Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu : sûrement près de chez vous !


Rédigé par Option Cinéma Lycée Renoir - Angers, le Mercredi 3 Novembre 2010 à 18:27


Alfie se réveille un beau jour et décide de quitter sa femme Helena, après quarante années de mariage, pour une jeune call-girl. Helena, après un suicide raté, consulte une pseudo-voyante nommée Cristal. Sa fille, quant à elle, mariée à un écrivain en manque d’inspiration qui drague la voisine d’en face sur le point de se marier, essaye de ne pas succomber à ses sentiments envers son patron …



Alfie (Anthony Hopkins) se baladant dans les rues de Londres avec sa fille Sally (Naomi Watts)
Alfie (Anthony Hopkins) se baladant dans les rues de Londres avec sa fille Sally (Naomi Watts)
la rédaction vous conseille
Pour son nouveau film, Woody Allen se réapproprie ses deux dernière œuvres, « Vicky Cristina Barcelone » et « Whatever Works », gardant ainsi comme thèmes les amours et destins entremêlés de différents protagonistes.

Après avoir tourné à New York et Barcelone, Woody Allen retourne finalement à Londres. C’est donc dans la capitale de l’Angleterre qu’il nous livre son dernier film.

Woody Allen nous donne des personnages touchants et humoristiques. La mère, Helena, est incapable d’ouvrir les yeux, encore sous le choc de son divorce. Suivant les indications d’une voyante, elle commence à rêver d’un futur plein d’espoir et de vies antérieures, telle qu’une existence dans l’Angleterre élisabéthaine.

Son gendre, quant à lui, nous laisse percevoir un caractère défaitiste, incapable de terminer un travail, écrivant et déchirant ce qu‘il a écrit. Une sorte de frustration nait en lui, volant ainsi la fiancée d’un autre et le roman d’un ami.

Sa femme Sally, est peut être la seule dans ce film à atteindre en partie son but premier. Son tempérament de combattante l’aide finalement à se défaire de l’emprise étouffante de sa mère. Par la suite, elle réussit sur le plan professionnel.

Le comique du film se joue aussi sur l’humour un peu noir qu’apporte Woody Allen. Le présence de la mort, abordée de façon comique, relève le dramatique de certaines situations. En effet, Roy, peu imaginatif, vole l’ouvrage d’un de ses amis. Croyant qu’il était mort, Roy découvre finalement que ce dernier est bel et bien en vie et qu’il a de grandes chances de sortir de son coma. Ou bien le nouvel amant d’Helena toujours amoureux de sa femme décédée, lui demande sa permission de se remettre en couple lors d’une séance d’appel des esprits.

Dans ce dernier film, Woody Allen tourne en dérision les histoires d’amour. En effet, après avoir quitté Sally et emménagé chez sa nouvelle compagne, Roy peut maintenant apercevoir son ex-femme de son nouvel appartement qui se déshabille devant la fenêtre de son ancien logement ! Ce jeu de vis-à-vis nous donne des cadres dans le cadre, nous rappelant ainsi le film d’Alfred Hitchcock « Fenêtre sur cour ».

Une comédie alors toute en légèreté où s’emmêle la vie de nombreux personnages …

Marie


LES TAGS : cinéma, Woody Allen










Angers Mag