Champ libre


Vivre ensemble

Mardi 22 Octobre 2013

Que l'on habite en ville ou en zone rurale, vivre les uns à côté des autres est un fait. A l'échelle d'un bassin de vie, les habitants se croisent parfois sans se côtoyer vraiment. Et si, ponctuellement, les occasions de manquent pas pour entrer en relation, le contact n'est souvent qu'éphémère. Même s'il ne se décrète pas mais se construit, pour faire société, un lien social minimum et durable est indispensable. Et si le vivre ensemble découlait d'une méthodologie particulière ?


Omniprésent dans le discours des dirigeants politiques locaux comme nationaux, le « vivre ensemble » apparaît comme l'expression d'un état d'esprit spontané voire naturel et consensuel. Or, il semble que dans son exercice cela ne soit pas si simple de « faire société ».

Des valeurs aux principes

Comment voulons-nous voir et faire vivre les habitants sur un territoire ? Est la question fondamentale que se pose tout élu local. Outre l'application des valeurs essentielles de respect, de tolérance et d'ouverture qu'il requiert, le vivre ensemble appelle une méthodologie particulière. Il importe en effet que s'installe un réel dialogue entre toutes les structures et instances existantes. Qu'il s'agisse des associations, d'organismes para-public, d'instance de concertation. Même s'il repose sur la liberté individuelle, le pouvoir public demeure le garant de cet environnement structurant pour le citoyen.


La dynamique d'une société

Tel qu'il est pratiqué, le Vivre ensemble répond la plupart du temps à 4 objectifs complémentaires.

1] Développer une solidarité locale entre les générations (enfants, ados, parents, seniors), les habitants (au sein d’un quartier) et peuples (jumelage entre pays à l’international). Il s'agit là d'une base indispensable que le pouvoir public peut accompagner mais auquel il peut difficilement se substituer. C'est par conséquent aux habitants eux-mêmes d'animer ce lien.

2] Favoriser l’épanouissement tant individuel que collectif dans le cadre d’activités de détente et de loisirs porteuses de sens.

3]Sensibiliser la population à la préservation de l’environnement en tant que « bassin de vie ». Parce que le vivre ensemble, consiste aussi à créer les conditions de l'avenir, les villes doivent être chef de file sur cette approche.

4] Faciliter l’expression, la pratique et la valorisation des cultures en développant la curiosité comme une base du vivre ensemble.

Si la cohésion sociale est le rôle de l'Etat, animer le vivre ensemble est une compétence transversale pour laquelle la commune est l'échelon le mieux adapté. En devenant acteurs de leur citoyenneté à l'échelle de leur bassin de vie, les individus s'intègrent de manière constructive.


Un projet citoyen

On peut le déplorer comme s'en réjouir mais aujourd'hui force est de constater que pour exister la citoyenneté doit être active, l'image de la solidarité. Dans cette perspective, un projet citoyen peut s'envisager autour de 4 mots clés : éveiller, découvrir, mobiliser et sensibiliser.

Eveiller : susciter la curiosité de chacun : enfants, adultes, seniors…. En considérant que la curiosité est le moteur humain pour avoir l’envie de faire quelque chose. C’est une étape fondatrice qui déclenche un déclic.

Découvrir : donner l’accès à une diversité d’activités qui favorise le dépassement des idées reçues.

Mobiliser : aller vers les habitants afin d’associer le plus grand nombre et ne pas se restreindre à un cercle d’initiés. Trop souvent, on déplore le fait que les actions rassemblent le même « noyau dur » de personnes engagées sur la Commune

Sensibiliser : créer les conditions d’un investissement durable de la part des acteurs qui portent des actions nouvelles.




François-Xavier Helbert



1.Posté par Bruno Vacheresse le 10/05/2016 21:33
Bonjour,



J'ai filmé cette scène à Vienne (France) le samedi 12 mars sur le marché.

La Chanteuse Flo Zink proposait aux passants des miniconcerts sous son parapluie.

Ces 4 jeunes ont accepté l'invitation.

Un bel échange, plein d'humour et de tendresse.


Pour moi, une belle illustration de ce qui peut se passer quand les personnes s'abordent mutuellement sans peur et sans a priori. Quand la diversité est une richesse, c'est carrément génial !


Il est vrai que la chanteuse, par son regard et sa présence, offre un espace relationnel de qualité.


Il est vrai également que les 4 jeunes ont su entrer dans le jeu avec une belle spontanéité.




Voici le commentaire rédigé par la chanteuse Flo Zink :




Samedi matin, dans le marché de Vienne, je déambule à travers la foule sous mon Parapluie Jukebox, accompagnée par quelques membres de l’association « Une vie, un arbre » pour laquelle j’ai donné un concert dans la salle des fêtes la veille au soir. Je suis heureuse de les retrouver et de partager ce moment avec eux. Je sais que cette matinée sera pleine de surprises, d’imprévus, de regards croisés, tantôt curieux ou amusés, tantôt fuyants… j’observe la foule… attente… et puis soudain, il y a ces 4 jeunes qui s’arrêtent près de notre déambulation colorée... Ils acceptent de choisir une chanson… « Un homme, un vrai », comme par hasard… mais je ne crois plus au hasard... Je sens d’abord leurs résistances lorsque je commence à chanter… je sais que ce n’est pas facile de partager ainsi une telle intimité… et très vite, ça dialogue, ça circule, ils sont tous les quatre l’Homme de la chanson et l’incarnent tour à tour. Je suis touchée et amusée par cet échange, leur écoute et leurs réactions ! A s’amuser ainsi, est-ce qu’on ne va pas perdre le fil de la chanson… mais non, il tient bon… quel délice de pouvoir leur chanter, avec humour mais sincérité, combien les hommes sont beaux avec leurs fragilités !





Une vidéo à découvrir et à faire partager.




https://www.youtube.com/watch?v=xZNLWCMa6_4




Merci... et amitiés.




Bruno Vacheresse

Nouveau commentaire :

Vous pouvez réagir et commenter ce billet. Toutefois, si l’éditeur vous donne la possibilité de faire part de votre opinion, votre commentaire ne doit pas contenir des propos haineux, diffamatoires ou des injures caractérisées, inciter aux crimes et aux délits punis par la législation française, contester les crimes contre l’humanité, être offensant envers les chefs d’État, de gouvernement et diplomates étrangers , faire état de fausses nouvelles ou faire l’objet de discrimination raciale ou sexiste.

Au sens de la loi du 21 juin 2004 pour la confiance dans l'économie numérique (LCEN) la société Ouest eMedia presse éditeur de ce blog est responsable des contenus qui sont publiés mais aussi des commentaires des internautes s’exprimant sur le sujet. Si la publication est laissé libre, un commentaire dont le contenu est en opposition avec les textes de loi, ou faisant l'objet d'une poursuite, peut à tout moment être modéré par le Directeur de publication.

Dans tous les cas, restez polis et courtois, les lecteurs vous en saurons gré.

Le Club des lecteurs d'Angers Mag

Ma ville | Loisirs | Sports | Association | Nature | High Tech | Culture | Gastronomie | Expression libre


Rss
Facebook
Twitter
Mobile