Wiseband se pose en "intermédiaire transparent" entre fans et artistes


Rédigé par Tiphaine CREZE - Angers, le 27/05/2016 - 07:45 / modifié le 26/05/2016 - 17:24


La plateforme Wiseband veut "redonner le pouvoir aux artistes" et leur offrir un éventail de services pour les rapprocher de leurs fans. Remodelée il y a trois ans, la marque continue d'agrandir son catalogue et envisage la création d'une nouvelle plateforme, dédiée cette fois-ci aux fans, pour bientôt.



Au bout des couloirs de We Forge, voilà Léo Neveu, Benjamin Garnaud et David Raimbaud, qui forment l'équipe angevine de Wiseband.
Au bout des couloirs de We Forge, voilà Léo Neveu, Benjamin Garnaud et David Raimbaud, qui forment l'équipe angevine de Wiseband.
la rédaction vous conseille
L’un est « project manager » et l’autre, « digital manager ». Car pour travailler chez Wiseband, il faut un peu maîtriser l’Anglais. On y entend « feedback », « newsletter », « success story », « fanbase », « merchandising », « direct-to-fan »… Même le slogan de la boîte, « Empower the artist » (« Donner du pouvoir à l’artiste »), est en anglais.

Benjamin Garnaud et David Raimbaud sont donc tous deux bilingues et embauchés chez Wiseband, une plateforme logée – pour sa partie angevine – chez We Forge et née en 2007, sous un autre nom : Yozik. « Henri-Pierre Mousset, le fondateur du label Yotanka , avait vu l’enjeu du développement du web, pour les fans de Meï Teï Shô et de Zenzile notamment », rembobine David Raimbaud. « Il a donc créé Yozik, un outil de vente directe, qui permettait aux fans de toute la France et d’ailleurs d’acheter les albums via une boutique en ligne, en supprimant les intermédiaires ». Cette stratégie, ce que les marketeurs appellent le « direct-to-fan », a germé dans les années 1980 dans l’esprit du groupe Nine Inch Nails pour permettre aux fans d’acheter directement aux artistes.

« En 2013, Yozik a changé de nom pour Wiseband. C’était un nouveau départ avec un nouveau nom, un nouveau site, de nouveaux services… ». Aujourd’hui, les quatre salariés de Wiseband (deux sont à Angers et deux, dont le fondateur, en Vendée) ne se contentent pas de gérer des boutiques d’artistes en ligne. Ils se chargent également de la distribution de leurs artistes sur les plateformes de streaming numériques (Deezer, Spotify…), de la fabrication d’articles publicitaires (t-shirt, sacs…), de la monétisation de contenus Youtube ou de la gestion de stocks de disques pour les labels… Un service tout en un unique en France et qui a déjà réussi à draguer le label angevin Wild Valley et toute l’équipe Espoir du Chabada au niveau local ; Naâman, Rone, Boulevard des Airs ou encore Piers Faccini au niveau national.
"Nous sommes des intermédiaires transparents"
Mais se poser en intermédiaire pour une marque qui promeut le rapport direct entre le fan et l’artiste, ça n’est pas un peu contradictoire ? « Je dirais que nous sommes des intermédiaires transparents », répond David Raimbaud. « Quoi que l’on dise, c’est très important d’être sur Internet », reprend Benjamin Garnaud. « Être sur Deezer participe de la démarche de professionnalisation des artistes, cela crédibilise auprès des programmateurs, et les artistes ne peuvent pas vraiment y couper ». Wiseband a donc flairé le bon filon.

Mi-juin, la marque lancera une campagne de financement participatif en vue de la création d’une nouvelle plateforme, centrée sur les fans cette fois-ci. Ils y trouveront l’ensemble des artistes du catalogue Wiseband et les services liés. Cela voudra dire un seul panier pour acheter le nouvel album de The Blind Suns, 2024 et Zenzile ; une seule plateforme de streaming pour tous ces artistes, une seule inscription pour recevoir toutes leurs newsletters, etc…

Avec des revenus liés au streaming multipliés par dix en un an, Wiseband ne semble pas avoir trop de soucis à se faire. « Nous avons la chance d’être dans une structure qui a de belles perspectives d’avenir et qui peut continuer à se renouveler sans cesse », s’enthousiasme David Raimbaud. Wiseband prépare par exemple une carte d’écoute géolocalisée pour aider les artistes à dessiner leurs tournées ou un nouvel outil de publication pour mettre en valeur les dates de leurs artistes sur les agendas culturels. Bilingue ou pas, on est obligé de l’admettre : Wiseband ressemble à une vraie « success story ».












Angers Mag















Angers Mag : Au comptoir de Mathilde... et de Catherine: Depuis la fin du mois d'octobre, la rue... https://t.co/wkV9xA1N3F https://t.co/6yuEQFFF5o
Mercredi 7 Décembre - 08:00
Angers Mag : A l’Ecole démocratique, on fait ce qu’on veut… ou presque: Basée sur la liberté... https://t.co/j0ywJZAzgI https://t.co/jEK0S9wvGs
Mercredi 7 Décembre - 07:31
Angers Mag : RT @LeQuai: N'oubliez pas d'aller voir #AdishatzAdieu ce soir. Vous nous remercierez demain. #Theatre #JonathanCapdevielle #Angers RESA 02…
Mardi 6 Décembre - 13:55
Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30


cookieassistant.com