Willy Bernard joue un match décisif


Rédigé par Yannick Sourisseau - Angers, le 08/04/2011 - 08:02 / modifié le 08/04/2011 - 19:11


Accusé de détournements de fonds et d’abus de bien sociaux, le plus jeune président des clubs de football professionnel français, Willy Bernard, le PDG d'Angers SCO, joue ce jour devant le tribunal correctionnel d’Angers, un match de football qu’il n’est pas sûr de remporter. Et pourtant, selon ses avocats, la faute, si elle existe, est loin d’être prouvée.



Le jugement n'étant pas rendu, Willy Bernard est toujours président de la socité Angers SCO (photo Angers Sco)
Le jugement n'étant pas rendu, Willy Bernard est toujours président de la socité Angers SCO (photo Angers Sco)
Le jeune président de la société Angers SCO, Willy Bernard, joue cet après midi, 8 Avril, devant le tribunal correctionnel d’Angers une partie décisive dont il devrait pouvoir sortir « blanc comme neige », selon le ténor du barreau : Maitre Olivier Metzner. Ce dernier qui a notamment défendu Dominique de Villepin dans l’affaire Clearstream part plutôt confiant.

Relaxer, Willy Bernard, « avec le chef d’accusation qui pèse sur lui, ce serait très étonnant », déclarent de leur coté Alain Fouquet et Pascal Rouiller les deux avocats qui défendront, pour le premier les intérêts du club et pour le second ceux de la Ville d’Angers, partie civile dans l’affaire.

Pour Maitre Metzner, qui compte bien plaider la relaxe pour son client, comme il l'affirme chez notre confrère la Tribune d'Angers, « Willy Bernard est tombé dans une véritable embuscade. Tout le monde est tombé sur lui, la Mairie y compris, alors qu'elle n'avait pas son mot à dire ». Soupçonné d’avoir prélevé 1.2 millions d’Euros dans le caisse pour assurer l’équilibre de sa propre société, Next Génération, principal sponsor du club et surtout d’avoir falsifier les comptes afin que les transferts ne soient pas visibles. Mais faut-il pour cela apporter les preuves, puisque si faux en écriture il y a, ils seraient passés inaperçus du gendarme de la Fédération Française la sacro-sainte DNCG (Direction Nationale de Contrôle de Gestion).

Âgé de 33 ans, Willy Bernard, auquel on doit, entre autre, le redressement d’un club lourdement déficitaire en 2006, est considéré aujourd’hui comme un flambeur qui dérange. Son attitude de « golden boy », gène certains angevins pour lesquels la réussite est tout simplement suspecte. A cela s'ajoute des rumeurs alimentées par le fait que l'homme est aussi admirateur d'un certain Bernard Tapie. Alors de là à ce qu'il fasse les mêmes choses il n'y a qu'un pas que certains de ses accusateurs ont déjà franchi.

Selon son défenseur, le Président d’Angers SCO ne s’est pas enrichi dans cette affaire. Quand à la faute, ceux qui l'accuse devront en apporter les preuves. Maitre Olivier Metzner qui a défendu d'autres clubs professionnels comme l’OM ou le PSG, n’a rien trouvé de comparable dans l’affaire du Président du SCO.

Maitre Olivier Metzner qui entend bien soulever la nullité de la procédure et l’irrecevabilité des parties civiles fera tout pour obtenir la relaxe de son client, lequel pourra alors reprendre la présidence d’un club qui pour l’heure s’en sort plutôt pas mal, les problèmes du président ayant même un effet dopant sur l’équipe.

Pour Willy Bernard, ce n’est qu’une simple partie dont il se serait bien passé, et la ville d’Angers aussi. Si ce jugement va faire beaucoup de bruit sur les marches du palais d’Angers, il ne sera pas rendu aujourd’hui. Il faudra normalement attendre encore un peu pour connaître le score final.



Yannick Sourisseau
Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par gaudemer le 12/04/2011 16:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Enfin un article pas entièrement contre Mr Bernard. Mr Bernard a 33ans et certain au lieu de critiquer faerait bien de le rencontrer , c est une belle personne intelligente et agreable qui sait d ou il vient , meme s il expose et alors? a ses destracteurs de lui arriver seulement a la cheville, on oublie vite les choses positives

Une fervente admiratrice

2.Posté par Yannick Sourisseau le 12/04/2011 16:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci pour votre commentaire. Angers Mag Info n'a pas pour objectif de critiquer ou entretenir la polémique. Dans la mesure du possible nous essayons d'être constructif. Quelqu'un disait
" L'expérience c'est de faire des erreurs, l'incompétence c'est de les reproduire."
C'est notre maxime, elle peut tout à fait s'appliquer à M. Bernard.
Cordialement








Angers Mag















Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17


cookieassistant.com