[VIDEO] Romain Saudubois, "into the wild"

Un mois du film documentaire en Anjou (2/4)


Rédigé par - Angers, le Dimanche 9 Novembre 2014 à 11:29


Dans le cadre du mois du Film Documentaire, Angers Mag Info a choisi de s'associer à sa façon à l'événement en présentant le parcours et le regard de quatre réalisateurs de la région. Et en diffusant, pour chacun, un de leurs films, anciens ou récents. Après Karen Raballand, gros plan aujourd'hui sur Romain Saudubois, jeune cinéaste issu de l’Iffcam, l'Institut de formation cinématographique animalier des Deux-Sèvres.



Romain Saudubois à l'affût.ffût
Romain Saudubois à l'affût.ffût
la rédaction vous conseille
Diplômé d’un BTS audiovisuel option image à Montaigu, après avoir suivi les cours de cinéma de Mr Louis Mathieu au Lycée Jean Renoir à Angers, Romain Saudubois à ensuite étudié la théorie du cinéma à Paris 8 Vincennes/Saint-Denis.

Après l’obtention d’une licence cinéma, il a intégré la formation de cinéma animalier à Ménigoute (IFFCAM). Cette formation propose en deux ans de réaliser de ses propres mains un film animalier par année. L’occasion de pratiquer le cinéma (écriture, réalisation, montage, mixage, etc.), de rencontrer des personnalités du cinéma animalier et de partager son projet avec les autres apprentis.

Romain est ensuite devenu assistant caméra sur des longs métrages comme « Les garçons et Guillaume, à table ! » de Guillaume Gallienne, et des documentaires nature pour France 2 dont « Les Routes Secrètes des Oiseaux migrateurs « de Franck Cuvelier, et « Le Plus beau pays du Monde » de Fred Fougea.

Aujourd’hui, il est chef opérateur animalier, et cadreur pour Mezzo, Arte Concert, Culture Box sur des captations de musique baroque, musique classique, et de spectacles de danse, tout en continuant l’assistanat sur des longs métrages.

Le film : "Ma nature"

Romain Saudubois a réalisé ce film lors de sa deuxième année de Master à l’IFFCAM. Ce fut pour lui un essai, un espace d’expression et de création, la recherche et la tentation de faire un cinéma différent, dégagé des contraintes de production.

D’après l’auteur, ce film s’est inscrit dans une période de tension entre l’homme et la nature. « L’absence de la Terre mère, de mère Nature, est parfois la source d’un manque profond. Comment se réconcilier, se sentir en elle et non sur elle ? »

« Prendre le temps de l’observation, pour mieux comprendre le monde qui nous entoure, qui nous nourrit, et nous donne vie. » Ce sont ces vertus qui ont amené Romain a s’imprégner de cette nature qu'il affectionne particulièrement, et qui l’ont poussé a se mettre en scène, tel un homme nu en symbiose avec les éléments.

Ce qu'ils en pensent

Aurélien Villemin, de Nantes, étudiant :
"J’adhère tout-a-fait au type de cinéma revendiqué par l’auteur, c’est-à-dire, notamment, des plans volontairement longs, pour marquer la beauté de certaines scènes, qui tranchent radicalement avec ce que l’on peu voir dans les films institutionnels, ou, souvent tout doit aller vite pour des impératifs d’esthétique."

Karen Raballand, cinéaste :
"Sans aucun doute, c'est esthétiquement très propre et réussi. Ça vient comme un film de cinéma. Ce 3ème plan des pieds qui traversent l'écran nous invite à découvrir la suite avec hâte, suppose même un certain suspens... Or, la suite nous offre un scénario un peu plat. La longueur de certains plans déssert encore une fois une efficacité rythmique. Sans tomber dans le gavage d'images, il faudrait dans ce film, comme dans beaucoup d'autres, trouver un juste milieu. Certes, c'est fait sous forme de journal (très bonne idée) mais dans ce cas-là, l'auteur aurait peut-être dû dire plus de choses sur son ressenti émotionnel. La fin est une très bonne idée aussi, cette communion avec la nature; sauf que, du coup, ce qu'il dit est redondant avec l'image."

Nathalie Cousseau, secrétaire :
"Le film résonne un peu comme une biographie segmentée, l'auteur nous fait entrer dans son intimité, il nous livre ses états d'âme sans pudeur. Cependant, et dans ce cas, on aurait pu s'attendre a plus d'intensité, plus d'action, du suspens ou des scènes de comportement concernant la faune"



François BREAU
Contributeur Angers Mag - spécialisé dans le domaine scientifique et le milieu naturel. Cinéaste,... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag












Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de décembre signé Fañch Juteau #prevention #VIH https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/oAZR7nNURX
Vendredi 9 Décembre - 12:01







cookieassistant.com