[VIDEO] Quand Edi Conso en remet une couche


Rédigé par - Angers, le 06/11/2013 - 07:50 / modifié le 06/11/2013 - 20:06


Lauréat du premier appel à projet lancé par le fonds de dotation territorial angevin - Angers Active -, l'association d'insertion veut en profiter pour perfectionner sa couche lavable. Et lui assurer enfin un avenir durable.



Eric Viau (à gauche) et Gilles Kermoal vont recevoir un soutien financier pour relancer et améliorer encore leur couche lavable.
Eric Viau (à gauche) et Gilles Kermoal vont recevoir un soutien financier pour relancer et améliorer encore leur couche lavable.
la rédaction vous conseille
C'est ce qui s'appelle faire preuve d'abnégation. Six mois après sa liquidation, les fondateurs de l'entreprise d'insertion Edi Conso, Gilles Kermoal et Eric Viau, n'ont pas renoncé à écrire de nouvelles pages d'une histoire débutée en 1999 entre Angers et Trélazé. Une belle histoire quand on évoque les noms de l'éditeur Nathan ou du confectionneur de vêtements Mulliez, deux des clients « références » qui ont contribué à asseoir le savoir-faire des petites mains d'Edi Conso.

En 15 ans, près de 300 salariés sont ainsi passés par les ateliers de l'entreprise, travaillant au conditionnement de jeux ou à la couture, ses deux activités principales.

Une histoire fragile aussi. Fragile, à vrai dire, comme toute aventure qui combine convictions sociales et défis économiques. Comme toute aventure qui se heurte aussi un jour à la crise. Si Edi Conso y a laissé son statut de société coopérative d'intérêt collectif (SCIC) moyennant huit licenciements, la structure associative éponyme qui lui était adossée poursuit son chemin, sous la conduite bénévole et déterminée de Gilles Kermoal et Eric Viau.

Déterminée car, 15 ans après, tous deux restent convaincus de la raison d'être d'Edi Conso. Et de ses atouts. A commencer par ce projet de couche lavable lancé il y a cinq ans sous l'impulsion de l'Association Petite Enfance et qu'ils veulent aujourd'hui relancer.

A Madagascar…

Souvenez-vous, nous étions en plein Grenelle de l'Environnement. Et tout ce qui touchait au bio et à la réduction des déchets recevait ici et là une oreille particulièrement attentive. « L'idée était simple mais compliquée à mettre en œuvre. Il s'agissait de fabriquer une couche qui puisse correspondre aux besoins et aux cahiers des charges des crèches », rappelle Gilles Kermoal.

En ligne d'horizon, un marché potentiel considérable, ne serait-ce qu'avec les 3 000 places de crèches d'Angers. Entre l'idée et l'horizon, une véritable course d'obstacles réglementaires, techniques, hygiéniques et culturels. Menée en lien avec l'agglo d'Angers, une expérimentation sur 200 enfants se solde par un constat d'insuffisance. En cause, la fiabilité de la couche elle-même : « On a une difficulté avec la membrane plastique qui la recouvre et pète au fil des usages, trop rapidement », indiquent les responsables d'Edi Conso.

La source du problème a été identifiée. « C'est lié au séchage électrique, précise Eric Viau. A Madagascar où nous avons envoyé des produits, les couches tournent depuis deux ans. Idem à la Réunion ». D'où la volonté d'Edi Conso de retravailler son sourcing de matière première et d'adapter mieux son produit au lavage industriel et à la morphologie des enfants. C'est tout l'objet de la demande d'aide formulée auprès du fonds de dotation territorial.

Couplée au soutien d'Oseo, de l'agglo, du Conseil général, du Conseil régional et de l'Ademe, elle permettra de financer la collaboration de designers lyonnais. Et à court terme, croisons les doigts, de consolider plus que la couche lavable, la pérennité d'Edi Conso.

(vidéo diffusée avec l'aimable autorisation du fonds de dotation Angers Active)

Angers Active, première !

Lancé au printemps dernier à l'initiative de l'Inter Réseau de l'économie sociale et solidaire en Anjou (IRESA), de la ville et de l'agglo d'Angers ainsi que d'entreprise du territoire, le fond de dotation territorial a désormais un nom : Angers Active. Deux mots pour résumer l'esprit d'amorçage que portent ses fondateurs à l'égard des projets d'intérêt général qu'il entend soutenir. Son premier appel à été entendu : 52 candidatures reçues pour, au final, 8 projets soutenus. Outre Edi-Conso, les associations Aide Accueil, Résonnance, Phoenix Senior, le Jardin de Cocagne, Envie Anjou, Resto Troc et l'école des arts du cirque vont recevoir un soutien financier qui s'élève de 4000 à 20000€ pour des projets qui, directement ou indirectement, favorisent l'autonomie des personnes et participent à améliorer l'environnement.

Lire notre article sur l'annonce du lancement du fond de dotation territorial en avril dernier

Angers Active, 32-34 avenue de Chanzy 49000 Angers. Contact : 06.26.48.66.10




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag