Violences policières, un autre rassemblement ce jeudi soir


Rédigé par Quentin DAVEAU et Yves BOITEAU - Angers, le 23/02/2017 - 07:40 / modifié le 23/02/2017 - 16:29


Cinq jours après la Ligue des Droits de l'Homme, plusieurs associations appellent à leur tour à un rassemblement contre les "violences policières" ce jeudi à 18h, place du Ralliement. Autour d'un mot d'ordre plus critique envers l'Etat, elles dénoncent un "climat d'oppression policière inacceptable" sur les quartiers et entendent donner la parole à ceux qui en sont victimes.



Djamel Blanchard, l'un des responsables de la coordination "Pas Sans Nous", co-organisatice du rassemblement (ici au micro de Médiapart en octobre 2015).
Djamel Blanchard, l'un des responsables de la coordination "Pas Sans Nous", co-organisatice du rassemblement (ici au micro de Médiapart en octobre 2015).
la rédaction vous conseille
Théo et Adama. Liés à deux affaires de violences policières en région parisienne, ces deux prénoms cristallisent depuis des semaines maintenant l'attention de ceux qui dénoncent les fractures sociales à l'oeuvre dans les quartiers en France. Et ce, jusque dans l'agglomération angevine où quelques incidents et heurts se sont déroulés notamment à la Roseraie et de Belle-Beille ces derniers jours.

C'est dans ce contexte que la Ligue des Droits de l'Homme de Maine-et-Loire a rassemblé environ 200 personnes samedi dernier, place du Ralliement, pour protester contre ce qu'elle considère comme des "violences policières graves". Cinq jours après, ce sont cette fois-ci des associations de quartier qui appellent à manifester pour les mêmes raisons et au même endroit.

D'où cette question préliminaire : pourquoi deux rassemblements sur un même sujet, là où un appel unitaire aurait peut-être pu retenir d'avantage l'attention ? Les responsables du Collectif "Pas Sans Nous", co-initiateur de la manifestation de ce jeudi, expliquent n'avoir pas été invités officiellement samedi. Mais au delà, ils appellent "à se méfier face à une instrumentalisation des quartiers", estimant préférable de "laisser la parole aux principaux concernés plutôt qu'à une association" qu'ils assurent "ne pas voir tant que ça sur le terrain". La critique à l'égard de la Ligue des Droits de l'Homme n'est pas voilée, mais aussitôt nuancée, le collectif jugeant "important que chacun agisse et s'indigne de la situation actuelle".
 
Le rôle de l'Etat et la politique des quartiers visés

Sur le fond maintenant, si l'objet du rassemblement semble bien le même, ses motivations divergent. Là où la LDH avait précisé vouloir rappeler "que la République n’a d’avenir que dans le respect de sa devise", l'appel de ce jeudi, beaucoup plus critique, affirme que la politique des gouvernements de gauche et de droite à l'oeuvre depuis trente ans "a transformé des quartiers populaires en France et Outre mer en autant de laboratoires expérimentaux du terrorisme d'État contre la société civile, et Angers n'y échappe pas." "Terrorisme d'Etat", radical à tout le moins ? "Dans plusieurs quartiers d'Angers, vous avez des témoignages d'abus de la part de certains policiers, qui se croient au-dessus des lois" justifient ses signataires. 

Ces derniers se défendent pour autant de tenir un discours victimaire. "Je ne peux que condamner fermement les violences que commettent certains jeunes pour protester contre l'oppression policière, car cela fait oublier les nombreuses initiatives locales et spontanées qui font vivre nos quartiers !" s'enflamme Pierre-Jean Bourdon, autre initiateur du rassemblement, lui-même impliqué dans une association d'habitants du quartier Savary.

Figure militante bien connue sur Angers -il est aussi l'un des animateurs du collectif de soutien aux sans-papiers-, Pierre-Jean Bourdon fustige les amalgames dont, selon lui, les quartiers sont victimes. Et préfère insister sur le côté "inédit" de la manifestation : "C'est la première fois que les quartiers angevins sortent réellement de chez-eux et mènent une initiative commune."

