Angers Mag - information, actualités locales, politique, culture

Un autre regard sur la région angevine

- Angers Mag Mobile
   





Virginie Ramé : dans l'ombre d'une star du football


Rédigé par - Le Mercredi 5 Octobre 2011 à 16:38


Après avoir consacré 15 ans de sa vie au bien-être d’une star bien connue à Angers SCO, Ulrich Ramé, son ex-épouse, nous offre, dans son livre « A moi de jouer », un témoignage émouvant, sans voyeurisme aucun, sur le parcours et le quotidien d’une femme de footballeur professionnel.



Virginie Ramé : dans l'ombre d'une star du football
Amateurs de faits divers, passez votre chemin : l’ouvrage de Virginie Ramé - Sauleau ne comporte aucune anecdote croustillante, ni détails scabreux sur sa vie de couple ou le monde du football dans sa globalité. Ce n’est pas non plus un réquisitoire à charge contre l'une de l'ancienne vedette du " foot-système " Ulrich RAME. Rien de tout cela.

« A moi de jouer » est, à la fois, un regard inédit sur l’univers du football, la vie d’un jeune couple, parti de rien, arrivé très haut avant de s’éteindre, mais aussi et surtout sur la place des femmes, dans ce milieu sportif, ou plutôt leur absence de place.

Sur les aspects univers du football, Virginie porte un regard sans concession sur l’infantilisation des stars, leur immaturité que l’on ne cherche pas à résorber. On leur donne tout, on s’occupe de tout, on les chouchoute. Cela ne les prépare ni à prendre en charge leur vie d’homme, de mari et de père, ni à préparer l’après sport, le vide et parfois l’oubli, après la lumière.

La jeune maman de quatre enfants, originaire d’Ecouflant, évoque de façon touchante au fil de son ouvrage, ses 15 ans de vie aux côtés de l’ancien gardien de but d’Angers-SCO., un homme qu’elle a rencontré à l’âge de 15 ans, suivi au mépris de ses ambitions personnelles de carrière et accompagné jusqu’au sommet.

Ce livre émouvant c'est le parcours d’une femme amoureuse d’un homme, connu sur les bancs d'une section sports études, lorsqu’elle était collégienne, bien avant qu'il soit footballeur professionnel.

Virginie évoque sa naïveté dans le monde cruel des femmes de joueurs, avec ses strass et ses paillettes, ses côtés superficiels, auxquels, en raison des valeurs qui lui ont été inculquées en Anjou, elle a eu beaucoup de mal à adhérer.

Virginie Ramé : dans l'ombre d'une star du football
Mais, attention : Il n’est pas question pour elle de critiquer cet univers de l'argent facile, lequel lui aura permis d’atteindre, pour elle-même, Ulrich et leurs quatre garçons, un niveau de confort matériel, qu’elle n’avait jamais imaginé dans sa jeunesse. Ce serait trop simple et Virginie Ramé a cherché, tant faire se peu, de ne pas tomber dans la facilité.

Quant à la place de la femme dans le football pro, elle n’existe pas. La femme, base de l’équilibre de sa star de mari, est négligée par les clubs. Elle suit son homme, vit sa solitude dans une ville et un entourage nouveaux, ne reçoit aucune aide pour ses activités personnelles et professionnelles, celles qu’elle voudrait développer pour être considérée comme une femme active et pas une potiche qu'on exhibe comme un cabriolet.

Le milieu du football se comporte comme si l’épouse de joueur menait une existence végétative, sans autres envie ou besoin que celui d’attendre le retour au logis du champion et dépenser son salaire en pacotilles, comme si cela suffisait à son bonheur et à son épanouissement.

Et tout cela rejaillit sur la cellule familiale « j’aimerais voir dans le regard de mes enfants la même expression d’admiration qu’ils ont quand on évoque la carrière de leur père ». (Page 167). Virginie Ramé - Sauleau formule un veux : celui de faire en sorte que les supporters puissent prendre conscience et surtout que « La lueur des projecteurs ne dévoile pas qu’une moitié de la star ».

La fin est connue de tous. La séparation est traitée avec beaucoup de pudeur et de retenue. Mais là n’est pas la motivation de son ouvrage. Comme elle nous le déclarait, « sans le divorce, je n’aurais pas changé une ligne à ce livre, sauf la fin. ».

Témoignage inédit ce livre permettra peut-être aux passionnés de football de reconsidérer les femmes de joueurs, celles qui vivent dans l'ombre de ces sportifs adulés par un public incapable de voir par transparence celle qui se bat pour exister.

Il s’agit là d’un ouvrage nécessaire qui se lit d’un trait, surtout lorsqu'on aime le football.

« A moi de jouer » de Virginie Ramé - Sauleau
éditions A contre-courant,
172 pages, 14,90€.

A noter que 30% des gains sont reversés à des familles d’enfants malades et le reste à ses quatre enfants.

Commande en ligne sur www.mollat.com
ou contactez Angers Mag Info qui fera suivre.




Correspondant Sport pour Angers Mag - Suit plus particulièrement l'UFAB et parfois le SCO En savoir plus sur cet auteur