Vous les femmes...


Rédigé par Florence Macquarez - Angers, le 12/03/2010 - 17:08 / modifié le 12/03/2010 - 19:55


Terminée, bouclée, la journée de la femme du 8 mars dernier. Quoique… Traité et retraité par les médias et les politiques en amont et en aval, telles les eaux usées, on pourrait croire que le sujet reste d’actualité une semaine entière. Une rallonge dont on pourrait se féliciter, « nous les femmes », s’il n’y avait ce petit truc récurrent qui pourrait en faire tiquer plus d'une.



La femme ordinaire, une espèce en voie de disparition ?
La femme ordinaire, une espèce en voie de disparition ?
Vous l’aurez peut-être remarqué, la presse nationale, régionale, la télévision ont fait cette année la part belle aux femmes d’exception. Dans l’un de nos quotidiens régionaux, figurait d'ailleurs à la une un joli tableau de chasse immortalisant le temps d’un numéro « celles qui font bouger le département ». L’intention est sans doute louable ; ériger au tableau les meilleures d’entre nous fleure bon l’école de Jules Ferry, et tire les autres vers le haut. Pas de quoi fouetter un chat.

Pour autant, ces femmes de talent, ces entrepreneuses dynamiques, ces battantes parfois parties de rien sont-elles la seule et unique image des femmes qui font avancer les choses ? Comme si pour rattraper notre retard sur l’égalité des chances, la parité, le partage des taches ménagères, il fallait être exceptionnelle. Quid des femmes ordinaires qui mènent leur révolution à leur manière, et font aussi avancer les choses ?

A la télévision, c’est même la surenchère. C’est à celui ou celle qui dégotera la femme la plus emblématique de notre progrès « féminin » : une chef d’entreprises si possible, avec un minimum de 400 employés sous ses ordres, mère de deux enfants ou plus, dotée d’un portable dernière génération grâce auquel elle surveille la cote de ses concurrents, et d’un mari adorable qui bosse autant qu’elle. J’oubliais, elle consomme bio, forcément, car elle prend le temps de faire le marché le dimanche matin !

Jalouse, moi ? Que nenni. De mauvaise foi, plutôt, si on se réfère aux valeurs du jour, aussi pitoyables que la bourse. J’aimerais simplement qu’on parle un peu plus des femmes ordinaires, de celles qui font avancer les choses sans faire de bruit, les infirmières, les cantinières, les ouvrières, les institutrices, les mères au foyer, les étudiantes, les employées… On ne leur a pas beaucoup demandé leur avis ces derniers temps il me semble ; sur leur place dans la société, leur image dans la publicité, sur l’éducation, bref, sur leurs rêves.

Pour se consoler de cette semaine un peu creuse, je recommande à ces dernières d’écouter ou de réécouter la rengaine de Julio « Vous les femmes, vous le charme ». C’est basique, mais on ne fait pas mieux dans la valorisation de la femme ordinaire ! Et lui, il a fait rêver des milliers de femmes…











Angers Mag















Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17


cookieassistant.com