Plus que la violence, les organisateurs pointent le déséquilibre immense existant, selon eux, entre autorités et habitants et le sentiment de "ras-le-bol" qui domine. Un ras-le-bol qu'ils expriment aussi bien à l'égard des pouvoirs politiques, judiciaires que médiatiques. "Le fait est qu'on n'arrive pas à savoir qui sont les responsables" explique le collectif "Pas Sans Nous".
 
Rassemblement contre les violences policières, jeudi 23 février 2017, à 18h, place du Ralliement à Angers.

Mise en cause, la Ligue des Droits de l'Homme réagit
"Les propos tenus par les personnes interrogées sont infondés. En effet, la LDH n’est effectivement pas une organisation de quartier, mais elle reçoit et défend régulièrement des habitants des quartiers (problèmes fréquents de logements dans le cadre d’une permanence à la Maison de la Justice et du Droit, problèmes de droits individuels, nombreux problèmes de droits des étrangers). Certes la défense individuelle n’est pas médiatisée dans la rue, mais c’est l’action quotidienne de la LDH.
Concernant l’invitation, la LDH a fait un mailing envoyé à 2500 personnes dès le 14 février. Djamel Blanchard et Pierre-Jean Bourdon ont reçu l’invitation. Ils avaient tout loisir de nous contacter durant les quatre jours qui ont précédé. Quant au rôle de l’Etat, du développement du racisme et du rôle de
la police, les publications récurrentes faites sur notre blog témoignent de ses positions. Chacun est libre de ses décisions et initiatives, personne n’est propriétaire des quartiers. Pour notre part, nous respectons les actions positives menées sur le terrain par les autres, mais l’heure n’est pas aux dénigrements entre nous tant la situation sociale est grave, mais plutôt à la convergence des actions."


Catherine Jamil et Paul Baumard, responsables de la Ligue des Droits de l'Homme de Maine-et-Loire









1.Posté par Pierre-Jean Bourdon le 25/02/2017 22:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je tiens à rectifier les paroles qui me sont attribuées dans votre interview et pourrait prêter à confusion ; je n'ai pas "condamné fermement" et je n'ai d'ailleurs pas à le faire n'étant pas juge mais partie. Je ne suis pas dans ce jeu binaire
J'ai été très clair au micro : nous sommes, dans nos quartiers, pour une majorité, des travailleurs pauvres qui n'avons pas les moyens d'habiter ailleurs.
Nos associations de quartiers ont pour ambition de faire de cette nécessité une force pour le "bi...

Nouveau commentaire :

Vous pouvez réagir et commenter cet article. Toutefois, si l’éditeur vous donne la possibilité de faire part de votre opinion, votre commentaire ne doit pas contenir des propos haineux, diffamatoires ou des injures caractérisées, inciter aux crimes et aux délits punis par la législation française, contester les crimes contre l’humanité, être offensant envers les chefs d’État, de gouvernement et diplomates étrangers , faire état de fausses nouvelles ou faire l’objet de discrimination raciale ou sexiste.

Au sens de la loi du 21 juin 2004 pour la confiance dans l'économie numérique (LCEN) la société Ouest eMedia presse éditeur de ce site web est responsable des contenus qu’elle publie, mais aussi des commentaires des internautes s’exprimant sur le sujet. Si la publication est laissée libre, un commentaire dont le contenu est en opposition avec les textes de loi, ou faisant l'objet d'une poursuite, peut à tout moment être modéré par le Directeur de publication.

Dans tous les cas, restez polis et courtois, les lecteurs vous en sauront gré.

Le Comité de Rédaction d'Angers Mag Info










Angers Mag















Angers Mag : ChroniK'Ô Noir - #22 - "Seules les bêtes", de Colin Niel: Chaque mois, la journaliste... https://t.co/klQwEko5Rz https://t.co/mT2kPOzULD
Samedi 25 Mars - 12:04
Angers Mag : #Angers Très Tôt en Scène, célébration du spectacle vivant @FestivaldAnjou... https://t.co/4yok4QvjUu https://t.co/ajlk04o2yE
Vendredi 24 Mars - 18:42
Angers Mag : #Angers #Reportcité Martina Bolognesi, ambassadrice de @PiseAngers @Angers https://t.co/0PVeRMvM8t https://t.co/0kZX26wFnR
Vendredi 24 Mars - 07:52


cookieassistant.com