Un stand angevin au SxSW : investir dans l'économie créative


Rédigé par - Angers, le 13/03/2012 - 08:22 / modifié le 13/03/2012 - 09:56


Depuis ce lundi 12 mars, la marque de la métropole angevine, « Angers Loire Valley », est en bonne place au SxSW d’Austin (Texas). Cet espace habillé de laine par une artiste texane que les Angevins pourront croiser lors du prochain festival Artaq, en mai prochain, permet aux acteurs économiques et culturels qui fréquentent cette convention de rencontrer les membres de la délégation française.



Le stand d'Angers Loire Valley (Photo service communication - ALM)
Le stand d'Angers Loire Valley (Photo service communication - ALM)
la rédaction vous conseille
Pour les élus et structures culturelles présentes sur place, le stand d’Angers Loire Métropole installé au cœur du festival texan SxSW (South by Southwest), est un lieu d’échange et de convivialité où se croisent tous ceux qui s’intéressent à la culture française et surtout à sa musique. Vu les milliers de personnes qui fréquentent ce haut lieu de la musique américaine nul doute que les « frenchies » croiseront des personnes intéressantes, lesquelles permettront à terme d’établir des liens durables entre les villes d'Angers et d'Austin.

Ce stand, plutôt original, est habillé de laine par l’artiste texane, Magda SAYEG, la fondatrice du mouvement Yarn Bombing, au travers du collectif « Knitta ». On aime ou pas, mais dans tous les cas ce stand newlook ne laisse pas indifférent et c’est bien l’enjeu d’une manifestation de cette importance où tout doit être mis en œuvre pour se faire remarquer.

Les Angevins pourront découvrir le travail de Magda SAYEG lors du prochain festival Artaq dont elle sera l’une des invités d’honneur. Un projet d’habillage en laine du jardin du Mail, dont elle sera l’inspiratrice est d’ailleurs en cours de préparation. Après avoir habillé le stand angevin du SxSW, l’artiste aura carte blanche pour habiller un monument d’Angers.

Si le travail de cette artiste est plutôt intéressant et ne devrait pas manquer d’attirer l’attention de ceux qui fréquenteront la ville d’Angers en mai, des voix commencent à s’élever dans la rue sur la présence de la délégation angevine dans une ville américaine dont les idées sont sans commune mesure avec celle d’une ville française comme Angers, socialiste de surcroit. Cette ouverture vers le monde du capitalisme débridé fait causer dans les chaumières et nul doute que la minorité angevine devrait demander des comptes lors du retour des voyageurs. À moins que la délégation ramène des dollars dans ses valises.

« Combien coûte cette petite sauterie », peut-on lire sur un blog angevin. Sans vouloir se lancer dans des comptes d’apothicaire, un séjour de ce type doit approcher les 60 k€ (*) tout compris. Une goutte d’eau dans l’océan du budget de l’agglomération. Maintenant reste à savoir qui paye la facture. Plusieurs entreprises participent au voyage et l’on ose espérer qu’Angers Loire Métropole, dont les finances sont calculées au plus juste, leur a demandé de mettre la main au porte-monnaie. Dans tous les cas, il s’agit d’un investissement pour l’avenir de notre région, dont le slogan anglophone évoque déjà des liaisons vers le pays de l’oncle Sam.

Même si l’esprit antiaméricain est fortement développé en France, pour des tas de raison et notamment pour la domination financière qu’exerce ce grand pays qui ne voit que par l’argent, il peut paraitre intéressant de développer des liens dans un domaine qui, même s’il souffre lui aussi de la crise, ne connaît pas de frontières : la musique et la culture dans son ensemble.

Par ce partenariat avec la ville d’Austin, Angers se donne normalement une réelle opportunité de développement de la filière émergente de l’économie créative. Et si nos amis américains sont prêts à dépenser quelques dollars à Angers, pourquoi pas. Mais ça reste à prouver…

(*) Évaluation (optimiste) du cout du séjour :

4 élus, 4 staff, 10 entreprises et structures économiques et culturelles (20 personnes), 3 groupes de musique (10 personnes) soit environ 38 personnes.

- Train + avion Low Coast : 1000 x 38 = 38 000 €
- Hotellerie /restauration / déplacements = 200 x 38 = 7 600 €
- Stand ( fabrication / transport / acheminement, emplacement ) : 15 000 €

Soit un total de 60 600 €. Il reste à préciser que certains élus et entreprises ne participent pas à la durée du festival.




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Julie le 13/03/2012 10:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,

Pour le coup, je pense que la cause est juste. Exporter le savoir faire angevin, le pouvoir innovant de ses entreprises: c'est essentiel! L'Anjou est forte de ses talents, il faut le faire savoir!

On est loin également du budget prévisionnel d'Angers pour l'inauguration du Tramway (400 000€ à mes souvenirs sur le premier jet).

2.Posté par Antoine BONNET le 06/04/2012 21:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Sans être anti-américain - il faut reconnaitre l'énergie et la puissance ce cette nation - il n'en reste pas moins que, de mon humble point de vue, nous avons beaucoup de chemin à faire avant de les convaincre d'abolir la peine de mort. Et le texas détient dans ce domaine de tristes records. Nos émissaires angevins auront-ils le courage d'aborder ce facheux sujet ? Je ne sais à quel point ce fléau est présent dans la culture texane, mais en tant que français, nous ferions bien de militer pour...















Angers Mag