Christian Oster : le lecteur doit être intrigué par le côté énigmatique de la situation


Rédigé par Catherine NEDELEC - Angers, le Mardi 13 Mars 2012 à 17:49


En écho à la création de Frédéric Bélier-Garcia, « La Princesse transformée en steak frite », adaptée de son livre et jouée jusqu’au 17 mars à Angers, Christian Oster a rencontré les lecteurs de la médiathèque d’Angers, pour un échange autour de son oeuvre.



Christian Oster entouré des acteurs de "La Princesse transformée en steak frites"
Christian Oster entouré des acteurs de "La Princesse transformée en steak frites"
la rédaction vous conseille
« Ses histoires commencent souvent par une situation banale et pourtant, on se lance rapidement dans le voyage qu’il nous propose », commente, en préambule à la rencontre, Christine Tharel, de la médiathèque, « Mais sait-il lui-même où il va ? ». On s’interroge, on en convient : c’est cela le style Christian Oster, une manière de raconter qui l’emporte toujours sur la construction de l’histoire. « Pour "Rouler", je n’avais aucun plan", précise t-il, " je savais juste que le personnage partait avec sa voiture et qu’il s’arrêterait au bord de la mer».

Dans ce road-trip à la française, Christian Oster fait voyager son personnage du nord au sud de la France, de Paris à Marseille. Héros solitaire, il n’a pas d’itinéraire ni de période à respecter. Son obsession est juste de rouler. « Le voyage est une échappatoire ; on sent bien qu’il y a un problème ». Seules, deux lignes donnent les raisons de ce départ…

Pour Christian Oster, « les mots appellent d’autres mots, d’autres pensées » vers un récit intimiste dans lequel l’auteur cherche à perfectionner son style, réinsérant le dialogue absent dans les premiers romans, qu’il allie à cet indéfectible humour grinçant, collant si parfaitement aux situations pathétiques. Des personnages aux contours flous évoluent dans des situations enrichies de nombreux détails, « je creuse mon sillon ».

Ce qui interpelle dans la longue liste de ses créations, c’est la variété des genres. Christian Oster fait ses débuts en littérature en écrivant des polars pour le Fleuve Noir. Puis en 1989, il publie Volley-ball aux Éditions de Minuit ; 13 romans lui font suite dont Mon grand appartement qui reçoit le prix Médicis en 1999. Il signe Dans la cathédrale en 2010 et décroche le Prix Vendanges Littéraires de Rivesaltes. En 2011, son dernier roman Rouler est publié aux éditions de L’Olivier.

Christian Oster écrit également des livres pour la jeunesse ; une trentaine d'entre eux, dont La Princesse transformée en steak frites ont été édités à L'Ecole des loisirs. Librement adapté à la scène par Frédéric Bélier-Garcia, le livre est composé de quatre histoires qui commencent par « il était une fois » et se terminent par « et ils allèrent se promener dans la forêt » ; des contes de fées sur la faim, le malentendu, la peur et l’imprévu et bien sûr, l’amour.

« Ce qui m’intéresse, c’est de créer», précise Christian Oster, dont les thèmes de prédilection sont le temps qui passe, la solitude…mais toujours avec un regard extérieur sur les faits, plus qu’une intrusion dans les pensées de ses personnages, et qui pourtant, soulève immanquablement des questions existentielles.

Editions de L'Olivier

L'Ecole des loisirs

NTA












Angers Mag