Champ libre



Avec l’évolution des normes « 3G » en « 4G », le débat sur les risques d’atteinte à la santé des personnes par les ondes électro-magnétiques a été relancé en début d’année. Beaucoup de choses ont été dites sur l’influence des rayonnements radio sur l’être humain, sans que le fonctionnement de ces ondes ne soit réellement assimilé ou expliqué.


L'émetteur TV de Rochefort s/Loire disperse environ 10kW sous forme d'ondes électromagnétiques
L'émetteur TV de Rochefort s/Loire disperse environ 10kW sous forme d'ondes électromagnétiques
Dans le cadre du Festival du Film Nature de Murs-Erigné, nous avions publié un article sur l’approche psychologique de cette question courant novembre (cf angersmag.info « Hors champ, ou le syndrome de l’électro hyper-sensibilté » du 18.11.2013) à la suite de la diffusion du film de Marianne Estèbe.
Pour certains maires, pendant la campagne des municipales en Mars dernier, le sujet était devenu explosif. Les communes, incompétentes sur la question, optent souvent pour le principe de précaution dès lors qu’un opérateur veut installer un relais a proximité d’une école, d’une cantine ou d’une garderie, sous la pression d’une partie de la population. Face a cette scène, des milliards d’investissements, quatre opérateurs et des milliers d’emplois. Les écologistes et les associations pour la défense de l’environnement prétendent qu'aucune étude d'impact sanitaire n'ait été lancée à ce jour. Cependant, des centaines d’études similaires on déjà été réalisées en Europe durant ces dernières années, et aucune n’a jamais pu vraiment prouver que les ondes radio avaient un caractère néfaste pour la santé. On tourne en rond. Les « victimes » de ces ondes mettent en cause également le Wifi, les téléphones DECT et les portables.

Rédigé par le Samedi 13 Septembre 2014 à 00:02 | Commentaires {0}

Observé à l'échelle planétaire, le conflit qui oppose l'Etat d'Israël et le peuple palestinien fait figure d'exemple de l'incapacité des peuples à se reconnaître l'un l'autre. Bien loin d'être à ce titre exemplaire, la situation de guerre cristallise tout ce qu'une société peut contenir de plus vil : ses complexes, son ressentiment, sa haine. Une opposition systématique où chacun projette sur l'autre sa propre frustration. De l'impossible accès de soi-même à sa part de liberté ?


Comprendre à notre époque, l'origine d'un conflit qui remonte au début du 20e siècle rajoute à la complexité culturelle, la chronologie des faits. Les indigènes d'hier ne sont plus les belligérants d'aujourd'hui. Cependant les constantes qui opposent les peuples demeurent. Ainsi, comme le souligne le journaliste Yves Marc AJCHENBAUM dans une édition du Monde, nationalisme juif et Arabes s'affrontent au sujet de mêmes revendications : un projet de territoire, la dimension de peuple à part entière et la force d'une langue. Nombre d'autres guerres, actuelles ou passées peuvent se retrouver dans ce triptyque qui porte, pourrait-on croire, valeur universelle.

Rédigé par François-Xavier Helbert le Mercredi 10 Septembre 2014 à 21:39 | Commentaires {0}



Derniers tweets
Angers Mag : Pesticides ou principe de prudence dans la prise de décision #Angers @UnivAngers https://t.co/wYLustjYQ4 https://t.co/xqaIJ3lhNx
Jeudi 25 Mai - 07:47
Angers Mag : Festival : Maine in Jazz du 2 au 5 juin: Le piano sera à l'honneur de la 8e édition du... https://t.co/gcZhIQ4yhC https://t.co/ISJ87ui3nT
Jeudi 25 Mai - 07:32
Angers Mag : #Angers Sylvain Bertoldi, « l’Histoire en ligne de mire » @Angers https://t.co/Plvx67BQbL https://t.co/CCHQDQgRyy
Mercredi 24 Mai - 07:33



Rss
Facebook
Twitter
Mobile