Un tramway nommé désir… jusqu’en 2022


Rédigé par - Angers, le 03/02/2016 - 08:24 / modifié le 04/02/2016 - 19:17


Les maires de l’agglo d’Angers ont décidé de repousser la mise en chantier de la seconde ligne de tramway en 2019, pour une livraison en 2022. Une option qui pose question et fait causer, sur la forme comme sur le fond. Eléments de réflexion.



Un tramway nommé désir… jusqu’en 2022
la rédaction vous conseille
Depuis quelques jours, le bruit courait que la décision des maires de la Communauté urbaine pourrait surprendre, au sujet de la réalisation de la seconde ligne de tram. Plutôt que de surprendre, elle devrait d’abord décevoir.

Les électeurs de Christophe Béchu, en premier lieu, qui avait promis, à l’instar de ses concurrents d’alors, la construction de la 2e ligne dans le courant du mandat. Les habitants de Belle-Beille, ensuite, et notamment les étudiants du campus universitaire, déjà remontés de ne pas avoir vu la ligne A venir jusque chez eux.

Ceux de Monplaisir, enfin, qui attendait là un signe fort de la collectivité, en plus de la perspective de renouvellement urbain, de désenclaver le quartier.

Politiquement, il était quasiment injouable pour le maire d’Angers et président de l’agglomération d’opter pour un phasage, c’est à dire une demi-ligne, en privilégiant un quartier plutôt que l’autre ou un cœur de ligne, en oubliant les deux.

Une réalité sociologique qui a sans doute pesé dans l’esprit de Christophe Béchu, mais qui ne l’empêche pas de prêter le flanc aux critiques, notamment dans les rangs de son opposition municipale : « C’est une nouvelle désastreuse pour les Angevin(e)s. Dans un contexte où la politique est discréditée, nous ne pouvons que déplorer ce choix qui contribue à aggraver le sentiment que les candidats font des promesses électorales pour se faire élire … mais pas pour les réaliser ! », déplorent de concert le conseiller PCF, Alain Pagano et le secrétaire de la section angevine du PCF, Valentin Brouillard-Dusong.
"Dans un contexte où la politique est discréditée, nous ne pouvons que déplorer ce choix qui contribue à aggraver le sentiment que les candidats font des promesses électorales pour se faire élire … mais pas pour les réaliser ! » Alain Pagano (PCF)
Les élus socialistes, par la voix de Fatimata Amy, conseillère générale de Belle-Beille, et de Luc Belot, député dont la circonscription englobe Monplaisir, s’émeuvent plus sur la forme, en attendant « de disposer des documents pour juger sur le fond de cette décision qui marque un vrai tournant dans le mandat de Christophe Béchu ».

Sur la forme, donc, les deux élus socialistes fustigent « le peu de respect qu’il porte à ses collègues du conseil communautaire. Bien qu’élus par un scrutin direct en 2014 par 23 486 Angevins, nous n’avons encore une fois pas eu connaissance des dossiers présentés aux Maires de l’agglomération. Christophe Béchu avait pourtant annoncé lors de ses vœux que ce sujet serait débattu durant un conseil privé. Il n’en fût rien. Ainsi, l’ensemble des élus communautaires ne s’est pas encore prononcé que le président de cette assemblée confirme une décision. Il s’agit pourtant d’un dossier capital pour notre territoire, qui doit être sereinement débattu par un véritable espace démocratique et non une chambre d’enregistrement. »

Une volée de bois vert auquel Christophe Béchu aura l’occasion de répondre lors du Conseil communautaire du 15 février, où le vote des conseillers aura lieu. Un rendez-vous qui s’annonce dense, car les arguments financiers ne manquent pas pour justifier l’unanimité des maires de l’agglo autour de cette décision.
 

Finalement, la seule surprise réside peut-être dans la fait que les élus communautaires ont attendu jusque-là pour prendre une décision ferme. Le vice-président en charge des finances, Marc Laffineur, avait le premier émis des doutes sur la capacité financière de la collectivité à assumer dans le mandat un investissement d’au moins 245 M€. Une gageure, selon lui, si l’on considère le faible soutien objectif de l’Etat (25 M€) et de la Région (10M€), en même temps que la promesse faite par l’ensemble des maires de l’agglo de ne pas augmenter la fiscalité intercommunale.

L’équation était à ce point impossible à résoudre qu’il ne leur aura fallu qu’un séminaire, le 22 janvier dernier, pour trancher dans le vif, parmi les dix variantes proposées par les services : la seconde ligne de tram se fera bien, mais pas avant 2019, pour une livraison attendue en 2022. Une décision assortie de celle de tout de même réaliser le nouveau pont du tram (pour 8 M€, sur l’emplacement de l’ancien pont des Treilles), qui relie la place La Rochefoucault à la place Molière, à l’horizon 2018, pour rester cohérent avec le couverture des voies sur berges prévue à la même période.

