Urbaphonix, un spectacle qui fait sonner la ville


Rédigé par - Angers, le Mardi 4 Février 2014 à 09:34


Ils ont déambulé dans les rues d’Angers en fin de semaine dernière, pour le plus grand plaisir des yeux, mais aussi et surtout de nos oreilles. « Décor Sonore » avec son spectacle « Urbaphonix » s’est joué du mobilier urbain et des objets trouvés au gré de leurs déplacements.



Les musiciens urbains de Décor Sonore, utilisant un portail en guise de harpe
Les musiciens urbains de Décor Sonore, utilisant un portail en guise de harpe
la rédaction vous conseille
Peut-être les avez-vous aperçus la semaine dernière dans le centre-ville d’Angers ? » Invité par la Paperie, le Centre National des Arts de la Rue d’Angers, le groupe « Décor sonore » utilise les rues, le mobilier urbain, les bâtiments comme autant d’instruments de musique à leur disposition, avec un plaisir et une joie de vivre non dissimulée. Étonnant, non ?

Pour la Paperie, lieu de recherche, de défrichage et d’expérimentation qui interroge les propositions artistiques sur un territoire donné, il s’agissait une fois de plus d’interpeller l’homme de la rue pour lui démontrer que l’espace urbain qu’il l’entoure n’est pas si terne qu’il veut bien le croire, surtout en période hivernale.

Semblant surgis de nulle part, les cinq zigotos du quintet « Décor sonore », en costume sombre, se jettent sur le moindre objet de notre quotidien : un portail métallique, une corbeille à papier, une dalle d’égout, un panneau d’affichage, pour le transformer en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, à l’aide de micros-capteurs-stéthoscopes et de drôles de valises, en de véritables instruments de musique.

Les enfants des écoles qui les accompagnaient, mais aussi les adultes qui s’arrêtaient étaient médusés. Jamais ils n’avaient entendu pareille symphonie à deux pas de chez eux. Et cette fois ce n’était pas le gazouillis des oiseaux au printemps, mais de véritables musiciens qui en font voir de toutes les notes à notre ville. C’est le principe d’Urbaphonix, un spectacle proposé dans les rues d’Angers par le CNAR de la Paperie et Décor sonore.

Faire de la ville une réalité musicale

« L’idée de cette déambulation sonore dans les rues d’Angers est venue des médiatrices de la Paperie et d’Angers Nantes Opéra, lequel présente son spectacle les contes du chat perché », explique Éric Aubry, le Directeur de la Paperie. « Nous nous sommes interrogés sur un spectacle de rue en relation avec celui d’Angers Nantes Opéra. Nous avions coproduit le spectacle de Décor Sonore il y a deux ans et nous savions qu’ils étaient capables de faire sonner la ville ».

Pour la Paperie il s’agissait, pour que ça fonctionne mieux, d’organiser un spectacle non convoqué, « interpellant le public là où il est, dans la rue », poursuit Éric Aubry.

« Ce qui me plait c’est que les gens s’arrêtent. Ils sont interloqués et je pense qu’on va changer leur journée ». L’idée a mis de bonne humeur les passants pas trop pressés, un peu moins ceux qui se sont retrouvés bloqués quelques minutes, rue Saint-Julien, le temps que les artistes produisent leur spectacle. « Dans tous les cas, ils s’en souviendront », s’amuse le directeur de la Paperie.

Accompagné de plusieurs classes d’enfants d’Angers et du Maine-et-Loire, le groupe parti de la place du Ralliement a rejoint, en étapes sonores successives, l’Institut municipal de la place Saint-Éloi où des ateliers sonores étaient prévus. « L’objectif c’est de leur apprendre à faire sonner de l’eau, à faire vibrer des arbres. C’est de leur apprendre ce qu’est une ville et comment elle peut éveiller nos sens et pas forcément en faisant de la musique ».

Le groupe « Décor sonore », n’en est pas à son premier essai. Il avait été sélectionné pour le « Off » de la 26e édition du Festival transnational des artistes de la rue de Chalon, en 2012. Avec ses musiciens de la « Street Zic », Décor sonore compose pour l’espace public en faisant admettre que notre environnement urbain n’est pas qu’un évitable chaos sonore. « C’est entrevoir que les signes qui s’en dégagent sont porteurs de sens, c’est peut-être même envisager que les sons ne sont pas une simple conséquence des choses, mais qu’ils auraient eux-mêmes le pouvoir d’informer, voire transformer le monde », explique Michel Risse, le directeur artistique de Décor sonore.

La Paperie aura réussi son pari, car le public était nombreux, vendredi soir, à suivre et apprécier, après les scolaires, la déambulation musicale du quintet Décor Sonore dans les rues d’Angers.



Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag












Angers Mag : Le SCO passe à l’orange: Tenus en échec à Jean Bouin samedi par la lanterne rouge du... https://t.co/QADPR1iLiN https://t.co/YP52GPOoB9
Dimanche 4 Décembre - 13:50
Angers Mag : #Angers En panne d'idée de cadeaux ? @Revue_BDM #carnetsdevoyage #publicité https://t.co/VsebE5LDp8
Samedi 3 Décembre - 18:56
Angers Mag : RT @IncroyableSCO: Angers SCO à la pêche aux points face aux Merlus du @FCLorient ce soir (20h) à Jean-Bouin ! #SCOFCL #VibrezSCO https://t…
Samedi 3 Décembre - 12:56
Angers Mag : ChroniK'Ô Noir - #18 : "Plateau", de Franck Bouysse: Chaque mois, la journaliste Martine... https://t.co/V0soKdy4ie https://t.co/07YeiZrSfq
Samedi 3 Décembre - 09:00







cookieassistant.com