Une ronde de chevaliers azimutés au Grand Théâtre d’Angers


Rédigé par Anne MELLIER - Angers, le Jeudi 14 Janvier 2016 à 12:00


Après cinq représentations à Nantes, "Les Chevaliers de la Table ronde", l’opéra-bouffe signé Hervé, débarque à Angers à partir de ce week-end. Créé à Bordeaux en novembre, ce spectacle loufoque, mis en scène par Pierre-André Weitz, continuera ensuite sa tournée française avec une trentaine de dates prévues en 2016.



Une foule de personnages s'entremêlent dans un esprit burlesque. (Crédit photo : Guillaume Bonnaud)
Une foule de personnages s'entremêlent dans un esprit burlesque. (Crédit photo : Guillaume Bonnaud)
la rédaction vous conseille
Dans une contrée imaginaire « entre l’an 800 et l’an 2017 », Amadis, Renaud, Lancelot et Ogier veulent retrouver leur ami Roland, enfermé dans le château de l’enchanteresse Mélusine, qui en est folle amoureuse. De son côté, le duc Rodomont est ruiné et organise une joute à l’issue de laquelle il offrira la main de sa fille, Angélique, dans l’espoir de redorer son blason.

Toutefois, comment expliquer que sa femme, Totoche, aient de si beaux atours ? Aurait-elle un amant ? Et comment se fait-il que le précepteur d’Angélique, Médor, vante tant à cette dernière « les plaisirs de l’amour » ? Et que cache donc Sacripan, le secrétaire du duc ? Tous ces personnages se retrouvent autour du tournoi, et leurs intrigues, leurs passions, leurs secrets, se mêlent, s’entremêlent, et s’enchevêtrent, dans l’esprit le plus burlesque, le plus clownesque qui soit. 

Ce spectacle, produit par le Palazzetto Bru Zane, le Centre de musique romantique française basé à Venise, et la compagnie Les Brigands, remet au goût du jour l’œuvre de Louis-Auguste-Florimond Ronger, dit Hervé. Père de l’opérette, ce dernier fut progressivement oublié, restant pour toujours dans l’ombre de son ami et néanmoins rival : Jacques Offenbach, roi incontesté de l’opéra-bouffe.

Créée le dimanche 22 novembre 2015 à l’Opéra national de Bordeaux, cette production toute en noire et blanc est bel et bien un opéra-bouffe, mais « un opéra bouffe où l’on ne mange pas », indique alors le rideau de scène. Transcrite par Thibault Perrine, cette partition réduite pour treize chanteurs et douze instrumentistes se veut légère, rythmée, et entraînante. 

La critique s'est montrée plutôt bienveillante à l'égard du spectacle. Il « se bonifie d’acte en acte malgré des écueils, comme le parler rap de Roland ou certaines chorégraphies », pour Libération. « Comme dans la commedia dell'arte, tout est ici exagéré : rôles, costumes, décors - et le tout fonctionne parfaitement » s'est enthousiasmé Le Figaro. Bon accueil aussi chez Télérama : "Du rythme, de l'humour, de l'insolence, du plaisir : par les temps qui courent, on prend tout. Et on dit merci."

"Les Chevaliers de la table-ronde" au Grand-Théâtre d'Angers samedi 16, dimanche 17 , et mardi 19 janvier 2016. A 20h en semaine, à 14h30 le dimanche.
www.angers-nantes-opera.com.
 


 












Angers Mag












Angers Mag : Pesticides ou principe de prudence dans la prise de décision #Angers @UnivAngers https://t.co/wYLustjYQ4 https://t.co/xqaIJ3lhNx
Jeudi 25 Mai - 07:47
Angers Mag : Festival : Maine in Jazz du 2 au 5 juin: Le piano sera à l'honneur de la 8e édition du... https://t.co/gcZhIQ4yhC https://t.co/ISJ87ui3nT
Jeudi 25 Mai - 07:32
Angers Mag : #Angers Sylvain Bertoldi, « l’Histoire en ligne de mire » @Angers https://t.co/Plvx67BQbL https://t.co/CCHQDQgRyy
Mercredi 24 Mai - 07:33
Angers Mag : #Angers Six mois après, nouvelle démission à la tête du PS de #MaineetLoire https://t.co/6pUKV19acs https://t.co/CP5j9ftg8Y
Mardi 23 Mai - 19:03