Pour le moment peu disert sur ce chapitre important de la mandature, Christophe Béchu insiste sur « l’unanimité des maires de l’agglo » et sur le « compromis idéal trouvé dans la situation actuelle ».
« L’objectif, c’est d’en faire le maximum sans déclencher de fiscalité nouvelle pendant le mandat » - Bernard Dupré, vice-président de la communautaire urbaine aux transports
Reste que l'option retenue pas la commission permanente et les vice-présidents de la collectivité sonne comme le premier accroc de taille dans le tableau de marche que le maire et président de l’agglo proposait aux Angevins. Et qu’elle ne fait que repousser de deux ans la perspective inéluctable d’une augmentation des impôts locaux ? Sans doute, même si on argue dans l'entourage du président-maire qu’en repoussant à 2019 la mise en chantier de la ligne B, la collectivité se laisse du temps pour réfléchir à une couverture hors fiscalité du coût de financement annuel de la dette et de son intérêt. Juin 2019, c'est notamment la fin de la délégation de service public de l'entreprise Kéolis, qui gère les transports de l'agglo. Et génère un bénéfice annuel de plus de 2 M€. Une somme que les élus verraient bien revenir dans les caisses de la sphère publique...

Christophe Béchu et Bernard Dupré, lors de la campagne des élections municipales, ont présenté une perspective de seconde ligne de tram bien différente de ce qu'elle est à présent.
Christophe Béchu et Bernard Dupré, lors de la campagne des élections municipales, ont présenté une perspective de seconde ligne de tram bien différente de ce qu'elle est à présent.
« L’objectif, c’est d’en faire le maximum sans déclencher de fiscalité nouvelle pendant le mandat », résume le vice-président de l’agglo en charge des transports, Bernard Dupré. « Et à plus long terme, il s’agit de rendre minoritaire l’augmentation de fiscalité dans le financement de ce projet. On pense qu’en retravaillant sur l’organisation de la politique de transports sur l’ensemble de l’agglomération, on peut arriver à financer hors fiscalité plus de 50 % des coûts nécessaires ».

Un pari qui passe par « de sérieuses économies et des réaffectations budgétaires ».

Autre sujet, celui du niveau historiquement bas des taux d’intérêts actuels et des offres de marchés sous-missionnées par les entreprises, notamment dans les travaux publics. Qu’en sera-t-il dans deux ans ? « Plus la perspective est lointaine, plus on est dans l’incertitude », concède Bernard Dupré. « Mais les mois qui viennent vont nous permettre de travailler sur le montage de ces opérations, car la décision ferme qui a été prise nous donne un timing clair. Quel niveau d’engagement peut-on prendre sur des conditions financières actuelles ? Voilà ce sur quoi nous devons travailler. »
 
Moins « audacieux » que le choix de lancer la ligne B dès maintenant, la décision des élus s’appuie, selon un proche du dossier, « sur un grand pragmatisme ». Soit, mais on y ajoutera aussi un sens politique développé : les premières mises en chantier, en 2019, pourraient concerner les deux bouts de lignes, à Belle-Beille, et Monplaisir…




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par jambonmonplaiz le 03/02/2016 01:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et voila comment à monplaiz et même ceux de belle beille on se retrouve floué une fois de plus. rendre gratuit (enfin 1h mais les tarifs ont été augmenté...) les parking pour le centre ville et l'équiper de caméra pour rassurer les bobos du centre, c'était l'urgence. Et encore, ils vont faire quand même un nouveau pont toujours pour ceux du centre ville, au lieu d'économiser encore l'argent qui soit disant manque alors que le tram ne sera pas encore la. Ah merde, j'oubliais que la ville a réc...

2.Posté par Fracasse le 03/02/2016 09:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Halte au désastre !
On a fait la monumentale erreur de construire une 1° ligne, ce qui justifierait la mise en place d'une seconde, raisonnement d'une logique implacable! mais quelles sont donc les grosses têtes qui nous gouvernent?
Le tram à Angers, ç'est totalement inadapté à notre configuration urbaine, ça ruine la ville et ses habitants, ça consomme toutes les ressources d'investissement de réseau public au détriment de la modernisation du parc de bus, ça augmente significativement les coût...

3.Posté par MARC le 04/02/2016 11:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En résumé: la mairie rénove le bout du monde; la place du lycée; va couvrir une partie des voies sur berges ; construire le nouveau pont; réorganiser st serge et y construire une patinoire; rénover l'avenue Jeanne d'Arc; finir le quartier de la gare; Rénover le centre des congrès. Et probablement effectuer quelques travaux autour du stade durant le mandat.
C'est déjà pas mal. J'imagine que la promesse de transformer les berges et de faire une line de tram dans le même mandat était... une promesse!
Et...

4.Posté par barreau le 04/02/2016 13:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ce qui est poilant, c'est de voir que ce sont ceux qui étaient dans la précédente majorité qui se plaignent alors que c'est eux, par leurs gaspillages et errances, qui ont plombé les finances de notre ville pour les 10 prochaines années. De plus, qui est à la tête de l'Etat qui plombe les collectivités et le pays ? des copains de l'ancienne majorité...
pour certains un peu de décence ne ferait pas de mal !!!















Angers Mag











Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de décembre signé Fañch Juteau #prevention #VIH https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/oAZR7nNURX
Vendredi 9 Décembre - 12:01
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de septembre signé Fañch Juteau #accrochecoeurs https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/Jkrkty2UMe
Vendredi 9 Décembre - 10:51



cookieassistant.com