Le jour où Desproges est mort, j'ai demandé "Encore des nouilles"
Chroniques. 26 ans après sa disparition, on croyait que l’irremplaçable Pierre Desproges avait vidé une fois pour toutes ses « Fonds de tiroir ». Las ! –et c’est tant mieux pour tous- Monsieur Cyclopède remet le couvert dans « Encore des nouilles », un ouvrage qui regroupe le meilleur des chroniques culinaires qu’il livrât, au début des années 80, au magazine « Cuisine et vins de France ». Amateur éclairé de bonne chère et de précieux nectars, Desproges y essaime avec gourmandise un sens de l’humour singulier, relevé de recettes tour à tour savoureuses, absurdes ou gouleyantes. Ajoutez-y des textes ayant trait à la cuisine et les illustrations des dessinateurs de Charlie Hebdo et vous pourrez passer à table en toute sérénité.
 
Pierre Desproges, Les Echappés, 14,90 €
"Des hommes en devenir", lorsque Machart s'insinue dans les failles humaines

Recueil. Des hommes sur un fil : c’est ce que propose Bruce Machart tout au long du livre proposé par les éditions Gallmeister, découvreur insatiable de talents américains. En 2011, l’homme avait fait une apparition très remarquée en littérature, avec « Le sillage de l’oubli », roman des grands espaces et de l’intime. On retrouve sa plume poétique et ses dialogues ciselés sous la forme plus concise de nouvelles arrachées à la terre du Texas. En surface, il y a la testostérone, des hommes durs et arides comme leur environnement. Mais c’est la profondeur qui intéresse Machart, cet instant où tout bascule et qui fait naître les hommes… ou les enterre. Une préférée parmi ces dix pépites ? « On ne parle pas comme ça au Texas » : 20 pages de pur talent.
 
Bruce Machart, Gallmeister, 22 €
Notez

- écrit par Sébastien Rochard


« Damnés » ou l’enfer selon Palahniuk
Roman. Transgressif, Palahniuk ? La discussion est ouverte. Reste que l’auteur américain, à qui l’on doit notamment l’excellent « Fight Club » –adapté sur grand écran par Fincher avec le succès qu’on sait- ou de « Monstres invisibles », trempe souvent sa plume là ou d’autres ne s’aventurent pas. Après l’univers du porno dans « Snuff », déjà chez Sonatine, c’est tout simplement à un voyage en enfer que nous convie ainsi Palahniuk, dans « Damnés ». Flanquée de quelques originaux, Madison, 13 ans, fille d’un couple showbiz plus occupé à adopter des enfants du tiers-monde qu’à élever leur propre rejeton, traverse les contrées infernales à la rencontre des plus grands noms du XXe siècle, des démons créées par l’homme -toutes cultures confondues- et finit par trouver les raisons de sa mort subite. Irrésistible.
 
Chuck Palahniuk, Sonatine, 17 €
Notez

- écrit par Sébastien Rochard


1 2


Profil
Sébastien Rochard




Derniers tweets

Partager ce site
Facebook
Twitter
Flickr
Rss