650 artisans crient leur colère à Angers


Rédigé par Cédric SOULIÉ - Angers, le 13/09/2013 - 15:56 / modifié le 16/09/2013 - 10:38


Baisse de la TVA à 5 %, concurrence déloyale face au statut d'auto-entrepreneur, allègement des charges sociales…, les revendications des artisans du bâtiment de Maine-et-Loire étaient au cœur de la manifestation, ce vendredi à Angers. A l'appel de la Capeb (Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment), environ 650 manifestants ont mené différentes actions dans le centre-ville et aux alentours.



Environ 650 artisans ont défilé dans les rues d'Angers, ce vendredi après-midi.
Environ 650 artisans ont défilé dans les rues d'Angers, ce vendredi après-midi.
la rédaction vous conseille
Un profond "ras-le-bol" ! Dès vendredi matin, les artisans du bâtiment du Maine-et-Loire, rejoints par leurs collègues paysagistes et des travaux publics, ont manifesté leur mécontentement "pour sauver leur activité et les emplois" à l'appel de la Capeb (Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment).

Provenant des quatre coins du département, ils ont tout d'abord organisé une opération escargot sur la route nationale Le Mans-Angers, provoquant de nombreux bouchons sur les communes de Saint-Sylvain d'Anjou et Pellouailles-les-Vignes. Tandis que d'autres manifestants bloquaient l'A83 au sud d'Angers.

Réuni sur le parvis du théâtre Le Quai à la mi-journée, un cortège de 650 manifestations – 600 selon la police – s'est ensuite dirigé vers le centre-ville d'Angers par le boulevard Carnot et le boulevard Foch pour se rendre à la préfecture et au Conseil général, place Michel Debré.

Cette mobilisation "importante et assez rare, les dernières manifs remontent à 1999" selon Gilles Hamon, coordinateur de sections professionnelles à la Capeb de Maine-et-Loire, avait pour but de sensibiliser l'opinion sur les difficultés que rencontre aujourd'hui le monde de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment.

"Nous exigeons l'application du taux de la TVA à 5 % sur tous les travaux d'entretien et de rénovation de logement, l'allègement de nos charges sociales pour un coût du travail abordable et l'application du principe "Mêmes droits, mêmes devoirs pour tous" y compris pour le régime des auto-entrepreneurs", ajoute Gilles Hamon.

Un marché tendu et une concurrence déloyale

Pascaline Desor, artisan spécialisé dans la salle de bain, installée à Soulaire-et-Bourg..
Pascaline Desor, artisan spécialisé dans la salle de bain, installée à Soulaire-et-Bourg..
Un malaise et des craintes ressentis et partagés par bon nombre de manifestants, ce vendredi à Angers. Notamment Pascaline Desor, artisane et chef d'entreprise spécialisée dans la salle de bain. Installée à Soulaire-et-Bourg au nord d'Angers, elle est a la tête d'un showroom et emploie une petite dizaine d'artisans (maçon, carreleur, plombier, plaquiste…) pour l'installation de salle de bain chez des particuliers.

Depuis plusieurs années, elle sent bien que le marché se tend. La crise y est sans doute pour quelque chose, mais aussi l'impact des auto-entrepreneurs aux avantages sans faille, qui, selon elle, représente aujourd'hui une réelle concurrence déloyale. "Ils ne payent pas ou peu de charges sociales et n'hésitent pas à casser les prix, ce qui tue le marché, explique-t-elle avant d'ajouter, et, en plus de ça, si le gouvernement décide de monter la TVA à 10 %, on peut mettre la clé sous la porte".












Angers Mag








REPORT'CITÉ trace sa route

21/06/2017 - Report'Cité

Ouest eMedia Presse a été placée en liquidation judiciaire

21/06/2017 - L'équipe d'Angers Mag : Yves BOITEAU, Sébastien ROCHARD, Patrick TOUCHAIS