Une WebTV qui commence fort


Rédigé par Yannick Sourisseau - Angers, le 09/10/2010 - 22:06 / modifié le 12/10/2010 - 06:57


Depuis la disparition d’Angers 7, en Mai dernier, la place pour une télévision locale est désormais vacante. Une société de développement web installée à Angers souhaite s’installer sur ce créneau, en proposant une télévision diffusant sur Internet. Cette dernière vient de faire une entrée fracassante avec un clip de présentation pour le moins douteux.



Une WebTV qui commence fort
Le 15 Octobre prochain une WebTV, entendez par là une télévision diffusée par l’intermédiaire du réseau internet, devrait faire son apparition à Angers. Ce nouveau media, « angerstv.fr » est proposé par Sacha El Wardi, le patron de la société EWT (El Wardi Technology), une entreprise de recherche et développement web, lequel souhaite occuper le terrain laissé vacant par la défunte Angers 7.

Qu’on se le dise tout de suite, une WebTV, si bien construite soit-elle et apparemment son concepteur se donne les moyens puisque qu’il compte embaucher une dizaine de techniciens et animateurs, dont l’ex miss France par intérim, Laura Tanguy, n’a rien à voir avec une télévision comme pouvait l’être Angers 7. D’abord parce qu’elle n’émet pas, mais diffuse via le réseau internet des vidéos mises à disposition sur un serveur web. Seul moyen pour regarder les émissions, ou plutôt les clips vidéo : disposer d’un ordinateur et d’une connexion internet. Les vidéos sont mises à disposition en liste de diffusion, selon le principe de You Tube ou Dailymotion, chacun pouvant regarder ce qui lui plait, quand il veut, en zappant d’un clip à l’autre. Un concept qui plait beaucoup aux jeunes qui, tout en chattant regardent un clip vidéo. Ils peuvent même regarder ce genre de télévision sur leur smartphone.

La WebTV ne se regarde donc pas comme une télévision classique, vautré dans son fauteuil de salon, même si aujourd’hui des systèmes permettent de récupérer les clips vidéo et de les lire en continu sur une télévision classique connectée à un ordinateur. Mais dans ce cas, pas question de la regarder, qualité haute définition oblige, sur un plasma de 50 pouces … Donc Angers TV, que même le Roi René aurait regardé, selon le slogan de ce nouveau média, ne remplacera pas encore Angers 7 dans les foyers angevins. Il convient également de ne pas confondre une WebTV avec la télévision distribuée par les bouquets des opérateurs Internet, laquelle est pour le coup une vraie télévision, comparable à celle diffusant sur la TNT, les satellites et les réseaux câblés. Seul le mode de compression des images est différent.

Pour l’heure ce nouveau média a surtout fait une entrée tonitruante, à la limite de la provocation et du manque de respect. Son « teaser » c'est-à-dire le « message aguichant » de promotion diffusé via You Tube et le réseau social Facebook cette semaine, mettait en scène des extraits de la vidéo diffusée sur le site de la ville d’Angers, sur laquelle le Maire, Jean Claude Antonini, regrettait la disparition d’Angers 7, et un commentateur sur fond de manifestation contre la réforme des retraites qui annonçait : « depuis la fin d’Angers 7, ils sont des milliers à réclamer une télévision locale ».

Les anciens employés d’Angers 7 sont en état de choc, soulignant l’exploitation honteuse de deux catastrophes sociales : leur licenciement et la réforme des retraites. De son coté la mairie d’Angers a fait savoir par un communiqué « qu’elle regrettait que l’image du Maire ait été utilisée sans son autorisation et les images détournées sans l’assentiment et le respect de leurs auteurs ».

Ses concepteurs ont-ils un goût douteux en matière de communication ou une volonté affirmée de réussir un coup médiatique ? Dans tous les cas, même si la vidéo en question a été retirée, ce genre de démarche n’augure rien de bon pour la suite. Espérons que les auteurs qui annoncent dans les colonnes de notre confrère Ouest-France de samedi qu’ils veulent « buzzer », n’adopteront pas ce principe, provocateur et irrespectueux, pour faire de l’audience. A voir …



Yannick Sourisseau
Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par nc le 10/10/2010 00:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
c'est clair que ça commence mal... Même leur slogan ne donne pas envie..."même le Roi René l'aurait regardée"....no comment

A quand la web tv d'Angers MAG ?? Ce serait un gage de pertinence et de sérieux !

2.Posté par Yannick Sourisseau le 10/10/2010 08:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci de penser à nous. De notre coté on y pense sérieusement à une WebTV depuis le début de l'année, bien avant la disparition d'A7. Le projet de SCOP que nous préparons comprendra une partie WebTV liée au journal, mais avec une équipe restreinte pour débuter. Mieux partir doucement pour permettre de pérenniser le projet que s'emballer sous prétexte de vouloir prendre une place libre sur le réseau internet. De plus, comme nous l'avons toujours annoncé notre projet n'aura pas pour vocation de...

3.Posté par Sébastien Ridé le 12/10/2010 01:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Très bon article. C'est drôle en lisant le titre du sujet je pensais qu'il s'agissait déjà du démarrage de la WebTV d'angersmag, mais non heureusement !

p.s : petite faute de frappe 1ère ligne mais j'entend bien ce que tu voulais dire ^^
"Le 15 Octobre prochain une WebTV, entendez pas là une télévision diffusée par l’intermédiaire du réseau internet"

4.Posté par Yannick Sourisseau le 12/10/2010 06:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Oui Sébastien, il fallait lire "par là". Merci de nous avoir signalé cette petite coquille que je me suis empressé de corriger.















Angers Mag