Voies sur berge : changements à l’horizon… 2030


Rédigé par Florence Macquarez - Angers, le 16/10/2009 - 17:24 / modifié le 18/10/2009 - 11:49


Qualifiée de « furoncle » par les uns, de « balafre coupant la ville en deux » par les autres, la quatre voies qui longe la Maine est au cœur d’une polémique portant sur son devenir.



Voies sur berge : changements à l’horizon… 2030
Entre le maire d’Angers, Jean-Claude Antonini, et le président du conseil général, Christophe Béchu, la hache de guerre est déterrée ! Objet du litige, la transformation future des voies sur berge, depuis le pont de l’Atlantique jusqu’à Saint-Serge. Rien ne presse, puisque ce projet ne devrait pas voir le jour avant 15 ou 20 ans : d’ici là, de l’eau pourrait couler sous les ponts. Mais ce serait sans compter le pouvoir d’anticipation des politiques. Ainsi, Jean-Claude Antonini a pris les devants en lançant un concours sur ce thème auprès de plusieurs architectes, le 29 septembre dernier … et a donc ouvert le débat.

Un débat plutôt houleux si l’on s’en tient aux propos des deux hommes dans la presse ces dernières semaines. Chacun y va de son argumentaire pour soutenir sa vision personnelle : Jean-Claude Antonini préconise d’enterrer définitivement la voie express sous le béton, et de créer sur ce socle une rue à deux voies. Autour, des magasins, des bureaux, une esplanade en bas du château, et pourquoi pas une guinguette en bord de Maine (le tout sur 300 hectares). Christophe Béchu, lui, est farouchement opposé à ce projet : « ce serait une hérésie sur le plan écologique, mais aussi urbain parce que cela ne résoudra pas la reconquête qu’on prétend aller chercher » a-t-il confié dernièrement au Courrier de l’Ouest. Il prône l’idée d’un souterrain continu (au moins du château à la place Molière), « sur lequel prendrait place une esplanade qui s’avancerait vers la Maine et permettait une reconquête réelle cette fois ». A cela, le maire a répondu que c’était « une connerie », en évoquant les systèmes d’aération, les tubes et autres protubérances qui dépasseraient de la surface et gâcheraient la vue sur la Maine.


Souterrain or not souterrain ?

Et les angevins de la rue, qu’en pensent-ils ? Si tout le monde ou presque s’accorde à dire que les berges actuelles ne sont guère poétiques, il faut savoir que plus de 40 000 véhicules transitent chaque jour par cet axe est-ouest. Et ce n’est pas demain la veille que cela va changer : le projet de rocade sud est suspendu par des dissensions entre le département et l’agglo… Quant au récent contournement nord par l’autoroute A11, il n’a pas eu l’effet de désengorgement escompté (en partie à cause du péage payant).

Pour Gilles B., angevin intra-muros, « un souterrain aurait au moins l’avantage de diminuer le bruit de la circulation. Cette voie permet d’éviter de traverser le centre ville et les feux qui vont avec. Et vue la forte circulation qu’on y rencontre, le passage sur une 2x1 voie ne serait pas judicieux ; à moins que l’on éradique les automobiles d’ici 2030 ! ». Claudine M., vient de l’ouest d’Angers : « couvrir la voie sur berge est un beau projet qui permettrait de mettre en valeur l’espace au pied du château et de le paysager jusqu’à la Maine, attrait incontestable pour les angevins et les touristes. Il est indispensable de garder une circulation 2x2 voies, car la circulation est déjà difficile à certains moments ».

Une angevine de la rue Pasteur, Claudine T., renchérit : « si l'on ferme le voies sur berges, des embouteillages monstres ne manqueront pas de se produire ailleurs...C'est un axe précieux pour rejoindre rapidement toutes les directions, Paris entre autres. Cela n'empêche pas d'envisager une grande esplanade piétonnière autour ou au-dessus. On doit pouvoir joindre l'utile à l'agréable pour la satisfaction de tous ». Des témoignages qui semblent aller dans le même sens, mais pas assez nombreux pour être parlants. Pour les sondages de masse, il faudra attendre un peu : les angevins devraient être consultés d’ici 2010 sur ce projet ambitieux. Un projet dont le résultat pèsera forcément sur l’image extérieure de la ville. A suivre…


















Angers Mag