À Angers aussi, les opposants au mariage pour tous durcissent le ton


Rédigé par - Angers, le 18/04/2013 - 07:00 / modifié le 18/04/2013 - 10:34


Alors que les parlementaires débattent, en seconde lecture, du texte de loi autorisant le mariage aux personnes de même sexe, ses opposants étaient de nouveau dans la rue mercredi soir. À Angers, un millier de personnes a défilé entre préfecture et mairie où se tenait le conseil municipal.



Des jeunes en tête de cortège, un symbole pour les opposants au mariage gay
Des jeunes en tête de cortège, un symbole pour les opposants au mariage gay
la rédaction vous conseille
Avec des jeunes en tête de cortège pour symboliser l’avenir, les opposants au mariage gay ont battu une nouvelle fois le pavé, dans de nombreuses villes de France dont Angers.

Après un simulacre de lapidation de la République symbolisée par une jeune Marianne, devant la préfecture le cortège des opposants, des couples, lui en tee-shirt bleu, elle en tee-shirt rose, parfois accompagnés de bambins tenant un drapeau du mouvement « manif pour tous », ont rejoint la mairie en tapant sur des casseroles, sifflant et criant des slogans hostiles au Président de la République et à la Garde de Sceaux Christiane Taubira.

Environ 500 au départ, ils ont été rapidement rejoints par d’autres manifestants pour former un cortège d’environ un millier de personnes, défilant devant les terrasses des cafés où des jeunes pas franchement de leur avis profitaient de cette journée ensoleillée. « Je suis atterrée », disait une jeune fille, « je ne peux pas comprendre que l’on soit à ce point aussi rétrograde pour ne pas accepter que des couples de même sexe puisse se marier ».

Des jeunes femmes n’ont pas hésité à s’enlacer devant le cortège, pour manifester leur désapprobation, vite écartées par la police. Une jeune fille qui brandissait un drapeau arc-en-ciel, symbole de la communauté gay et une pancarte prônant le mariage pour tous, s’est vue violemment projetée à terre et son drapeau arraché par un groupe de jeunes opposants. Preuve s’il en est que le mouvement se radicalise et que les organisateurs ont de la difficulté à contenir leurs troupes.

« Nous ne sommes noyautés par aucun parti politique »

Une jeune Marianne lapidée avec des boules de carton devant la préfecture de Maine et Loire
Une jeune Marianne lapidée avec des boules de carton devant la préfecture de Maine et Loire
« Nous condamnons la violence et nous ne brûlons pas les voitures. Mais depuis le début nous ne sommes pas entendus par le gouvernement et par le Président Hollande. Celui-ci nous méprise. Alors nous nous demandons s’il ne va falloir durcir le mouvement » explique Xavier-Yves Cozanet, responsable coordonnateur de la manifestation angevine.

Quelques minutes plus tard, celui-ci doit pourtant essayer de calmer des plus jeunes grimpés sur le dôme de la salle du conseil municipal. Ce dernier tenait sa séance mensuelle en dessous, laquelle fut largement perturbée par les coups de trompe, les sifflets et les cris des manifestants.

« Dans toutes les villes de France il était convenu de converger vers les mairies. À Angers il se trouve que c’est le jour du Conseil municipal, c’est encore mieux, cela va nous permettre de faire savoir notre opposition au Maire », appuie Mme Camus, vice-présidente du collectif « Manif pour Tous » en Maine et Loire.

Mais le maire d’Angers, Frédéric Béaste, n’a pas voulu interrompre les débats, déléguant à son chef de cabinet le soin de venir au devant des manifestants. « Le maire ne peut pas interrompre la séance du conseil, il faut prendre rendez-vous pour le rencontrer », a répondu le chef de cabinet, ce qui n’a pas convaincu la délégation. « On ne nous écoute pas, on nous méprise encore, nous n’allons pas lâcher pour autant », disaient les représentants en quittant le hall de la mairie.

Radicalisation à Angers aussi ? Dans le cortège, des jeunes ont tenu clairement des propos haineux à l’encontre des badauds qui manifestaient leur opposition à cette manifestation. « Nous condamnons la violence et tous les débordements. Nous y veillons. La manifestation est encadrée par des adultes responsables », écarte encore la vice-présidente. « Les dégradations des locaux du PS à Angers et Cholet n’ont pas été perpétrées par des personnes appartenant à notre collectif, mais par des provocateurs qui se sont procurés nos affiches ».

« Nous dénonçons cet acharnement, ainsi que les appels à la violence des responsables nationaux de ce mouvement, il est temps de revenir au calme », a déclaré Silvia Camara-Tombini au nom de la section PS d'Angers, dans un communiqué. « Nous déplorons enfin l’attitude de certains membres de l’opposition municipale qui ont tenté de déstabiliser le conseil municipal. L’attitude très ferme du maire, Frédéric Béatse, a permis de reprendre le fil du conseil dans un cadre serein et apaisé »

Jeunes femmes contestant la manifestation angevine
Jeunes femmes contestant la manifestation angevine




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur




Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

22.Posté par PMB le 19/04/2013 12:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cette lapidation d'une femme, même symbolique, ça sonne un peu "charia", non ?

Intégristes de tous les pays, unissez-vous !

21.Posté par Naz Oke le 18/04/2013 22:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Qui peut rappeler à ces gamins, que Sarkozy a fait voter une loi depuis peu, qui condamne l'outrage aux symboles de la République Française ? N'importe quel juge pour enfant leur ferait un rappel à la loi. Mais peut être s'agit-t-il là, d'une révolte d'ados contre l'image du père... ^^
http://fr.wikipedia.org/wiki/Outrage_aux_symboles_nationaux_en_France

20.Posté par Ferron Laurent le 18/04/2013 19:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour la langue française, je voulais vous dire qu'elle évolue encore plus vite que le code civil. En fait, les couples gays et lesbiens sont déja dqns le dictionnaire culturel d'Alain Rey, Le Robert. C'est beau la langue française. Je vous laisse avec vos pairs.

19.Posté par Ferron Laurent le 18/04/2013 19:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Fany, Mr réponse vous dirait que les enfants ont surtout besoin d'un foyer aimant et que rien n'indique qu'un foyer héterosexuel soit plus à même de l'être qu'un foyer homo. Arrêtez de prêter des propos imaginaires et homophobes aux enfants - vous ne pourrez les endoctriner tous - . Je rappelle au passage que la loi permet aux celibataires d'adopter, dans la grande tradittion de la charité chrétienne.

18.Posté par FANY le 18/04/2013 19:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mr " réponse- à- tout ", je n'ai pas cette prétention : que répondrez-vous à un orphelin qui n'attend qu'une chose: un foyer composé d'un père et d'une mère . En France, 25000 couples sont en attente d'adoption, 3000 enfants adoptables ; si la loi passe, des pays font fermer la porte à l'adoption par des couples français : injustice ! quant aux enfants des paires (vive la langue française, couple =homme+ femme), on doit les protéger comme les autres, mais leurs " parents "doivent prendre leur...

1 2 3 4 5







Angers Mag








REPORT'CITÉ trace sa route

21/06/2017 - Report'Cité

Ouest eMedia Presse a été placée en liquidation judiciaire

21/06/2017 - L'équipe d'Angers Mag : Yves BOITEAU, Sébastien ROCHARD, Patrick TOUCHAIS