Un dimanche à la ferme sur l'île Saint-Aubin


Rédigé par - Angers, le 04/08/2013 - 08:20 / modifié le 05/08/2013 - 08:02


Les Angevins connaissent bien l’ile Saint-Aubin à Angers, et beaucoup d’entre-eux aiment s’y rendre, la saison estivale venue. Ils ont raison, car durant les deux mois d'été la « Ferme », située au beau milieu de cet ilot naturel s’enrichit d’activités culturelles, ludiques et conviviales...



Bonnie Graeber et Paule Gaudouin accueillent les visiteurs
Bonnie Graeber et Paule Gaudouin accueillent les visiteurs
la rédaction vous conseille
Chaque dimanche, mais aussi en semaine, les festivités organisées dans la ferme de l'ile Saint Aubin sont encadrées par Bonnie Graeber, responsable chargée de la programmation, et animatrice nature et patrimoine à la Maison de l'environnement ainsi que Paule Gaudouin, également animatrice, et Violette Muller, boulangère sur le site et chargée de confectionner des fouaces et des pains.

Les trois jeunes femmes réservent aux visiteurs qui se pressent sur l'ile pour y trouver un peu de fraicheur, un accueil chaleureux. Elles sont fières de présenter les artistes et auteurs qui œuvrent sur place. Pour ceux qui n'ont pas eu l'occasion de fréquenter les lieux, c’est l’occasion d’admirer la petite cour intime encadrée par des corps de bâtiments pittoresques restaurés avec un soin particulier.

Chacune des salles de cet ensemble est dédiée à la culture et abrite diverses expositions, à l'initiative de la Ville d'Angers.

Violette se preparant à enfourner son pain
Violette se preparant à enfourner son pain
Violette, une jeune boulangère qui vient d’obtenir son CAP de boulangerie a fait sa formation chez des paysans-boulangers en Bretagne et Pays de Loire. Elle milite pour un pain au levain, pétri à la main, et cuit au feu de bois. Elle prend plaisir a confectionner des fouaces, l'un de mets régionaux des plus en vogue depuis plusieurs années sur les bords de la Loire.

En milieu d’après-midi, elle s’active devant le petit four extérieur de la ferme, restauré par des artisans locaux, et explique son savoir-faire à qui veut l’entendre. Et ils sont nombreux a venir écouter ses conseils, notamment ceux qui envisagent de confectionner leur pain. En milieu d’après-midi, dans une ambiance bon-enfant, Paule et Bonnie distribuent des gouters de pain frais, garnis de confitures et arrosés de jus de pommes bio.

Kati Chanson sculptant un morceau de tuffeau
Kati Chanson sculptant un morceau de tuffeau
Derrière le four, dans une petite cour, s'est installée Kati Chanson. Son parcours est celui d’une femme ordinaire qui a décidé d'apprendre le métier de tailleur de pierre à l’AFPA d’Angers. Après l'avoir exercé pendant dix ans pour la restauration des nombreux bâtiments de la région angevine, elle s'est tournée vers la sculpture et l'enseignement de ce qu'elle considère comme "une noble pratique", dans les établissements scolaires.

Dans le cadre des animations estivales de l'Ile Saint-Aubin, elle propose d'initier les visiteurs à la taille de cette pierre tendre qu'est le tuffeau.

Dans l’une des salles d’exposition voisines, on peut admirer sous armoire de verre ses sculptures et également des « assemblages » surprenants dont elle est l’auteure.

François Breau lors de la présentation du film "Peuple de Loire"
François Breau lors de la présentation du film "Peuple de Loire"
Et parfois, comme c'est souvent le cas en été en Anjou, le ciel se charge en quelques minutes de nuages menaçants. Un orage passe et le public en profite pour rejoindre la salle de projection où cette fois le cinéaste angevin, François Breau, présente son film « Peuple de Loire ». Collant parfaitement au site, même si l'ile est entourée par la Mayenne et la Sarthe, ce court-métrage très intéressant à plus d'un titre met en valeur la Loire avec des images étonnantes de râles des genêts, le principal habitant de l'ile, de limicoles, et de jeunes étourneaux.

Ce document a été réalisé il y a trois ans par le cinéaste lequel s’est spécialisé dans la thématique de la nature sauvage. Il fait partie d’une série de trois titres « La faune d’Anjou en courts-métrages » disponible dans les offices de tourisme de la région et sur le web.

Véronique Brosseau, macro-photographe, devant ses oeuvres
Véronique Brosseau, macro-photographe, devant ses oeuvres
Au rez-de-chaussée du même bâtiment, deux grandes salles accueillent des expositions, dont celles de Véronique Brosseau, une photographe, spécialisée dans la macrophotographie, les paysages de Loire et parfois les portraits.

Cette fois l'artiste joue la diffraction, la particularité de son travail étant de transformer les gouttes d’eau de la rosée du matin en mini miroirs intégrant les paysages par transparence. Le travail est réalisé sans trucage. Les scènes se superposent, les effets rendus étant semblables a ceux des " boules à neige " commercialisées dans les sites touristiques.

La ferme de l'ile Saint-Aubin, un dimanche après-midi
La ferme de l'ile Saint-Aubin, un dimanche après-midi
En ce dimanche à la campagne, à deux pas de la ville d'Angers, une ambiance calme et paisible règne sur cette ile située au milieu des basses vallées angevines.

Dans cette ferme, entourée de champs et de verdure inondés en période hivernale, les visiteurs semblent apprécier l'atmosphère particulière exemptée des décibels routiers bien trop présents dans notre quotidien.




Jacques FINOT
Web journaliste aux grandes oreilles, dont l'essentiel du travail consiste à écouter et relever les... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par le raleur des genêts le 04/08/2013 11:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour la petite anecdote, la cuisson des fouées (ou fouaces) dans ce four a été initiée il y a quelques années par des non-angevins non-ligériens. Un comble...
Heureusement, cette excellente idée qui perpétue une tradition culinaire propre à l'Anjou (et la Touraine) semble s'installer durablement sur l'Ile St Aubin.
Manque plus qu'une démarche pédagogique (panneaux explicatifs sur les origines de la fouées) afin d'expliquer aux angevins une de leurs spécialités régionales qu'ils sont nombreux à ...

2.Posté par Vero le 04/08/2013 22:46 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il aurait été important de rappeler les horaires d'ouverture de la ferme ! Du mardi au dimanche de 14 h à 18 h. Mieux vaut aussi tenir compte du temps de marche à pied, d'environ 1,5 km pour s'y rendre, après avoir pris le bac. Dépaysement garanti.















Angers Mag