre des discussions dans les instances nationales et/ou municipales.
La question du travail le dimanche a été tranchée de manière significative au début du mois d’août dernier, par l’adoption de la loi Macron qui, en substance, a « accru les possibilités de déroger au repos des salariés le dimanche dans les commerces de détail ». Le tout par décision du maire.

A l’échelle angevine, on se rappelle de l’opposition catégorique de l’ancien maire, Jean-Claude Antonini (PS), à une quelconque ouverture des commerces le dimanche. Une fin de non recevoir sur laquelle était revenue son successeur Frédéric Béatse (PS).

Désormais, avec la loi Macron, ce ne sont plus simplement les dimanches d’avant Noël qui sont concernés, mais jusqu’à 12 dimanches dans l’année. La Ville d’Angers n’ira pas jusque-là : en "étroite collaboration" avec les chambres consulaires et les associations de commerçants, 5 dimanches d’ouverture ont été définis pour 2016. Les 10 janvier et 26 juin, qui correspondent aux premiers dimanches des soldes, le 16 octobre, date expérimentale de la Braderie –la date habituelle, le 3 juillet, tombant la veille de l’arrivée du Tour de France- et les 11 et 18 décembre, pour les raisons que l’on sait.
Il faut prendre garde à un phénomène de dérégulation globale qui a pour le moment épargné l'Ouest - Frédéric Béatse

5 dates, donc, pour « favoriser les petits  commerces ». Et pourquoi pas 12 ? Notamment parce que « le pouvoir d’achat des Angevins n’est pas extensible », avance Christophe Béchu, qui troque là sa casquette de maire pour celle de président d’agglo. C’est ce dernier qui doit donner son autorisation pour ouvrir, à l’échelle de la collectivité, au-delà de 5 dimanches par mois. Une autorisation qu’il n’a pas accordée. Dernière précision : les maires de l’agglo se sont accordés sur 4 dimanches en commun, le 5e étant à la discrétion de chacun d’entre eux pour répondre à des spécificités ou événements locaux.

L'opposition municipale s'est prononcée contre, Frédéric Béatse considérant que passer de 2 à 5 dimanches est "une évolution trop importante par rapport à l'histoire de nos territoires. Il faut prendre garde à un phénomène de dérégulation globale dont l'Ouest a été pour le moment épargné." De son côté, le conseiller de la majorité Grégoire Lainé a souligné "la mesure de cette évolution. Plus on ouvre le dimanche, plus on risque de favoriser le grand commerce. Il faut protéger ces espace de respirations, et privilégier l'individu à la consommation."
 
A Angers, cette décision coïncide avec une autre nouveauté dominicale. A compter du 7 février, la bibliothèque Toussaint* sera ouverte l’après-midi, tous les premiers dimanches du mois. « Un nouveau coup de canif apportée au repos dominical », dénonce la CFDT dans un communiqué. « J’ai un grand respect pour le dialogue social, mais pas au point de revenir sur un engagement politique de campagne », assume Christophe Béchu. Un discours appuyé par deux arguments : le principe du volontariat et d’une rémunération en heures supplémentaires et la « simple » ouverture au public, qui ne devrait mobiliser que « 10 ou 11 volontaires sur les quelque 102 personnels des bibliothèques angevines. » Pour l'heure, 40 d'entre eux se seraient portés volontaires pour assurer ce service.
L'ouverture de la bibliothèque le premier dimanche de chaque mois, c'est quelque chose qui a du sens sur ce plateau, avec la brocante, la gratuité des musées d'Angers et du château - Alain Fouquet
Bref, si s’agit bien d’un « test du dispositif », le maire d’Angers -"pas fanatique du travail le dimanche"- y voit déjà « un enjeu social », en direction « des familles, des personnes seules, d’un public qui ne fréquente pas habituellement les bibliothèques. C’est en plus une demande particulière qui revient dans de nombreux courrier reçus ».
 
Et si ça ne suffit pas pour convaincre les plus sceptiques, l’adjoint à la culture, Alain Fouquet, y va lui aussi de son couplet : « C’est quelque chose qui a du sens sur ce plateau, avec la brocante, la gratuité des musées d’Angers et du château. »
Des explications qui ont suffi à lever "les quelques ambiguïtés" relevées par l'opposition, qui a  finalement voté cette délibération.

*Une mesure qui sera soutenu financièrement par l'Etat, comme l'a annoncé le Président de la République, François Hollande, fin septembre.




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par un maire qui aime travailler le dimanche le 19/12/2015 08:23 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pure connerie et pourquoi pas la nuit faut arrêter et penser un peu plus à l humain ceux qui vont se déplacer à la médiathèque le dimanche seraient content de travailler les dimanches c est du gros n importe quoi triste société

2.Posté par barreau le 19/12/2015 12:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Beaste est contre mais Macron, il est dans un gouvernement socialiste, non ?
Je préfère voir les gens le dimanche à la bibliothèque où ils pourront se cultiver plutôt que de les voir arpenter avec désœuvrement les commerces. de plus la bibliothèque c'est de la culture, on interdit pas les autres lieux culturels comme les cinémas par exemple.

3.Posté par Fourier le 23/03/2016 10:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce n'est pas du volontariat : une annonce d'emploi publiée le 15 mars 2016, pour un poste à la bibliothèque municipale, précise "un dimanche par mois en fonction des besoins du service". Donc le volontariat est du pipeau.

https://www.cap-territorial.fr/accueil.aspx?aff=offre&ofr_id=-317244&lien=liste















Angers Mag











Angers Mag : Orphée aux enfers, mais aussi au Quai: Entretien croisé avec Jean-Paul Davois (directeur... https://t.co/NJjZLJnXMH https://t.co/pTRfJd77AD
Lundi 5 Décembre - 08:00
Angers Mag : Enseignement, quand l'instruction se "fait maison": Depuis trois ans, Barbara a décidé... https://t.co/2EbbolDZYe https://t.co/q2lbjICkRQ
Lundi 5 Décembre - 07:20
Angers Mag : Le SCO passe à l’orange: Tenus en échec à Jean Bouin samedi par la lanterne rouge du... https://t.co/QADPR1iLiN https://t.co/YP52GPOoB9
Dimanche 4 Décembre - 13:50
Angers Mag : #Angers En panne d'idée de cadeaux ? @Revue_BDM #carnetsdevoyage #publicité https://t.co/VsebE5LDp8
Samedi 3 Décembre - 18:56



cookieassistant.com