Diffusion de spectacles vivants dans les salles de cinéma : renaissance ou mort assurée ?

Premiers Plans Angers 2012


Rédigé par Coralie Ganivet - Angers, le 25/01/2012 - 20:01 / modifié le 26/01/2012 - 07:34


En marge des projections, le festival organise chaque année un certain nombre d’évènements liés à l’actualité cinématographique. Ce mercredi se tenait une table ronde autour d’un sujet aussi délicat que passionnant : avec l’arrivée du numérique, la salle de cinéma deviendra-t-elle diffuseur du spectacle vivant ?



Diffusion de spectacles vivants dans les salles de cinéma : renaissance ou mort assurée ?
la rédaction vous conseille
Personne n'ignore qu’en cette période de crise, la fréquentation des salles de cinéma affiche des chiffres record. Un succès que les professionnels du milieu expliquent par la diversité et la richesse des nouvelles productions cinématographiques, qu’elles soient françaises ou plus largement européennes. Mais certainement pas mondiales. « L’offre aux États-Unis a faibli », constate Claude-Éric Poiroux, délégué général de Europa Cinémas. « Ce cinéma a mis beaucoup d’espoir dans la 3D, notamment depuis le succès d’Avatar, mais il bat désormais en retraite. Il peine sur les scénarios, les nouveautés et les grands auteurs ». Un problème que nous sommes loin de connaitre, au vu de l’opulence des productions : plus de 1000 films sont produits chaque année en Europe, dont une centaine rien qu’en France.

Des films en veux-tu, en voilà

Une production nationale aussi fleurissante est sans conteste le signe d’un cinéma synonyme de « véritable loisir de crise », comme le qualifie Frédéric Lévy, exploitant du cinéma Le Palace à Saumur. Seulement, l’offre est telle que les salles ne peuvent y répondre pleinement. « Il y a tellement de films qui sortent chaque semaine que l’on n’a pas les moyens de leur offrir à tous la visibilité qu’ils méritent », déplore Claude-Éric Poiroux. Dans ce contexte, la question de la diffusion de spectacles vivants, dans ces mêmes salles de cinéma assommées par l’abondance des productions cinématographiques, est essentielle. « Il y a un embouteillage dans les salles de cinéma, alors pourquoi le spectacle vivant viendrait empiéter sur leurs vocations premières ? »

Des spectacles qui prennent la place des films

Cette question, justement soulevée par Claude-Éric Poiroux aura le mérite d’alimenter les débats. Si tous les intervenants s’accordent à dire que dans des villes où l’accès à la culture est restreint cette démocratisation est essentielle, il n’en va pas de même dans les métropoles. « À Saumur, il n’y a ni salle de Congrès, ni salle de concerts, ni d’Opéra, alors utiliser nos salles de cinéma pour diffuser des spectacles vivants en direct, qui sont les seuls lieux de culture, est important pour les habitants », explique Frédéric Lévy. Dans son cinéma, il diffuse d’ailleurs ce type de spectacles depuis 4 ans. S’il est persuadé que dans sa ville, cette offre est essentielle, il concède que cela réduit le nombre des séances. « La diffusion d’un opéra en direct, c’est 5 heures avec les entractes ». 5 heures le samedi soir, c’est 3 séances qui disparaissent. « Si l’on considère qu’il y a trop de films, ça peut paraitre contradictoire ».

Pour autant, le professionnel s’empresse de nuancer son propos. « Quand on sait que Pathé Live (société indépendante de productions audiovisuelles N.D.L.R) ne diffuse pas 11 spectacles par an, ça n’empêche pas au cinéma de vivre ». Le tout étant que les exploitants des salles de cinéma ne dérapent pas.
Après plus d’une heure de débat, c’est Claude-Éric Poiroux qui aura le mot de la fin : « Je vois l’avenir du cinéma dans des salles de cinéma qui restent des salles de cinéma. Il y a une croissance dans l’idée que le cinéma est une force. Même si l’on a mille façons de voir des films, c’est toujours au cinéma que ça se termine. Car c’est dans les salles que le cinéma fait rêver ».



















Angers Mag





REPORT'CITÉ trace sa route

21/06/2017 - Report'Cité

Ouest eMedia Presse a été placée en liquidation judiciaire

21/06/2017 - L'équipe d'Angers Mag : Yves BOITEAU, Sébastien ROCHARD, Patrick TOUCHAIS