Accroche-Cœurs : c’est parti pour un week-end de folie


Rédigé par - Angers, le 07/09/2013 - 10:30 / modifié le 07/09/2013 - 15:30


Officiellement ouverts hier soir par le maire d’Angers, les Accroche-Cœurs version 2013 vont mettre, une fois de plus la cité du Roi René sens dessus dessous, les organisateurs troquant même les emblèmes des Plantagenets par ceux du dieu Poséidon, maitre de l’Atlantide. Complètement fous ces Angevins, oui, même carrément à l’Ouest.



Philippe Violanti, Calixte de Nigremont, Frédérice Béatse, le maire d'Angers et Monique Ramognino, déjà complètement à l'ouest
Philippe Violanti, Calixte de Nigremont, Frédérice Béatse, le maire d'Angers et Monique Ramognino, déjà complètement à l'ouest
la rédaction vous conseille
Pour la quatrième année consécutive, l’équipe d’Acqua Viva Production, conduite par Philippe Violanti et son maitre de cérémonie, Calixte de Nigremont n’ont pas lésiné sur les moyens, en collaboration avec les services de l’action culturelle de la ville pour organiser ce grand rendez-vous que la plupart des Angevins ne manqueraient sous aucun prétexte.

« C’est un grand moment de folie que nous n’avons jamais manqué depuis que nous sommes à Angers », disait hier soir Pierre, un nordiste installé à la Roseraie depuis une dizaine d'années. « Auparavant nous habitions à Dunkerque. Dans le nord nous savons faire la fête et je ne retrouve pas cette ambiance ici, sauf peut-être aux Accroche-Cœurs, si ce n’est que tous les Angevins ne participent pas, certains se contentant d’être des simples spectateurs. Mais le public répond présent, ce n’est déjà pas si mal ».

Ouvert hier soir par le « grand défilé des petites coutures » de la compagnie nantaise Cirkatomic sur la place de La Rochefoucauld, les Accroche-Cœurs version grand ouest déjanté ont déjà drainé une foule considérable. Il est vrai que la météo estivale qui s’attarde sur les bords de Maine fait sortir les habitants. François Filure, le styliste du défilé, roi de la récup', sonnait les trois coups de ce 4e opus version Acqua Viva Production avec des habitants volontaires pour mannequins et des vêtements tirés tout droit des bennes des déchèteries de l’agglo. Un défilé haut en couleur que n’auraient pas désapprouvé les grands noms de la haute couture parisienne.


Des grosses locomotives et une multitude d’animations

Le décor futuriste de Far West, proposé par la compagnie Jo Bithume
Le décor futuriste de Far West, proposé par la compagnie Jo Bithume
« Avec François Filure, rien ne se perd, tout se transforme », note notre confrère Bertrand Guyaumar dans le Courrier de l’Ouest. Et il a raison, quoi de mieux pour se faire une robe que l’on ne trouve pas ailleurs que des bouteilles en plastiques, des boites de camembert, des couvercles métalliques ou encore des ardoises de Trélazé.

De l’autre côté de la Maine, sur la place Leclerc, c’est la compagnie angevine Jo Bitume qui ouvrait le bal avec son Far West du futur qui ne se déroule pas dans les grandes plaines du Colorado, mais en 2037, ce n’est pas si loin, dans un monde complètement imaginaire, sur fond de cataclysme annoncé.

L’ensemble se déroule en pleine mer, sur une plateforme offshore, investie par des explorateurs dont l’objectif est de transformer le lieu en cité beaucoup plus agréable qu’elle ne l’était auparavant. Une folle utopie contrariée par l’arrivée de naufragés venus de nulle part.

Apprécié par certains, ce spectacle qui sera rejoué samedi soir divise les amateurs du genre qui le considère comme à contre-courant, notamment quand l’art vivant connaît quelques soubresauts. Sans doute les vagues qui viennent heurter la lourde plateforme installée sur la place Leclerc. Heureusement si certains ont sombré dans l’ennui, avec une impression de déjà vu, les évolutions aériennes de quelques gracieuses acrobates ont su ajouter la note de poésie dont le spectacle a besoin pour emporter l’adhésion du public.

Mais ne nous arrêtons pas à ces deux spectacles, les Accroche-Cœurs ne font que commencer avec comme les années précédentes, de grosses locomotives, mais aussi une multitude de petits spectacles et déambulations dans les rues, toutes ayant un point commun : l’ouest et tout ce qui situe entre Angers et les Amériques, y compris sur le continent imaginaire de l’Atlantide.

Voir le programme des festivités jour par jour






Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag