Un rassemblement pour la défense de l’IVG à Angers le 1er février


Rédigé par - Angers, le 23/01/2014 - 08:05 / modifié le 23/01/2014 - 09:01


En réponse à la récente manifestation contre l’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) qui avait lieu à Paris ce dimanche 19 janvier, mais aussi pour défendre les femmes espagnoles, le Planning Familial 49 et le collectif Égal à Egales organisent un grand rassemblement, le samedi 1er février, à 16 heures, sur la place du Ralliement à Angers.



Simone Veil en 1974, lorqu'elle défendait le texte de loi sur l'IVG à l'Assemblée Nationale
Simone Veil en 1974, lorqu'elle défendait le texte de loi sur l'IVG à l'Assemblée Nationale
Le gouvernement espagnol s’apprête à revoir le droit à l’avortement en le limitant aux situations de viol et de menace physique ou psychique. « C’est une régression catastrophique pour le droit des femmes », clament les militantes et militants du collectif Égal à Egales et du planning familial qui appellent tous les citoyens à descendre dans la rue pour soutenir les femmes espagnoles et défendre un droit à l’avortement de plus en plus menacé.

Ce dimanche 19 janvier, au moins 16 000 personnes ont manifesté à Paris contre l'avortement lors de « La Marche pour la vie », selon la police. Les organisateurs ont affirmé qu'ils avaient réuni 40 000 manifestants. Les opposants à l’IVG, parmi lesquels l'ancienne ministre, ex-présidente du Parti chrétien démocrate, Christine Boutin, et le député européen membre du Front national, Bruno Gollnish, ne lâchent pas prise, considérant, en s’appuyant sur la décision du gouvernement espagnol, qu’il est toujours possible de revenir sur un texte désormais bien ancré dans la législation française depuis 40 ans.

Ce texte a été dernièrement soumis à la discussion à l’Assemblée nationale, les députés ayant été invités à se prononcer sur un assouplissement et notamment la suppression de la notion de détresse, permettant aux femmes d’avoir recours à l’IVG tout simplement « lorsqu’elles ne veulent pas poursuivre une grossesse ». Cette modification a donné l’occasion aux députés de ferrailler sur le sujet, preuve s’il en est que le sujet est toujours sensible et qu’il ne faudrait pas grand-chose pour que les parlementaires fassent marche arrière, tout simplement pour rassurer leur base électorale comme c’est le cas en Espagne.

D’où l’appel à la vigilance des mouvements féministes français qui considèrent qu’il s’agit d’un recul grave infligé aux femmes qui doivent, selon les militants, pouvoir disposer de leur corps.

« Nous ne voulons pas que des méthodes d’avortement maison (c’était le cas avant la loi de 1975, dite loi Veil : NDLR), mettant en danger la vie des femmes et bafouant leur droits et leur dignité, puissent revoir le jour », poursuivent les organisatrices du rassemblement angevin.

« Symboliquement, venez avec vos cintres et vos aiguilles à tricoter », appuient les organisatrices qui refusent ces marches arrière, contraires à l’évolution de la société.



Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par PeterDenver le 27/01/2014 12:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A quand une manifestation pour la responsabilisation des gens en matière de sexualité ?

Stop à la culture de mort !















Angers Mag