Université d'Angers : la beauté et l'animal à l'épreuve du droit


Rédigé par - Angers, le 15/05/2016 - 10:00 / modifié le 15/05/2016 - 12:38


On ne chôme pas au Centre Jean-Bodin de Recherche politique et juridique. Le laboratoire rattaché à l'Université d'Angers est à l'origine de deux singulières publications, issus de colloque qu'il a organisé. "L'animal et le pouvoir" et "La Beauté : aspects juridiques et politiques" apportent ainsi un regard à la fois scientifique et accessible à deux thématiques que l'on n'envisage pas naturellement sous l'angle du droit. Comme quoi...



Université d'Angers : la beauté et l'animal à l'épreuve du droit
la rédaction vous conseille
Plus "accessible", plus "compréhensible"... c'est dit sans condescendance et avec enthousiasme. Hervé Rihal, professeur de droit public à l'Université d'Angers et responsable du Centre Jean-Bodin de recherche juridique et politique en est persuadé : les deux dernières publications des membres du laboratoire angevin sont promises "à une plus large diffusion" que le seul microcosme universitaire.

Une conviction qui s'appuie autant sur les thématiques abordés -l'animal et la beauté- que sur l'approche pluridisciplinaire qui a présidé à la rédaction des ouvrages, issus de deux colloques organisés à Angers, à l'hiver 2014 et au printemps 2015. A la croisée de l'histoire, du droit, de la sociologie et de la politique, "L'animal et le pouvoir" et "La Beauté : aspects juridiques et politiques" se nourrissent d'exemples médiatiques qui parlent à chacun et posent un regard distancié sur les réalités de notre temps.
 
L'animal, être de droit
C'est une présence parfois diffuse, mais continue. Des blasons médiévaux aux allées du Salon de l'Agriculture, en passant par l'abeille napoléonienne ou la place traditionnellement occupée par les chiens dans les campagnes présidentielles américaines (cf Bo, le chien de Barack...), l'animal a toujours eu à voir avec le politique... qui ne lui a d'ailleurs pas toujours rendu justice, en matière de législation. Sujet d'un colloque organisé par le Centre Jean-Bodin (laboratoire de l'Université d'Angers) fin 2014, "L'animal et le politique" est désormais un ouvrage, fruit d'un travail universitaire pluridisciplinaire. Rébarbatif ? Pas le moins du monde, car si les textes ne cèdent rien à l'exigence scientifique, ils sont ancrés dans des réalités connues du plus grand nombre et pourraient éclairer d'un jour nouveau l'importante séquence électorale qui s'ouvre...
 
"L'animal et le pouvoir", sous la direction de François Hourmant et Sophie Lambert-Wiber, ed. PUR, 17 €

Les formes de la Beauté
Sur la forme, ce second ouvrage est déjà fort peu commun, puisqu'il a été entièrement fait par des doctorants, sous la direction d'un des leurs, Jimmy Charruau (lire la Tribune du Lundi qu'il a signée sur le thème de l'injure). "Il fallait choisir pour ce colloque une thématique fédératrice qui puisse rassembler tous les doctorants", rapporte Jimmy Charruau. Si de nombreux ouvrages existent déjà sur la question de l'esthétique, celle de la beauté humaine est moins traité en droit. Y'aurait-il une honte à étudier cette notion, à l'actualité quasi-quotidienne ? Toujours est-il que l'ouvrage ne censure aucune approche. Dans une société occidentale qui glorifie l'image et consacre la primauté de la vue, on y parle des discriminations liées à l'apparence physique, des contrats liés au mannequinnat, des concours de mini-miss... bref, de tout ce qui est lié à la dignité de la personne.

"Sexy Ségo"... un chapitre ouvre même le débat de la beauté, comme arme dans le combat politique, avant d'ouvrir celui des finances publiques et du coût engendré par les First Lady, en ces temps de rigueur budgétaire. L'ouvrage revient sur un problème fondamental : la définition de ce qu'est l'apparence physique en droit et les différentes interprétations induites. A la frontière du droit et de la philosophie, ces lignes posent enfin cette question : la beauté est-elle universelle ou non ?

"La Beauté : aspects juridiques et politiques", réalisé sous la direction de Jimmy Charruau est paru en mars 2016, édité par la Faculté de droit et des sciences sociales de Poitiers (208 pages). 25 €.




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag