Angers : gros succès pour la boutique Emmaüs


Rédigé par - Angers, le 31/03/2013 - 10:34 / modifié le 31/03/2013 - 10:38


Est-ce la crise économique qui pousse les ménages français à acheter moins cher ou la mode du vintage qui revient en force ? Un peu des deux sans doute. Une chose est sûre la boutique des compagnons d’Emmaüs, ouverte depuis ce samedi 30 mars, boulevard Carnot, en centre-ville d’Angers, fait un tabac.



Alice Macé et Oriane Mineau-Poirier devant la nouvelle boutique Emmaüs d'Angers
Alice Macé et Oriane Mineau-Poirier devant la nouvelle boutique Emmaüs d'Angers
la rédaction vous conseille
On se serait presque cru à l’Atoll, le centre commercial dédié à la maison situé au nord d’Angers. Tout y était, le décor, l’accueil et la foule des grands jours. Il ne manquait plus que la musique et les ballons. Mais ce n'est pas vraiment le genre de la maison. « C’est nouveau. Il y a sans doute beaucoup de curieux », répondait modestement Philippe Thierry le président des Compagnons d’Emmaüs d’Angers, dont le siège est installé à Saint Jean de Linières.

L’idée d’installer un magasin en centre-ville d’Angers, ce sont deux jeunes femmes qui l’on eut : Oriane Mineau-Poirier et Alice Macé. Elles ont organisé la déco, la seconde a fait ses études en architecture d’intérieur aux Beaux-Arts d’Angers, et fait le choix du mobilier. Hier elles conseillaient les clients dans leurs achats.

« Ce n’est pas la première boutique Emmaüs en France. Nous avons beaucoup de visites à la communauté de Saint Jean de Linières, mais c’est un peu loin pour une population qui a des difficultés pour se déplacer », expliquait Oriane Mineau-Poirier. « Nous voulons toucher une population jeune et urbaine, notamment les étudiants ».

Bien sûr il n’y avait pas que des jeunes dans les allées de la boutique divisée en secteurs de la maison (salon, chambre, cuisine, bureau…). Les visiteurs sont venus par goût pour le mobilier rétro ou par nécessité, quand les finances ne permettent pas toujours d’acheter meubles et bibelots dernier cri. Mais le « vintage », cette mode qui réhabilite les objets et la déco des années 50 à 70, est très tendance. Chacun peut désormais y trouver son bonheur, dans une ambiance plutôt agréable.

« Le pouvoir d’achat est en baisse, le troc et l’achat d’occasion rendent service »

« Je trouve cette idée excellente. Je n’habite pas très loin et je n’ai pas de moyen de locomotion. J’allais de temps en temps à St Jean de Linières, mais ici c’est très pratique », expliquait une jeune femme qui venait de trouver son bonheur parmi un lot de vêtements seconde main. Même discours de la part d’une autre cliente qui repart avec un petit meuble plaqué bois. « Je suis passé ce matin et j’ai eu le coup de cœur pour ce petit meuble qui fera très bien dans mon salon ».

Les meubles mis en vente dans cette nouvelle boutique proviennent directement du dépôt de Saint de Linières, aucun objet n’est déposé par les donateurs à la boutique, tout doit passer impérativement par le centre angevin. Les objets, vêtements, meubles, livres, … destinés à la boutique sont triés, préparés et acheminés chaque jour par deux compagnons d’Emmaüs, Aziz et Dominique.

« Cette boutique, ça nous permet de remettre en valeur des objets souvent noyés dans la masse du centre de Saint-Jean de Linières, pour leur donner une seconde vie », poursuivent les responsables de la boutique. « Toutefois nous n’avons pas de gros meubles lourds, genre buffet breton, les clients doivent pouvoir emmener facilement leurs achats ».

Pour Philippe Thierry « cette boutique de proximité répond à une demande croissante de personnes désirant s’équiper à pas cher. Le pouvoir d’achat est en baisse, le troc et l’achat d’occasion rendent service. Nous avons toujours eu à Saint-Jean une grosse demande de la part de gens en difficultés ».

Cette boutique qui entre dans le champ de l’économie sociale et solidaire rendra bien des services, sachant que tous les produits sont vendus à des prix raisonnables.

Depuis sa création en 1949 par l’Abbé Pierre, la communauté d’Emmaüs dont l’objectif est de venir en aide aux plus faibles, fonctionne selon la pratique du don. Les donateurs sont des citoyens qui veulent se débarrasser de leurs objets avec le secret espoir que d’autres, moins aisés, leur donneront une seconde chance. C’est tout simplement ce qu’on appelle la solidarité.

Toutefois les objets mis en vente intéressent aussi les amateurs d’antiquités et les collectionneurs.




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur











Angers Mag








REPORT'CITÉ trace sa route

21/06/2017 - Report'Cité

Ouest eMedia Presse a été placée en liquidation judiciaire

21/06/2017 - L'équipe d'Angers Mag : Yves BOITEAU, Sébastien ROCHARD, Patrick TOUCHAIS