« Violences dans le couple » : un colloque à Angers


Rédigé par Florence Macquarez - Angers, le 26/11/2010 - 13:55 / modifié le 27/11/2010 - 08:15


Un colloque sur les violences dans le couple s’est tenu hier à la faculté de droit et d’économie d’Angers. L’évènement tombait à pic, puisque le 25 Novembre c’était aussi la journée internationale contre les violences faites aux femmes. Parmi les intervenants, Marie-France Casalis et Yves Raibaud ont évoqué, chacun dans leur domaine, les éléments favorables à cette violence.



Marie-France Casalis et Yves Raibaud lors du colloque qui s'est tenu jeudi 25 novembre à la faculté d'Angers
Marie-France Casalis et Yves Raibaud lors du colloque qui s'est tenu jeudi 25 novembre à la faculté d'Angers
Organiser un colloque sur les violences conjugales en ce jour symbolique était l’idée de Marie-Claude Caillaud, chargée de mission départementale aux Droits des femmes et à l'égalité. Une idée forte qui a réuni quelques 500 professionnels ou citoyens angevins : assistantes sociales, personnel de la santé, de la justice, du monde associatif, étudiants ou gendarmes se sont serrés sur les bancs de la faculté de Saint-Serge. Un public à 95% féminin.

Le sujet devrait pourtant intéresser tout le monde, et le Maine-et-Loire n'est pas épargné par ce fait de société : 804 plaintes ont été déposées depuis janvier 2010, et deux femmes sont décédées en 2009. Sans compter les 79 viols en 2010, dont certains ont lieu au sein des couples.

Marie-France Casalis, responsable de l’association Viols Femmes Informations, s’est appuyée sur les témoignages de femmes battues qu’elle reçoit pour évoquer l’installation de la violence : Cela peut commencer par des violences psychologiques : on enlève petit à petit des responsabilités à sa femme, ou on ne lui parle pas, comme si elle n’existait pas. Cette étape sournoise tend à diminuer la personne, à la rendre incompétente. Les réflexions du style, « ta fille a eu un mauvais carnet, ta mère a appelé pendant le repas » sont légions pour culpabiliser l’autre. Et ça marche. Certaines femmes cherchent alors à s’améliorer pour plaire à leur mari ou les calmer. Elles entrent alors dans une spirale infernale, car pour ces hommes, il faut qu’elles soient une « merde », et pas une princesse pour pouvoir les dénigrer.

Des termes crus que M.F. Casalis assène au public, comme son humour, distillé à juste dose : Bien sûr, dit-elle, on nous répète : de pauvres hommes subissent les coups. Et il y a nombre de sorcières parmi les femmes. D’ailleurs, on est bien cotées en souffrance psychologique. Mais franchement, c’est étouffer le vrai sujet que de nous bombarder avec ça.

Pour elle, la violence devient durable grâce à l’isolement social, ou psychologique. Une soirée entre amis, le mari violent en profite pour offrir un magnifique cadeau à sa femme. Les amis témoigneront : « quel homme charmant. Sa femme par contre, est un peu froide ». Difficile alors pour les femmes de trouver de l’aide dans leur environnement. « Elles doivent se tourner auprès des associations, il est très difficile de s’en sortir toute seule, note Marie-F. Casalis.

Conduites sociales

Yves Raibaud, maître de conférence à l’université de Bordeaux, a quant à lui exposé les résultats de l’étude qu’il mène dans les écoles, centres de loisirs, clubs de sport de cinq communes autour de Bordeaux. Selon lui, "la fabrique des hommes violents" trouverait un bon terreau dans ces institutions pourtant mixtes. La mixité n’est pas à elle seule garant de la parité hommes-femmes.

La preuve, 80 % des actes de violences (délits, accidents mortels, overdoses) sont le fait des hommes. Pour autant, on « neutralise » ce phénomène en parlant des jeunes, des conducteurs, explique le chercheur. Alors que dans les cours de récréation, les garçons doivent se "viriliser" sous peine d’être mis à l’écart. Heureusement, les choses sont la plupart du temps corrigées par les encadrants. Mais les idées toutes faites ont la dent dure.

Et de donner quelques exemples dans les réponses qu’il a obtenues auprès des collégiens : la violence, c’est chez les gitans , ou les garçons violents, c’est à cause de la puberté. Chez les filles, l’appareil génital est intérieur, donc le développement est plus intérieur, plus intellectuel. Enfin, l’argument imparable pour expliquer les sanctions, plus fréquentes chez les garçons : les filles sont malignes, elles font tout en douce.

Pire, pour Yves Raibaud, l’équilibre dans la parité est biaisé dans beaucoup de domaines. L’offre de loisirs organisés pour les jeunes concerne deux fois plus les garçons que les filles. Par exemple, on développe avant tout le rock, au dépend des écoles de musique ou de danse. Une façon de mettre une étiquette sur les loisirs filles-garçons, qui sont pourtant vrai gage de parité pour notre société. A nous de prouver aux pouvoirs publics qu’il faut rééquilibrer les choses.

Violences latentes, violences réelles et subies, la lutte contre ces déviances est loin d’être finie : les femmes commencent à sortir de leur solitude et à parler, il ne faut pas surtout lâcher prise et poursuivre l’aide, conclue MF Casalis.

Dans le public, on approuve, tout en soulignant que la situation évolue trop lentement quand il s’agit de s’attaquer aux causes du malaise .


Gratuit, le 3919, le numéro d’appel national contre les violences faites aux femmes. Accessible du lundi au samedi, de 8 h à 22 h, les jours fériés de 10 h à 20 h. http://www.stop-violences-femmes.gouv.fr/.

SOS Femmes : 02 41 87 97 22.
AAVAS (pour les victimes d’abus sexuels) : 02 41 36 02 07
CIDFF (droit des femmes, accompagnement juridique) : 02 41 86 178 04b[


















Angers Mag











Angers Mag : #Angers REPORT'CITÉ trace sa route @Angers @MinistereCC @KeolisAngers https://t.co/5jrXBWmmjE https://t.co/dULolkaDWK
Mercredi 21 Juin - 12:33
Angers Mag : #Angers Ouest eMedia Presse (@angersmaginfo) a été placée en liquidation judiciaire https://t.co/vMG2O392Qi https://t.co/N9IyhvEjS3
Mercredi 21 Juin - 12:23
Angers Mag : « En Indonésie, le tourisme engendre des transformations profondes » #Angers https://t.co/gJQfDIqgwP https://t.co/bn8ODsUAFu
Jeudi 15 Juin - 10:03
Angers Mag : JoeyStarr, les différents visages de l'éloquence: Sur la scène du Festival d'Anjou le 15... https://t.co/9fZW6XZ2i2 https://t.co/bB4ZKtREuR
Mercredi 14 Juin - 12:03